L’Alliance des professeurs veut réinviter la conférencière Nadia El-Mabrouk

La présence de la conférencière, connue pour ses positions tranchées en faveur de la laïcité, au colloque de l’Alliance qui se déroulera les 18 et 19 février, a fait des vagues chez les membres du syndicat.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La présence de la conférencière, connue pour ses positions tranchées en faveur de la laïcité, au colloque de l’Alliance qui se déroulera les 18 et 19 février, a fait des vagues chez les membres du syndicat.

L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal fait volte-face. Piqué au vif par les dénonciations de censure, le syndicat recommande à ses délégués d’inviter de nouveau la professeure Nadia El-Mabrouk à son colloque prévu pour la mi-février, a appris Le Devoir.

La présidente de l’Alliance, Catherine Renaud, a convoqué une assemblée extraordinaire des délégués le 4 février pour reconsidérer la décision d’exclure la professeure de l’Université de Montréal. Le conseil d’administration propose de « réintégrer Nadia El-Mabrouk comme conférencière et participante à la table ronde du colloque », indique le message envoyé aux délégués syndicaux lundi en fin de journée.

L’Alliance a confirmé au Devoir la convocation d’une assemblée extraordinaire, sans commenter davantage nos informations. « À la suite d’un article de Marco Fortier paru dans Le Devoir et d’une entrevue que j’ai donnée à l’émission de Paul Arcand, vendredi dernier, concernant l’annulation de la conférence de Nadia El-Mabrouk à notre colloque, l’Alliance a reçu de nombreux messages nous accusant notamment de censurer les propos de personnes qui ne partagent pas nos positions, notamment en lien avec la laïcité et le transgenrisme, propos aussi rapportés dans d’autres médias. Devant le flot de commentaires, j’aimerais faire le point », écrit la présidente de l’Alliance à ses délégués.

« En raison de cette situation urgente et préoccupante, nous vous interpellons donc à votre tour afin que vous organisiez, cette semaine, une assemblée syndicale dans votre établissement afin de débattre collectivement de ces recommandations. Ces sujets méritent d’être discutés et d’être débattus sainement et respectueusement entre nous, dans nos instances », ajoute Catherine Renaud.

Changement de cap

Il s’agit d’un revirement majeur pour le syndicat qui représente 9700 enseignants de la grande région de Montréal. L’Alliance avait d’abord invité Nadia El-Mabrouk à son colloque des 18 et 19 février, qui célébrera le 100e anniversaire du syndicat.

Comme l’a rapporté Le Devoir la semaine dernière, la présence de la conférencière, bien connue pour ses positions tranchées en faveur de la laïcité, a fait des vagues chez les membres du syndicat (qui s’oppose officiellement à l’interdiction du port de signes religieux par les enseignants). À la surprise générale, 24 heures après la publication du programme du colloque, l’assemblée des délégués a voté à la majorité pour « désinviter » la professeure de l’Université de Montréal. Sa présence provoquait un « malaise » à cause des sujets « explosifs » qu’elle prévoyait aborder.

Appuyée par des enseignants, la professeure au Département d’informatique de l’UdeM a dénoncé ce qu’elle considère comme de la « censure ». D’autres ont salué le retrait de l’invitation faite à la professeure, surtout à cause de ses positions sur le phénomène trans et sur le cours éthique et culture religieuse (ECR).

Opinions et expertise

La professeure a commis un impair impardonnable aux yeux de la communauté trans : dans un texte d’opinion paru dans La Presse +, elle a « mégenré » une personne trans de 14 ans qui se considère comme une fille en l’a décrivant comme un garçon. Élyse Bourbeau, déléguée de l’Alliance, a convaincu ses collègues de l’assemblée des délégués de retirer l’invitation à la professeure de l’UdeM.

« Ce qu’elle a fait, c’est un acte d’intimidation. Mme El-Mabrouk est professeure d’informatique, elle a des opinions sur l’identité des genres, mais elle n’a pas l’expertise pour parler de ça », dit Mme Bourbeau.

Nadia El-Mabrouk balaie ces objections et estime avoir la légitimité pour prendre part au débat public. « Une expertise dans un domaine peut se forger de bien des façons, à force de lectures, de réflexions, d’analyses », a-t-elle fait valoir au Devoir.

« De plus, s’il n’y avait que les spécialistes d’un domaine précis qui puissent s’exprimer sur un sujet, alors il n’y aurait que les ingénieurs en fracturation hydrologique pour l’exploitation des gaz de schiste ou les ingénieurs des compagnies pétrolières qui pourraient s’exprimer sur la pollution ou l’installation de pipelines ! […] Le fait d’être professionnellement extérieur à un enjeu social donne d’ailleurs beaucoup plus de liberté pour en parler, sans conflit d’intérêts, loin des paradigmes du moment du milieu académique. Par exemple, les “spécialistes” du cours ECR, ainsi que les facultés de théologie et de sciences religieuses, survivent en grande partie grâce à ce cours. Ce n’est donc pas d’eux qu’on doit s’attendre à une position neutre et objective sur ce cours. »

 

Une version précédente de ce texte, qui indiquait que le syndicat représente 34 000 enseignants de la grande région de Montréal, a été modifiée.

À voir en vidéo