Les stagiaires, le nouveau visage de la précarité

Plusieurs dizaines d’étudiants universitaires ont manifesté dans les rues de Montréal en novembre pour réclamer des stages rémunérés. Le nombre de stages étudiants a explosé au cours des deux dernières décennies.
Photo: Ludovic Théberge Le Devoir Plusieurs dizaines d’étudiants universitaires ont manifesté dans les rues de Montréal en novembre pour réclamer des stages rémunérés. Le nombre de stages étudiants a explosé au cours des deux dernières décennies.

Marie-Pier Bilodeau a acheté une Toyota Corolla 2011, elle a quitté la maison de ses parents à Longueuil et a loué un appartement à Trois-Rivières. Le but : aller faire une étape obligatoire pour obtenir le droit de pratiquer la profession de psychologue — un internat de 1600 heures, l’équivalent d’une année de travail, dans une clinique publique.

L’étudiante au doctorat en psychologie a quitté sa région natale pour aller faire son internat parce qu’elle savait qu’elle obtiendrait une bourse de 25 000 $. Le gouvernement Couillard avait accepté en 2016 cette revendication de longue date des finissants en psychologie. Après tout, les internes font au moins 80 % du travail d’un psychologue.

Mais il y a un mais. Le Devoir en a parlé la semaine dernière : le nombre de finissants qui demandent la bourse est plus élevé que les prévisions. Les universités manquent de fonds pour honorer toutes les demandes. À cause de cet imbroglio, Marie-Pier Bilodeau n’a obtenu le premier versement de sa bourse qu’au cours des derniers jours, cinq mois après le début de son internat.

Et pour la prochaine année scolaire, elle n’est même pas certaine d’avoir une bourse. L’Université de Sherbrooke a annoncé qu’elle répartirait les bourses de 25 000 $ par tirage au sort. La moitié des doctorants de l’Université de Sherbrooke qui font leur internat n’obtiendraient pas de bourse.

« Le manque de financement pour les bourses est inéquitable : deux internes qui font le même travail seraient traités de façon différente. Un obtiendrait une aide financière, l’autre n’aurait rien », dit Marie-Pier Bilodeau.

Main-d’oeuvre à bon marché

Les internes en psychologie ne sont pas les seuls à avoir des difficultés à faire reconnaître la valeur de leur travail. La rémunération et l’encadrement des stages sont le nouveau cheval de bataille des associations étudiantes. Pas juste au Québec, mais dans tout l’Occident. Jusqu’à récemment (comme au printemps étudiant de 2012), les étudiants faisaient la grève pour l’accessibilité aux études. Pour le gel des droits de scolarité.

« Les stagiaires sont le visage de la nouvelle génération précaire », résume Charles Carrier-Plante, coauteur d’un rapport sur les enjeux reliés aux stages universitaires au Québec, dévoilé la semaine dernière. L’étude de 98 pages, commandée par l’Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM (ADEESE), dresse un portrait exhaustif des stages universitaires.

Le nombre de stages étudiants a explosé au cours des deux dernières décennies, au Québec comme ailleurs. La crise économique et financière de 2008 a accéléré le mouvement. Pas moins de 98 524 étudiants québécois à l’université ont pris part à un stage en 2016-2017, selon le rapport.

La moitié des stages se concentrent dans les sept disciplines les plus populeuses — médecine, sciences infirmières, enseignement préscolaire et primaire, enseignement secondaire, travail social, psychoéducation, pharmacie. La vaste majorité des stages (77 %) n’ont pas été rémunérés.

La grande crainte des étudiants, c’est que les stagiaires deviennent de la main-d’oeuvre à bon marché. Les mouvements étudiants de France, d’Italie, d’Autriche, des États-Unis, du reste du Canada et du Québec dénoncent tous la non-rémunération (ou la faible rémunération) des stages et l’absence de mécanismes de protection légale pour les stagiaires.

Ainsi, les stagiaires ou internes en psychologie et en enseignement — des secteurs majoritairement occupés par des femmes — ont arraché de haute lutte des bourses (et non un salaire en bonne et due forme) qui leur donnent respectivement 15,63 $/h et 12,25 $/h. Mais elles n’ont pas droit à la protection de la Loi sur les normes du travail, même si elles font à peu près le même travail que leurs collègues psychologues et enseignantes.

Avec la pénurie de main-d’oeuvre, les stagiaires en enseignement, par exemple, sauvent littéralement des écoles primaires qui ont des classes sans titulaire ou sans suppléant. Les stagiaires bouchent les trous. Et il y en a partout, des trous. Pas juste dans les toits qui coulent.

Situation précaire

Des trous, il y en a aussi dans le portefeuille des stagiaires. Depuis le début de son internat en psychologie à Trois-Rivières, Marie-Pier Bilodeau a grugé ses économies pour payer ses droits de scolarité (qui sont plus élevés durant l’internat), son logement, sa voiture, ses vêtements de travail, ses frais de transport — elle doit revenir à l’université une fois par mois pour suivre un cours. Et impossible pour elle d’avoir un emploi à temps partiel en plus de son internat : elle doit aussi rédiger son mémoire de doctorat.

Dépenses à la hausse, impossibilité de gagner des revenus, niveau de stress élevé : les étudiants qui font un stage final ou un internat se retrouvent en situation précaire. « Pour certains, la précarité devient carrément de la détresse », dit Cécile Retg, agente de recherche à l’ADEESE, qui a coécrit le rapport sur les conditions de stage.

Quatre stagiaires sur dix (42 %) disent vivre du stress, de l’anxiété, de l’isolement ou de la détresse, selon un sondage mené par des chercheurs de l’Université du Québec en Outaouais auprès de 664 stagiaires universitaires. « Ce sont des chiffres alarmants. Ça mériterait d’être évalué à plus grande échelle. Des étudiants font un burn-out avant même d’avoir leur diplôme », dit Cécile Retg.

La détresse peut frapper en fonction de l’épaisseur du portefeuille des parents. Les étudiants qui ont l’aide financière de leurs parents sont plus susceptibles d’aller au bout de leur stage — et d’obtenir leur diplôme.

La pression monte d’un cran à l’UdeS

Les étudiants en psychologie de l’Université de Sherbrooke augmentent la pression pour obtenir la totalité des bourses prévues pour les internes à la prochaine année scolaire. Ils ont voté vendredi dernier pour tenir trois jours de grève des cours, les 8, 14 et 15 mars, et d’autres activités de mobilisation. Le Regroupement des étudiants et étudiantes des études supérieures en psychologie de l’Université de Sherbrooke (REESPUS) tente aussi d’obtenir l’appui des trois partis de l’opposition à l’Assemblée nationale, précise Raphaëlle Paradis-Lavallée, présidente de l’association étudiante.