Plus de 50 000 étudiants en grève

Les étudiants en grève revendiquent la rémunération des stages.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les étudiants en grève revendiquent la rémunération des stages.

Plus de 50 000 étudiants du cégep et de l’université seront en grève dès ce matin, et pour toute la semaine, afin de revendiquer la rémunération des stages.

Les associations étudiantes des cégeps Saint-Laurent, du Vieux-Montréal, Marie-Victorin et du Collège de Maisonneuve, de même que certaines associations étudiantes facultaires de plusieurs universités à Montréal, à Québec, à Sherbrooke et en Outaouais se sont dotées de mandats de grève pour la semaine du 19 au 23 novembre. Certains pour la semaine complète, d’autres pour certaines journées. Une grande manifestation rassemblera tous les grévistes mercredi à Montréal.

Ces derniers plaident pour que tous les stages soient rémunérés. Ils invoquent l’équité, se demandant pourquoi les stages sont rémunérés dans certains domaines, comme en gestion ou en génie, alors que d’autres ne le sont pas. « On revendique que tous les stages soient payés », explique Gabriella Gonzales, membre du comité unitaire sur le travail étudiant du cégep Saint-Laurent.

« Par exemple, les étudiants du programme de génie mécanique, donné ici au cégep Saint-Laurent, sont rémunérés pendant leur stage, tandis que ceux qui étudient en soins infirmiers ne le sont pas. Le travail d’une étudiante infirmière a autant de valeur que celui d’un étudiant en génie mécanique. Ce n’est pas égal. Pourquoi ne pas valoriser le travail de chacun ? »

Elle parle de « lutte féministe » parce que les gens les plus affectés par la non-rémunération des stages sont généralement des femmes. Un argument repris sur le site « Grève des stages », qui est relayé par plusieurs associations étudiantes en grève.

« Les stages non rémunérés se trouvent en plus grand nombre dans les secteurs des soins et de l’éducation, des emplois majoritairement occupés par des femmes », peut-on lire sur le site. Ils citent une étude menée sur les étudiants de l’Université de Sherbrooke, selon laquelle 80 % des femmes effectuent un stage non rémunéré, contre seulement 53 % des hommes.

On évoque également le cheap labor de même que le manque d’encadrement légal et de protection de base pour les stagiaires, notamment en matière de violence et de harcèlement, puisqu’ils ne sont pas considérés en vertu de la Loi sur les normes du travail.

Enfin, on affirme que les stages non rémunérés ont des « impacts négatifs » sur les étudiants. On rappelle que plusieurs doivent travailler pour payer leurs études. Lorsqu’on ajoute un stage, « ça devient vite ingérable », peut-on lire dans la section argumentaire.

Outre la « surcharge de travail » et les « difficultés à concilier emploi, stage, études et vie personnelle », on évoque la santé mentale. Selon un sondage réalisé par le Comité pour la rémunération des stages et internats de l’Université du Québec en Outaouais, « 42 % des répondants et des répondantes confient avoir vécu du stress, de l’anxiété, de l’angoisse, de l’isolement et de la détresse psychologique pendant leur stage ».

Absents de marque

Les deux plus grandes associations syndicales étudiantes — soit la Fédération étudiante collégiale du Québec et l’Union étudiante du Québec — n’ont pas embarqué dans le mouvement de grève. La rémunération des stages est au coeur de leurs préoccupations, mais elles veulent donner une chance aux négociations qui ont cours avec le ministère à ce sujet.

« Le gouvernement nous a montré de l’ouverture, c’est encourageant », affirme Guillaume Lecorps, président de l’union étudiante du Québec, qui regroupe plus de 79 000 membres sur plusieurs campus.

« Mais on est encore à l’étape des discussions et on ne peut pas écarter l’idée que nos associations vont tomber en grève elles aussi si le gouvernement n’agit pas rapidement sur la question des stages, car on sent que la mobilisation s’accentue de jour en jour. »
 



Une version précédente de ce texte, indiquant qu'un sondage avait été réalisé par l’Université du Québec en Outaouais, a été modifiée.