ESPACE 4: le monde universitaire s’ouvre au grand public

Martine Letarte Collaboration spéciale
ESPACE 4 a été créé par l’Université Concordia pour faire le pont entre la recherche et le grand public.
Photo: Université Concordia ESPACE 4 a été créé par l’Université Concordia pour faire le pont entre la recherche et le grand public.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

À mi-chemin entre un centre des sciences, un lieu d’exposition et un musée, ESPACE 4, inauguré en janvier à l’Université Concordia, propose une programmation thématique pour inviter le grand public à découvrir les travaux des chercheurs, et parfois même à y ajouter leur grain de sel. Pour la relâche, l’univers du jeu vidéo sera à l’honneur afin d’inciter les jeunes à mettre les pieds à l’université.

« Avec ESPACE 4, il y a vraiment une volonté de vulgariser le travail des chercheurs, d’amener ce qui se fait dans l’université au grand public », indique Nadia Bhuiyan, vice-rectrice exécutive adjointe aux partenariats et à l’apprentissage expérientiel, à l’Université Concordia. Le tout, dans une position d’ouverture, de discussion et de collaboration.

« ESPACE 4 souhaite montrer le travail des chercheurs à différents stades, donc lorsqu’il est terminé, mais aussi lorsqu’il est en cours et à ses débuts alors que le chercheur peut inviter les gens à contribuer à la recherche d’idées », ajoute Nadia Bhuiyan.

La programmation comprend toujours différentes formes d’événements, comme des conférences, des tables rondes, des projections, etc. En janvier, ESPACE 4 a offert une programmation sous le thème de la ville intelligente. « On y a présenté les éléments urbains essentiels qui permettent d’avoir une ville durable, résiliente, vivante et ludique, indique Nadia Bhuiyan. On a pu y découvrir différents projets, comme un abribus solaire réalisé par deux professeurs des facultés des beaux-arts et de génie. C’est vraiment le fruit d’un travail multidisciplinaire. »

Lorsque le thème s’y prête, ESPACE 4 va chercher différents partenaires, dans l’industrie par exemple, ou au gouvernement. Après les jeux vidéo pour la relâche, ESPACE 4 entraînera les gens dans l’univers de l’intelligence artificielle, puis de l’aérospatiale. « Et l’été, nous laisserons la place aux étudiants qu’on verra travailler dans l’espace conception sur différents projets, comme la fabrication de robots et de fusées », ajoute-t-elle.

L’université ne dort jamais

ESPACE 4 est ouvert en semaine durant le jour, mais comme une université ne dort jamais, l’équipe de conception de ce nouveau lieu a voulu offrir une programmation à cette image. C’est pour cette raison que les nuits de cinéma ont été créées. De petits films sont donc diffusés les soirs et les fins de semaine sur de grands écrans visibles du trottoir à travers les murs vitrés d’ESPACE 4.

L’université est un établissement public, les gens la financent, alors nous croyons qu’ils devraient y avoir plus accès et mieux savoir ce qu’on y fait. Pour ces raisons, nous devons leur ouvrir notre porte.

« Il y a plusieurs projets de recherche qui ne peuvent pas être amenés physiquement dans ce lieu, soit parce qu’on ne peut pas déplacer l’équipement utilisé par les chercheurs, soit parce que la nature de la recherche ne le permet pas, alors nous réalisons des vidéos en allant à la rencontre de ces chercheurs en vue d’expliquer l’importance de leur travail », explique Nadia Bhuiyan.

Créer des ponts

Les activités d’ESPACE 4 sont toujours gratuites et ouvertes à tous. Alors que plusieurs peuvent voir un fossé entre « l’élite universitaire » et le « vrai monde », Concordia travaille, par différentes initiatives, à créer des ponts.

Par exemple, depuis plusieurs années, les étudiants du MBA sont invités à réaliser des projets au bénéfice de la communauté avec un organisme communautaire, une entreprise d’économie sociale ou un organisme gouvernemental.

L’Université Concordia a aussi mis sur pied SHIFT, un centre d’innovation sociale qui a notamment comme projet de mobiliser différentes équipes à Montréal en vue de rendre la ville plus inclusive et accessible. Plusieurs activités de réflexion et de discussion de ce projet se tiendront à ESPACE 4.

« L’université est un établissement public, les gens la financent, alors nous croyons qu’ils devraient y avoir plus accès et mieux savoir ce qu’on y fait, fait valoir Nadia Bhuiyan. Pour ces raisons, nous devons leur ouvrir notre porte. »

D’ailleurs, pour encourager les gens à entrer dans ESPACE 4, aménagé au rez-de-chaussée du pavillon J.W.-McConnell sur boulevard de Maisonneuve Ouest, à l’angle de la rue Mackay, une porte sera installée dans quelques mois afin de permettre une entrée directe.