L’éducation à la sexualité est «essentielle», affirme le ministre de l'Éducation

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a condamné l'invitation du diocèse de Montréal à soustraire les élèves des cours obligatoires d’éducation à la sexualité. 
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a condamné l'invitation du diocèse de Montréal à soustraire les élèves des cours obligatoires d’éducation à la sexualité. 

Le ministre de l’Éducation a condamné une initiative d’inspiration catholique visant à soustraire les élèves des cours obligatoires d’éducation à la sexualité, en faisant valoir qu’il s’agit d’une matière « essentielle au bon développement de l’enfant ».

« Les seules exemptions délivrées le seront de manière exceptionnelle pour des motifs très précis, par exemple pour des élèves ayant vécu des traumatismes importants [par exemple une agression sexuelle] », a déclaré le ministre Jean-François Roberge dans un courriel au Devoir.

Le premier ministre François Legault a précisé que « les cours vont être obligatoires pour tout le monde ». « Je pense que c’est important d’avoir des cours d’éducation à la sexualité dans nos écoles. Avec tout ce qu’on vit depuis certaines années, c’est important que les jeunes comprennent tous les impacts et qu’ils soient capables de bien voir comment on peut évoluer dans une société entre hommes et femmes », a ajouté M. Legault au cours d’un événement en présence de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Cette controverse a pris naissance lorsque le diocèse de Montréal a envoyé aux médias une invitation au lancement d’un manuel visant à soustraire les élèves des cours d’éducation à la sexualité. Le diocèse a pris ses distances de l’initiative jeudi dans un message diffusé sur Twitter, même si le manuel a été rédigé par l’abbé Robert J. Gendreau, directeur au service de pastorale liturgique de l’archevêché de Montréal, et par le Dr Raouf Ayas.

   

Valeurs catholiques

Ce manuel vise à permettre aux parents opposés au programme officiel d’éducation à la sexualité d’enseigner la matière à la maison. Le livre est offert depuis lundi sur le site Amazon pour la somme de 10 dollars.

Cet « outil pédagogique répond aux objectifs du ministère de l’Éducation, tout en respectant le développement des enfants », indique le communiqué du diocèse de Montréal envoyé mercredi aux médias.

« Plusieurs parents croient que le gouvernement impose des enseignements sexuels trop tôt et d’une manière qui contrevient à leurs valeurs. […] Les cours commencent déjà partout au Québec, il n’y a plus de temps à perdre », ajoute le communiqué.

Une pudeur douteuse

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a dénoncé mercredi l’initiative du prêtre et du médecin catholiques. « Après avoir invité les parents à retirer leurs enfants des classes d’éducation sexuelle, l’archevêché de Montréal fait maintenant marche arrière. Il n’avait guère le choix, car une église qui porte un aussi lourd bilan en termes d’agressions sexuelles est très mal placée pour faire la leçon en matière d’éducation sexuelle à qui que ce soit », a écrit dans son blogue Sonia Éthier, présidente de la CSQ.

« L’archevêché proposait de « développer chez l’enfant la pudeur, une pudeur saine et qui serait la première ligne de défense contre les agressions sexuelles ». La pudeur aurait-elle permis de protéger les femmes, les enfants et les personnes vulnérables contre les agressions sexuelles ? […] En invoquant la pudeur, le clergé n’en venait-il pas à blâmer les victimes plutôt que leurs agresseurs ? »

De son côté, la Fédération québécoise pour le planning des naissances a salué l’intervention du ministre Roberge en faveur de l’éducation à la sexualité, mais a invité le gouvernement à investir pour être à la hauteur des attentes. « L’actuel budget de 4,70 $ par élève et par an ne permet pas l’implantation effective et efficace des apprentissages », a déclaré Cindy Pétrieux, de la FQPN.