Quand l'école peut aider les ados à mieux dormir

«La plupart des adolescents souffrent d’un manque chronique de sommeil», souligne une étude publiée dans «Science Advances».
Photo: Antonio Diaz Getty Images «La plupart des adolescents souffrent d’un manque chronique de sommeil», souligne une étude publiée dans «Science Advances».

Les adolescents manquent cruellement de sommeil, et les écoles secondaires peuvent les aider à dormir. En retardant le début des classes d’environ une heure, le District scolaire de Seattle, dans l’État de Washington, a permis aux élèves de dormir 34 minutes de plus par nuit. Les notes des élèves ont augmenté en moyenne de 4,5 points de pourcentage. Mieux encore, les absences et les retards à l’école ont diminué.

Une nouvelle étude universitaire confirme l’efficacité d’un simple changement d’horaire pour faire dormir — et réussir — les élèves du secondaire. Cette recherche, menée au Département de biologie de l’Université de Washington, est une des premières à mesurer avec autant de précision le temps de sommeil gagné et ses effets sur les résultats scolaires, selon les chercheurs.

« La plupart des adolescents souffrent d’un manque chronique de sommeil », prévient l’étude publiée mercredi dans le magazine américain Science Advances.

« Il est essentiel d’augmenter la durée de sommeil des adolescents non seulement à cause des impacts de la privation de sommeil sur leur santé physique et mentale, mais aussi parce que le sommeil joue un rôle dans la capacité d’apprendre », précise la recherche dirigée par le professeur Horacio de la Iglesia.

Cette étude a été rendue possible lorsque le District scolaire de Seattle a décidé de faire commencer les classes 55 minutes plus tard dans toutes ses écoles secondaires, à la rentrée de l’automne 2017. Le début des cours a été repoussé de 7 h 50 à 8 h 45 pour permettre aux élèves de dormir plus longtemps.

L’équipe de l’Université de Washington a suivi des groupes d’élèves en biologie de deux écoles, en 2016 (avant le changement d’horaire) et en 2017, pour comparer une série de mesures : temps de sommeil des élèves, notes moyennes, ainsi que taux d’absentéisme et de retard à l’école.

Pour faire ces mesures, les chercheurs ont utilisé un appareil semblable à une montre mesurant les mouvements des adolescents et leur exposition à la lumière. Ils ont couplé ces statistiques à celles d’un journal détaillé que les élèves devaient remplir chaque jour. Les résultats sont clairs.

« On a constaté que les étudiants se lèvent 45 minutes plus tard, mais qu’ils ne vont pas nécessairement au lit plus tard qu’avant », explique Horacio de la Iglesia dans une vidéo portant sur sa recherche.

Le temps de sommeil médian des élèves a augmenté de 34 minutes — passant à 7 heures 24 minutes. Il s’agit d’une « hausse significative » même si on est loin des 8 à 10 heures que les adolescents devraient dormir chaque nuit, souligne le chercheur.

Les notes moyennes, elles, sont passées de 77,5 % à 82 %. Et dans une des deux écoles (la plus défavorisée), les absences et les retards à la première période de cours de la journée ont diminué de façon marquée.

Changements biologiques

Les adolescents souffrent presque tous d’un manque de sommeil à cause de changements à leur rythme circadien, explique Geneviève Gariépy, professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal. L’utilisation d’écrans en soirée nuit aussi au sommeil des jeunes (et des adultes), souligne-t-elle, mais les transformations biologiques jouent un rôle indéniable dans le fait que les adolescents s’endorment environ deux heures plus tard que les adultes.

« Si l’école commence trop tôt, toute l’horloge interne des élèves est déboussolée », dit Geneviève Gariépy. Elle a pris part à la plus grande étude canadienne sur les liens entre l’horaire des écoles secondaires et le temps de sommeil des élèves, publiée en 2017. Après avoir étudié 362 écoles, elle et son équipe ont conclu que l’heure idéale pour le début des classes au secondaire serait entre 9 h 30 et 10 h.

Mais pourquoi toutes les écoles secondaires n’adoptent-elles pas cet horaire ?

« Ça peut sembler simple, mais ce n’est pas facile de changer un horaire d’une demi-heure ou de 45 minutes. Il y a des impacts non seulement sur les élèves, mais aussi sur le corps professoral, les directions d’école et les parents. Ce n’est pas un manque de volonté si ça ne change pas, c’est juste une grosse machine qui bouge très lentement », dit la professeure.

