Éducation: les parents des Petits Chanteurs du Mont-Royal font entendre leur voix

En vertu de l’accord historique qui doit prendre fin, les Petits Chanteurs du Mont-Royal pouvaient faire leur secondaire au Collège Notre-Dame, un établissement privé.
Photo: André Chevrier En vertu de l’accord historique qui doit prendre fin, les Petits Chanteurs du Mont-Royal pouvaient faire leur secondaire au Collège Notre-Dame, un établissement privé.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) s’est attiré la foudre des parents des Petits Chanteurs du Mont-Royal mercredi soir. Lors d’une rencontre particulièrement houleuse, la CSDM leur a présenté deux options de parcours scolaire après avoir annoncé fin mars qu’elle mettait fin à une entente vieille de plusieurs décennies.

Les apprentis choristes fréquentent l’école primaire Notre-Dame-des-Neiges de la CSDM, tout près de l’oratoire Saint-Joseph. En vertu de l’accord historique qui doit prendre fin, ces enfants pouvaient faire leur secondaire au Collège Notre-Dame, un établissement privé situé à quelques jets de pierre. Leur scolarisation est assurée en large partie par Québec : il en coûte aux parents 1225 $ par enfant chaque année.

La CSDM a mis fin à l’entente pour ne plus envoyer les Petits Chanteurs du primaire directement dans une école secondaire privée. « Nous ne servirons plus de boîte aux lettres pour la subvention [du ministère de l’Éducation] destinée au collège Notre-Dame », a indiqué la vice-présidente du Conseil des commissaires, Marie-José Mastromonaco, suscitant la colère de la salle. « Nous avons des écoles secondaires publiques et nous pouvons offrir le même service académique » que le Collège Notre-Dame, a-t-elle poursuivi, ajoutant que la « mixité » au sein des écoles et des classes de la CSDM était « très importante ».

Scénarios sur la table

La CSDM a d’abord proposé aux dizaines de parents sur place d’accueillir les choristes de 3e, 4e et 5e année — et ceux des cohortes subséquentes — à l’Académie de Roberval, une école secondaire de Villeray offrant un programme enrichi. Les cours seraient donnés en avant-midi et le volet musical, en après-midi. Les élèves membres de la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal auraient leur groupe à part.

Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres. « Est-ce qu’on peut d’abord connaître les raisons de tout ce branle-bas de combat ? » a lancé un parent visiblement en colère. « On n’a jamais su pourquoi ce n’était pas le statu quo », a aussitôt déploré un autre, s’attirant des applaudissements. Les parents ont écorché la direction de la CSDM pour son « improvisation » dans ce dossier, notamment parce qu’ils n’ont pas été consultés, ont-ils fait valoir.

Le volet musical de la formation des jeunes choristes va être donné par le personnel des Petits Chanteurs, mais le volet académique sera assuré par la CSDM, a précisé Mme Mastromonaco. « On ne remet aucunement en question l’existence des Petits Chanteurs », a-t-elle ajouté. Or, les parents redoutent que les changements suggérés mercredi signent l’arrêt de mort de la Maîtrise. « La commission scolaire a beaucoup de problèmes présentement. Pourquoi s’occupe-t-elle d’un dossier qui fonctionne bien ? » a rétorqué la mère d’un jeune.

Le choix de l’Académie de Roberval a par ailleurs fait sourciller les parents. Les quelque 500 élèves qui la fréquentent ont été déménagés ailleurs il y a maintenant un an et demi. Le bâtiment presque centenaire qui abritait l’école secondaire a été fermé pour cause de moisissures. Les travaux de rénovation sont en cours, et « c’est une des meilleures écoles de Montréal », s’est défendu un autre dirigeant de la CSDM, Benoît Thomas, chargé de présenter les scénarios.

La seconde proposition de la CSDM : un modus operandi similaire, mais cette fois à l’école secondaire Édouard-Montpetit, dans l’est de Montréal. L’établissement offre déjà des programmes de sports-études et d’arts-études. C’est un « modèle viable pour les Petits Chanteurs », a noté M. Thomas. Là aussi, le mécontentement des parents ne s’est pas fait attendre : la distance séparant l’établissement de l’oratoire en a irrité plus d’un.

Une annonce tardive

En octobre 2018, la CSDM a pris la décision de mettre fin à une entente historique permettant aux Petits Chanteurs du Mont-Royal d’étudier au rabais au Collège Notre-Dame. La décision a toutefois été communiquée aux parents en mars, six mois plus tard.

La CSDM a pris cette décision pour mettre fin à une iniquité qui profite indûment à une école privée, avait expliqué au Devoir en mars sa présidente, Catherine Harel Bourdon. Une explication qui a également été mise en avant mercredi soir par les représentants de la commission scolaire.

Les élèves de 6e année et du secondaire continuent de bénéficier de l’entente jusqu’à la fin de leur parcours scolaire. Ce n’est toutefois plus le cas pour les élèves actuellement en 3e, 4e et 5e année, ainsi que ceux qui arriveront à la rentrée 2019-2020.

L’annonce avait suscité une vague de protestation chez les parents des Petits Chanteurs, inquiets pour l’avenir de l’institution fondée il y a plus d’un demi-siècle par le père Léandre Brault. Une pétition lancée dans la foulée a recueilli quelque 15 500 signatures.