Mise en garde d’un homme de gauche contre la censure qu’exerce la gauche

«Aujourd’hui, la gauche, souvent, est le lieu d’origine de ces interdictions de parole, de ces indignations morales au nom desquelles on somme des gens de se taire», dit Normand Baillargeon.
Photo: «Quand les pouvoirs s'emmêlent» / Source Maison 4 tiers «Aujourd’hui, la gauche, souvent, est le lieu d’origine de ces interdictions de parole, de ces indignations morales au nom desquelles on somme des gens de se taire», dit Normand Baillargeon.

En bannissant au cours des derniers jours une conférencière pour ses opinions jugées offensantes, les délégués d’un syndicat de professeurs montréalais ont répété un phénomène qui se répand dans les milieux de gauche, surtout en Amérique du Nord : l’interdiction de parole pour protéger des « victimes ».

Les cas de censure comme celui-là se multiplient, surtout dans les campus de collèges et d’universités du Canada et des États-Unis. Et c’est extrêmement troublant, affirme l’auteur et chroniqueur Normand Baillargeon, qui dirige le collectif Liberté surveillée, fraîchement paru chez Leméac.

Le recueil de 268 pages rappelle de façon lancinante que la liberté d’expression craque de partout. « Je suis en désaccord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire », dit une citation souvent faussement attribuée à Voltaire. Trois siècles plus tard, le droit de parole est loin de l’idéal des Lumières.

« On assiste en ce moment à un curieux renversement. Autrefois, la censure était le fait d’institutions comme l’État ou l’Église, qui exerçaient un contrôle sur ce qui peut être dit. Aujourd’hui, la gauche, souvent, est le lieu d’origine de ces interdictions de parole, de ces indignations morales au nom desquelles on somme des gens de se taire », dit Normand Baillargeon — qui sait de quoi il parle : il est lui-même issu de la gauche.

« L’indignation morale prend la place des arguments. Il suffit de revendiquer un statut de victime pour avoir le droit d’en appeler à une autorité pour censurer des paroles », ajoute-t-il.

Débat impossible

L’essayiste s’emporte en parlant de la tempête qui frappe l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal. L’assemblée des délégués du syndicat a annulé la conférence (sur la laïcité) et la table ronde (sur le féminisme et le mouvement #MoiAussi) où la professeure Nadia El-Mabrouk, de l’Université de Montréal, devait prendre la parole.

Plusieurs raisons ont été évoquées : elle est favorable à l’interdiction des signes religieux pour les enseignants — les syndicats s’y opposent. Elle a critiqué le cours éthique et culture religieuse. Mais surtout, la conférencière a commis l’impair de « mégenrer » une personne trans de 14 ans qui se présente comme une fille. Dans un texte d’opinion, elle l’a décrite comme un garçon.

Normand Baillargeon et d’autres penseurs voient ici à l’oeuvre une « culture de la victimologie » : les syndiqués ont réussi à faire taire une voix dissidente sous le prétexte de protéger élèves ou enseignants trans victimes de discrimination.

Dans les milieux de gauche, il est devenu difficile de débattre d’une série d’enjeux, note Baillargeon : questions relatives au sexe et au genre, traditions culturelles, immigration, nationalisme, racisme, sans oublier tout ce qui concerne la laïcité et la religion. On veut s’entourer de gens qui pensent comme nous. Il faut surtout éviter de traumatiser des victimes potentielles de discrimination.

Des mots nouveaux témoignent de cette rectitude politique : « avertissement préventif » (trigger warning) prévenant étudiants ou lecteurs de passages pouvant les heurter ; « micro-agressions » ou « appropriation culturelle » par des membres d’une culture dominante ; « espaces protégés » (safe spaces) pour personnes minoritaires ; « désinvitation » pour cause de propos jugés offensants.

Des questions qui dérangent

La philosophe féministe Rhéa Jean a été expulsée d’un séminaire intitulé « Sexe, genres et transidentité », à l’automne 2016, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Son crime ? Elle affirme, comme l’anthropologue Françoise Héritier, que les humains sont des êtres sexués. Qu’il y a des hommes et des femmes (et aussi, il est vrai, des êtres qui naissent intersexués).

Les militants pro-genre s’opposent à cette vision des choses. Pour eux, le sexe d’une personne importe peu. L’important, c’est le genre qu’une personne décide d’adopter. Pour les tenants de l’identité de genres, il suffit de se considérer comme une femme pour l’être.

Rhéa Jean respecte les personnes qui font ce choix. Elle appuie l’interdiction de la discrimination sur la base de l’identité de genre inscrite récemment dans la Charte des droits et libertés. Il est inconcevable qu’une personne trans se fasse refuser un emploi ou un logement sur la base de son identité, fait valoir Mme Jean. Mais débattre d’identité sexuelle ou de genre d’un point de vue anthropologique, philosophique ou biologique, ce n’est pas de la discrimination, selon elle.

« Il y a des chercheurs et des intellectuels qui posent des questions fondamentales et qui se font censurer. Faut-il réécrire les livres de biologie et les dictionnaires et redéfinir ce que sont un homme et une femme ? »

« Je me suis toujours considérée comme de gauche, mais je me demande ce que ça veut dire, maintenant, dit la philosophe. C’est beaucoup lié à des questions d’idéologies, d’identité. On a abandonné la gauche qui défend les travailleurs, les pauvres, qui lutte contre les inégalités et contre le capitalisme. Cette gauche est plutôt une pensée postmoderne, individualiste, qui veut imposer à tout le monde sa vision personnelle. »

Devant les menaces, la tentation est grande de s’autocensurer, souligne Normand Baillargeon. Le péril est encore plus grand en enseignement supérieur, selon lui : la marchandisation de l’université et la course aux fonds de recherche, conjuguées aux politiques de l’identité, créent « un dangereux cocktail par lequel l’enseignement peut se muer en endoctrinement, et la formation intellectuelle, en propagande en faveur de positions politiques décrétées par avance seules acceptables ».

 
 

Une version précédente de cet article, qui attribuait faussement une citation à Voltaire, a été corrigée.

À voir en vidéo