Le transport scolaire peut parfois empêcher à lui seul de changer les horaires des écoles, souligne-t-elle. C’est un dossier très complexe à gérer.

Expérience réussie

Les parents, eux, sont prêts à accepter des changements d’horaire d’une quinzaine de minutes, mais aspirent d’abord à des horaires stables, fait valoir Sylvain Martel, président du comité de parents de la Commission scolaire de Laval. La commission scolaire et le comité de parents ont fait des sondages à ce sujet. Leurs conclusions sont similaires.

« Un changement d’horaire au secondaire a un impact qui est ressenti dans toute la commission scolaire, jusqu’au primaire. L’effet n’est pas limité aux heures de classe, mais vient toucher aussi les services de garde, les activités parascolaires et l’organisation familiale », dit Sylvain Martel.

La Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSHR), en Montérégie, en sait quelque chose : elle a changé ses horaires en 2017 pour permettre aux élèves du secondaire de dormir plus longtemps. « On ne l’a jamais regretté. Les directions d’école nous disent que les élèves arrivent plus disposés à leurs cours », dit Alain Camaraire, directeur des ressources éducatives à la CSHR.

En fait, la commission scolaire a complètement inversé ses horaires : les écoles secondaires ouvrent désormais leurs portes vers 9 h pour étirer le temps de sommeil des adolescents, et les écoles primaires commencent vers 8 h, parce que les petits se réveillent plus tôt que les adolescents. Avant 2017, les élèves du secondaire commençaient avant ceux du primaire.

« Nos services de garde ouvrent dès 6 h 30 au primaire. Quand la première période commençait à 9 h, on avait des enfants qui étaient actifs depuis deux heures et demie. Ils étaient fatigués à la fin des classes à 16 h. Ils terminent maintenant à 15 h », dit Alain Camaraire.

4 commentaires
  • Richard Théroux - Abonné 13 décembre 2018 04 h 07

    B-Society

    C'est ce que prônent déjà plusieurs études, visibles à la B-Society :
    Why does school start at 8 AM?
    School discriminates against B-persons (late risers). Research shows that almost most all teenagers are B-persons. An 8 am start is in the middle of the biological night of young people, and B-persons receive poorer grades than A-persons if exams take place early in the day. Only when exams take place in the early afternoon are A-persons and B-persons competing on an equal basis.
    https://www.b-society.org

  • Jeannine I. Delorme - Abonnée 13 décembre 2018 22 h 54

    Le sommeil des ados

    Pauvres petits ! De quelle manière pourrait-on les choucouter encore plus ? Si on souscrit à ces niaiseries, leur futur patron devra retarder leur horaire de travail !!!! Non mais que veut donc cette époque où les jeunes ne sont plus préparés à faire face à la vie mais encouragés à la paresse ? Je suis outrée. J'en ai élevé six et il sont devenus de bons citoyens, travailleurs et ponctuels comme leurs contemporains. Et que fait-on de ces universitaires qui sont si irréalistes et si désorientés ? C'est à y perdre la confiance qu'on peut avoir devant ces professionnels, et ce, pour longtemps !

    • Éric Michaud - Abonné 14 décembre 2018 10 h 23

      Bien d'accord avec vous! À quoi ça sert d'adopter de meilleures pratiques qui aident au bien-être de tous! Ils sont qui, eux qui se posent des questions et font des études détaillées et solidement ancrées dans le quotidien des sujets qu'ils étudient, pour nous dire quoi faire? Hein? Des spécialistes? Je suis tanné de me faire dire quoi faire par des gens qui pensent tout savoir! À partir de maintenant, je n'achète ma viande que chez les végétariens. Et que je ne vois pas un cibouleau de plombier venir essayer de me dire quoi faire avec mes problèmes de tuyaux qui bouchent et fendent! Ils connaissent quoi à ça la plomberie, les plombiers?

  • Claude Régnier - Abonné 14 décembre 2018 10 h 40

    Sleeeping through High School

    D'autres études relevées dans le numréo de septembre 2014 (page27) de Scientific American, font état de recherches semblables: les ados ont un rythme circadien différents de celui des adultes et en tenir compte pour commencer l'école plus tard, et la finir plus tard, leur permet de mieux performer. Pas pour rien qu'ils ne sont pas «couchables» ni «levable». Ce n'est pas une question de paresse, mais de physiologie.
    www.scientific.american.com