La canicule annoncée inquiète les écoles de la CSDM

L’an dernier, les trois commissaires indépendants de la CSDM ont déposé une motion d’urgence au conseil des commissaires pour demander un plan d’action qui permettrait de mieux prévoir les prochains épisodes de canicule.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir L’an dernier, les trois commissaires indépendants de la CSDM ont déposé une motion d’urgence au conseil des commissaires pour demander un plan d’action qui permettrait de mieux prévoir les prochains épisodes de canicule.

Alors que les prévisions météo laissent prévoir des températures très chaudes pour les prochains jours, des parents et des professeurs s’inquiètent des conditions dans les écoles vétustes de la commission scolaire de Montréal, qui tarde à déployer un véritable plan d’intervention en cas de canicule.

« Les gens sont stressés juste à l’idée d’imaginer les prochaines journées de grande chaleur qui s’en viennent, parce que ça va être très difficile à vivre dans certains milieux », soupire Violaine Cousineau, commissaire indépendante à la commission scolaire de Montréal.

La commissaire se rappelle la dernière rentrée scolaire « extrêmement difficile » en raison de la canicule qui sévissait.

La chaleur suffocante dans les classes, le manque d’air — certaines fenêtres sont si vieilles qu’elles ne s’ouvrent plus — et l’impossibilité même de brancher un ventilateur personnel dans certaines classes en raison d’un système électrique désuet avait fait couler beaucoup d’encre.

L’an dernier, les trois commissaires indépendants de la CSDM ont déposé une motion d’urgence au conseil des commissaires pour demander un plan d’action qui permettrait de mieux prévoir les prochains épisodes de canicule.

« Un an plus tard, rien n’a été fait », déplore Violaine Cousineau.

Elle n’est pas la seule à demander plus de « proactivité » de la part de la commission scolaire. « Chaque année, on interpelle la commission scolaire quand il fait chaud, explique Catherine Renaud, présidente de l’Alliance des professeurs de Montréal. L’an dernier, nous avons demandé un plan d’action formel pour qu’il y ait des règles claires et uniformes pour tous. Mais on a encore des ajustements à la pièce. C’est dommage. Encore une fois, on va vivre une rentrée difficile… »

Annie Pelletier, mère d’un enfant qui fréquente une école de la CSDM, se souvient également de la canicule vécue en juin dernier, en pleine période d’examen. « On demandait aux élèves d’apporter des bouteilles d’eau, mais ce n’est pas suffisant, il faut plus. Avec les changements climatiques, on risque de vivre ce problème de plus en plus souvent. »

À la CSDM, on répond qu’« il sera question de cette nouvelle réalité climatique lors du prochain Conseil des commissaires mercredi ».

D’ici là, une note a été envoyée aux directions d’établissement pour leur fournir quelques recommandations d’usage en cas de chaleur accablante, notamment de « s’assurer d’un accès à l’eau », de réduire l’activité physique et de « prévoir des solutions pour que les élèves et le personnel passent une partie de la journée dans des endroits plus frais ».