La CSDM réduira le nombre de ses professionnels

Dans un contexte où les ressources pour les élèves en difficulté d'apprentissage manquent à l'appel, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a confirmé hier son intention d'abolir une cinquantaine de postes professionnels, une décision qui indigne le syndicat, qui crie à la réduction des services aux élèves.

La CSDM a fourni à ses professionnels un plan d'effectifs provisoire qui prévoit l'abolition de 51 postes de conseiller pédagogique, de conseiller en orientation, de psychologue, de psychoéducateur et de travailleur social, ce qui correspond à 10 % des effectifs. «C'est carrément inacceptable», a dénoncé hier le président du Syndicat des professionnels du milieu de l'éducation de Montréal (CSQ), Jean Falardeau.

La commission scolaire a expliqué qu'il s'agit d'un plan provisoire soumis à la consultation, «qui varie d'heure en heure», a assuré hier Camille Gagnon, directrice des communications à la CSDM. «On parlait de 51, ce matin, c'était 47, ça peut changer.» C'est le 26 mai prochain que le plan final sera connu et soumis au vote du conseil des commissaires.

Les professionnels ont compris que 24 postes de conseiller pédagogique sont en péril, ce qui annonce la suppression du programme de prévention de la violence en vigueur à la commission scolaire. À l'animation spirituelle, aux services en bibliothèque, en psychologie, en psychoéducation et en travail social, le syndicat calcule aussi que des postes seront abolis. Sur les 51 employés visés, 16 n'ont pas les deux années de service requises pour passer à la permanence mais «35 seront mis en disponibilité et réaffectés à d'autres tâches», a expliqué Jean Falardeau, qui se demande où se trouvent alors les mesures d'économie.

La CSDM n'a pas voulu commenter le nombre de postes mis en disponibilité car elle assure que son plan d'effectifs n'est pas final et que cela pourrait changer considérablement d'ici la date butoir du 26 mai.

Cette menace de compressions survient au moment où le dernier budget Séguin a confirmé l'octroi de dix millions destinés à l'ensemble des commissions scolaires du Québec pour l'ajout de 120 professionnels additionnels dans les écoles, en soutien direct aux élèves en difficulté d'apprentissage.

La CSDM, la commission scolaire la plus imposante du territoire québécois, recevra 1,2 million de cette somme à laquelle elle ajoute elle-même 700 000 $ pour l'année 2004-05, a confirmé hier Camille Gagnon. «Ces sommes seront octroyées aux ressources humaines, pas nécessairement professionnelles», a-t-elle expliqué, ajoutant toutefois qu'«en général, les écoles ont privilégié l'embauche de professionnels avec cet argent».

Le syndicat des professionnels promet de protester férocement contre ces intentions de réduction du personnel au cours des deux prochaines semaines, ce qu'il a d'ailleurs fait hier soir en manifestant à l'entrée du conseil des commissaires.