Grève des chauffeurs d’autobus évitée dans deux commissions scolaires

<p>Les chauffeurs d’autobus d’écoliers ont approuvé l’entente de principe dans une proportion de 78 %.</p>
Photo: Alexandre Shields Archives Le Devoir

Les chauffeurs d’autobus d’écoliers ont approuvé l’entente de principe dans une proportion de 78 %.

La grève générale illimitée des chauffeurs d’autobus d’écoliers chez Autobus Venise, qui a un contrat avec les commissions scolaires des Trois-Lacs et de la Vallée-des-Tisserands, qui devait commencer mercredi, a finalement été évitée.
 

Une entente de dernière minute quant au renouvellement de la convention collective est intervenue mardi avec la section locale 106 du syndicat des Teamsters, affilié à la FTQ, permettant ainsi d’annuler la grève qui était prévue à compter de mercredi.
 

Autobus Venise est une filiale du groupe Sogesco. Quelque 3000 élèves dans les régions de Beauharnois et Vaudreuil-Dorion auraient été touchés s’il y avait eu grève.
 

Les chauffeurs d’autobus d’écoliers ont approuvé l’entente de principe dans une proportion de 78 %, a fait savoir le syndicat des Teamsters.
 

Le nouveau contrat de travail prévoit une augmentation de salaire d’au moins 12 % sur cinq ans, en plus d’une amélioration des vacances et de l’ajout d’une journée de congé de maladie.
 

La semaine dernière, d’autres chauffeurs d’autobus d’écoliers syndiqués chez les Teamsters avaient entériné à 90 % l’entente de principe qui était intervenue avec Autobus Magog. Ceux-ci effectuent le transport d’écoliers pour la Commission scolaire des Sommets, en Estrie.
 

Ils avaient obtenu une augmentation de salaire minimale de 10 % pour la durée du contrat de travail de cinq ans. La hausse pourrait être plus importante si le budget versé par le gouvernement aux commissions scolaires pour le transport des élèves était majoré.


Le salaire des chauffeurs d’autobus d’écoliers varie entre 20 000 et 25 000 $, parfois moins. La rémunération est d’ailleurs au coeur du litige avec les transporteurs privés.


D’autres syndicats de chauffeurs d’autobus d’écoliers, syndiqués cette fois à la CSN, prévoient débrayer de nouveau la semaine prochaine, après une journée de grève le 15 mai. Il ne s’agira toutefois pas d’une grève illimitée.