Le quart des enfants des maternelles du Québec sont en difficulté

Non seulement l’objectif de la Politique de la réussite éducative n’a pas été atteint, mais les chiffres démontrent que la situation s’est détériorée au cours des dernières années.
Photo: iStock Non seulement l’objectif de la Politique de la réussite éducative n’a pas été atteint, mais les chiffres démontrent que la situation s’est détériorée au cours des dernières années.

La proportion d’enfants vulnérables dans les maternelles 5 ans du Québec a augmenté au cours des cinq dernières années, révèle une enquête d’envergure de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dévoilée jeudi. Un constat qui soulève des questions sur la qualité des services préscolaires et l’encadrement des enfants, estiment des spécialistes.

L’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) réalisée en 2017 montre que plus d’un enfant à la maternelle sur quatre est vulnérable dans au moins un domaine de développement (27,7 %), en légère hausse par rapport à la première édition de l’enquête menée en 2012 (25,6 %).

Ce résultat demeure en deçà de l’objectif de la Politique de la réussite éducative présentée en juin 2017 par le gouvernement Couillard, qui vise à réduire à 20 % la proportion d’enfants vulnérables à la maternelle d’ici 2025.

Ça reflète ce qui se passe dans le secteur préscolaire. Le niveau de qualité des services de garde et des maternelles 4 ans n’est pas nécessairement au rendez-vous, surtout pour soutenir les enfants les plus vulnérables.

 

L’EQDEM est l’une des enquêtes les plus étendues permettant d’évaluer l’état de développement des enfants québécois au moment où ils font leur entrée dans le système scolaire. L’édition 2017 a été menée auprès d’environ 5200 enseignants de la maternelle qui travaillent dans près de 1900 écoles à travers le Québec, ce qui a permis de colliger des données sur plus de 83 000 enfants.

Prévention inefficace ?

« À mon avis, ça reflète ce qui se passe dans le secteur préscolaire. Le niveau de qualité des services de garde et des maternelles 4 ans n’est pas nécessairement au rendez-vous, surtout pour soutenir les enfants les plus vulnérables », affirme la professeure de l’UQAM Christa Japel, une spécialiste du développement de l’enfant et des services préscolaires.

« Ça veut dire que tout ce qu’on a voulu faire en matière de prévention, ça ne semble pas fonctionner. »

Sa collègue Nathalie Prévost, qui enseigne au Département d’éducation et de formation spécialisées de l’UQAM, estime pour sa part qu’il ne faut pas sauter aux conclusions trop vite. « Je trouve que c’est un peu discutable qu’un enfant qui arrive dans le parcours scolaire reçoive tout de suite l’étiquette “en difficulté”, dit-elle. Je ne remets pas les résultats en question, mais je suis convaincue qu’avec des interventions de qualité et des attentes élevées, il est possible de faire de belles choses. »

Elle appuie ses dires sur une étude publiée en 2016 à laquelle elle a participé : après avoir suivi des élèves lors de leur passage de la maternelle à la première année, ses collègues et elle ont constaté que les enfants en difficulté sont parvenus à obtenir de bons résultats grâce à un encadrement soutenu.

Cinq domaines

Pour mesurer la vulnérabilité des enfants québécois, l’ISQ a évalué cinq domaines de développement : la santé physique et le bien-être, les compétences sociales, la maturité affective, le développement cognitif et langagier, ainsi que les habiletés de communication et les connaissances générales.

L’enquête 2017 indique que la proportion d’enfants vulnérables a augmenté depuis cinq ans dans les quatre premiers domaines, tandis que la proportion est demeurée semblable dans le cinquième. Dans l’étude, un enfant est considéré comme « vulnérable » lorsque son score pour un domaine de développement se situe dans le 10 % inférieur par rapport aux scores obtenus par les enfants de la maternelle en 2012.

Selon l’ISQ, les enfants vulnérables sont « moins susceptibles de satisfaire aux exigences du système scolaire, qui sont notamment de faire preuve de coordination, de travailler de façon autonome, d’être capable d’attendre son tour dans un jeu, de manifester de l’intérêt pour les livres ou encore de participer à un jeu faisant appel à l’imagination ».

