École FACE: les parents s’inquiètent d’un déménagement

L’édifice patrimonial abritant l’école publique à vocation artistique se détériore à petit feu depuis plusieurs années.
Photo: Wikicommons L’édifice patrimonial abritant l’école publique à vocation artistique se détériore à petit feu depuis plusieurs années.

En décrépitude, l’école FACE, située dans le centre-ville de Montréal, devra subir d’importants travaux dans les prochaines années, qui nécessiteront de déménager les quelque 1400 élèves pendant au moins six ans. Une situation qui inquiète plusieurs parents, qui n’excluent pas l’idée d’inscrire leurs enfants dans une autre école de la métropole d’ici là.

« Je comprends que des travaux sont nécessaires, car l’école est vraiment très vieille, mais c’est inquiétant. Si ça devient un déménagement houleux et que les enfants se retrouvent dans une école trop éloignée ou moins bien équipée pour pratiquer la musique, je sortirai mes enfants de là avant le secondaire », confie Claudine, dont les deux enfants sont actuellement au primaire à l’école FACE.

L’édifice patrimonial abritant l’école publique à vocation artistique — qui offre des cours de la maternelle à la cinquième secondaire — se détériore à petit feu depuis plusieurs années, multipliant les petits travaux ici et là. Il faut dire qu’il a été construit en 1914, conçu par les frères Maxwell qui ont aussi imaginé le Musée des beaux-arts de Montréal.

« Problèmes de plomberie, des escaliers à réparer, une chaleur étouffante pendant l’été. Il y a beaucoup de choses à changer. Ça me déprime un peu plus chaque fois que je vais chercher mes enfants », constate de son côté Patrick Henein, dont les deux enfants fréquentent l’école FACE, l’un au primaire, l’autre au secondaire.

Mi-décembre, les parents d’élèves ont reçu une lettre du Comité de vigie de FACE, formé notamment de membres de la direction, d’enseignants, d’étudiants et de parents, concernant des travaux majeurs à venir.

« Vu l’ampleur du projet, tous les membres du [comité] sont d’avis que durant la reconstruction, à cause du bruit, de la poussière, du dérangement et des dangers potentiels de sécurité, un déménagement du 3449, rue University doit avoir lieu. Sans parler du fait que rester sur place compliquerait la rénovation et prolongerait le projet », peut-on lire.

1400
C’est le nombre d’élèves qui devront déménager de l’école FACE lors du commencement des travaux.

Un déménagement n’aurait pas lieu avant 2021 au plus tôt, selon le comité, et deux édifices seraient déjà dans la ligne de mire de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui souhaiterait idéalement déménager les 1400 élèves dans un même lieu.

Il s’agit de l’ancien Institut des sourdes-muettes, sur la rue Saint-Denis, entre Cherrier et Roy, et de l’ancien hôpital Jacques-Viger, à l’abandon depuis cinq ans, situé au coin du Boulevard René-Lévesque et de la rue Saint-Hubert. Deux édifices qui auront aussi besoin « de rénovations d’envergure pour les rendre habitables et convenables aux besoins de FACE », indique le Comité de vigie.

« On ne sait même pas si ces bâtiments peuvent accueillir autant d’élèves. Est-ce que ça me tente que mon fils se retrouve entassé dans une classe avec les autres ? Non », assure M. Henein, qui reconnaît considérer fortement l’idée d’inscrire son fils dans une autre école secondaire, une fois son primaire terminé à l’école FACE.

Demande de fonds

La CDSM a déjà investi 25 millions de dollars depuis 2012 pour entretenir l’édifice de la rue University. En 2017, elle s’est tournée vers le gouvernement du Québec pour obtenir une aide financière de 120 millions de dollars pour mener à bien des travaux de rénovation majeurs. Une demande qui n’a toutefois pas été retenue par l’ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard.

La commission scolaire compte soumettre son projet une nouvelle fois cette année, ayant espoir que la demande sera mieux considérée par la Coalition avenir Québec, au pouvoir depuis le mois d’octobre.

« La Coalition avenir Québec a désigné l’éducation comme l’une de ses grandes priorités. Elle a également promis d’aborder la détérioration de l’infrastructure scolaire à travers le Québec avec un blitz majeur de reconstructions », peut-on lire dans la lettre du Comité de vigie de FACE.