« Il importe tout de même de souligner que les enfants dits vulnérables à la maternelle ne présenteront pas tous des difficultés tout au long de leur parcours au primaire », ajoute-t-on.

L’EQDEM nous apprend que les garçons sont proportionnellement plus vulnérables que les filles. Il en va de même pour les enfants nés à l’extérieur du Québec et ceux qui proviennent d’un milieu défavorisé.

Les auteurs du rapport, tout comme les chercheuses interrogées, expliquent qu’il est difficile de cerner les causes exactes de la vulnérabilité des enfants. « C’est complexe, il n’y a pas un seul facteur qui explique tout », note Mme Japel.

L’ISQ précise néanmoins qu’il serait pertinent de s’intéresser au développement des récentes cohortes d’enfants, comme le contexte familial, les outils éducatifs ou encore les pratiques parentales.

6 commentaires
  • Jacques Morissette - Abonné 19 octobre 2018 03 h 51

    Et je suis sûr, même certain, que ce n'est pas inné.

  • Denis Paquette - Abonné 19 octobre 2018 04 h 09

    accompagner les enfants dans leur développement , des enfants qui ont des parents négligeants et inaptes

    il m'apparait important que la société soit capable d'.accompagner les enfants dans leur développement , que les enfants ne deviennent pas les victimes de parents négligeants et surtout inaptes

  • François Réal Gosselin - Abonné 19 octobre 2018 08 h 17

    Capacité ou comportement ?

    Tout semble se résumer à l'analyse comportementale d'un individu au détriment de sa capacité effective d'appréhender le réel.
    La définition d'un comportement "sain" est toujours subjective à une époque et à un groupe, elle ne saurait jamais être la norme universelle et "éternelle".
    Il faudrait sérieusement revoir toutes ces analyses et se baser sur le respect de la différence.

  • Gilles Roy - Abonné 19 octobre 2018 10 h 40

    Ouais, bon...

    Ai perso jamais été convaincu de la robustesse statistique de l’EQDEM, et cette fois encore, je crains que le pire côtoie l’à peu près correct. Ne rappelons que ces deux points de méthode : 1-Ce sont les perceptions d’un corps particulier de la société (les enseignantes de maternelle) qui sont ici sondées. Les perceptions des parents d’enfants mèneraient pour leur part à dégager des constats sensiblement différents (voir les résultats de l’EQEPE). 2- Une « constante macabre » ne peut qu'émerger quand on procède par comparaison de cohorte. Ainsi et même à l’entrée d’un doctorat en physique, un groupe d’étudiants en difficultés pourra être ressorti. D’où ces questions récurrentes : qu’est-ce qu'être en difficultés et cela selon quel point de vue en particulier?

  • Patrick Daganaud - Abonné 19 octobre 2018 10 h 49

    INTERVENTION PRÉCOCE EFFICACE, SOUS CONDITIONS

    La recherche (Boutin, Terrisse (1983, 1986, 1997); Latendresse, Trudelle (1988, 1989, 1990, 1991, 1992) a déjà fait la démonstration que l'intervention préventive concentrée auprès des enfants ne suffit pas et qu'elle doit être systémique (toucher l'environnement familial élargi + les habiletés parentales + l'équilibre psychique et socioéconomique des adultes parents). Elle doit aussi se prolonger des 3-4 ans aux 6-7 ans, voire aux 7-8.

    Alors les mesures isolées ne sont que des photographies à partir desquelles on ne peut faire qu'un constat : les mesures longitudinales adéquates ne sont pas prises et la situation se détériore.

    Il serait excessissement dangereux de conclure que la prévention ou l'intervention précoce ne servent à rien.
    Il serait également abusif de conclure que l'intervention doit être conduite dans les CPE.
    Une intervention longitudinale de 3 à 4 ans, incluant l'initiation précoce à l'environnement scolaire doit avoir lieu à l'école, puisque c'est vers elle que le futur de l'enfant se tourne.