Technopôle Angus: un projet d’école fait polémique

Le terrain sur lequel serait construite l’école du Technopôle Angus à Rosemont.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le terrain sur lequel serait construite l’école du Technopôle Angus à Rosemont.

Un nouveau modèle d’école — gérée comme au privé mais financée par le public — proposé par la Société de développement Angus dans Rosemont suscite la controverse. Et bien que l’école ne soit encore qu’au stade de projet — le gouvernement n’a pas encore reçu le projet et encore moins donné son aval —, les critiques débordent largement du quartier pour devenir un enjeu national, puisque pour aller de l’avant, ce projet nécessitera un changement à la Loi sur l’instruction publique.

Lorsque le projet de nouveau quartier résidentiel et commercial au Technopôle Angus a vu le jour en 2015, la Commission scolaire de Montréal a demandé au promoteur d’intégrer une école primaire dans ce secteur où les écoles débordent déjà.

Le promoteur, Société de développement Angus (SDA), a acquiescé à la demande et s’est investi dans le projet d’école… un peu plus que ce à quoi les acteurs du milieu s’attendaient.

La SDA a « monté son propre projet », s’étonne la présidente de la commission scolaire, Catherine Harel Bourdon, qui a assisté à la rencontre d’information publique du promoteur la semaine dernière.

« Le promoteur est arrivé avec un emplacement et un projet architectural, mais également avec un projet éducatif, les règles d’admission et un modèle de gouvernance. » Ce sont là des compétences généralement réservées aux commissions scolaires, précise-t-elle.

Le promoteur a consulté des experts et des parents pour réfléchir à « l’école de rêve ». Et le projet qu’il a présenté est, de l’avis général, tout à fait « inspirant ». Mais pour mettre en oeuvre cette approche pédagogique qui se veut « innovante et communautaire », le promoteur veut avoir les coudées franches. Et c’est là que le bât blesse.

Hybride privé et public

Le promoteur veut se détacher de la structure de la commission scolaire et avoir une autonomie totale. Il veut embaucher la direction et le personnel à sa convenance. Il veut que l’école ait son propre compte de banque et que la gestion passe par un conseil d’administration, comme dans une école privée.

Dans une lettre ouverte, publiée dans Le Devoir samedi, le président de la SDA, Christian Yaccarini, comparait son modèle d’école autonome à celui des centres de la petite enfance (CPE) et réaffirmait sa volonté d’en faire une « école de quartier publique, gratuite et sans test d’admission ».

Mais une école publique, au Québec, ça passe nécessairement par une commission scolaire. Qu’à cela ne tienne, Christian Yaccarini demande de rouvrir la Loi sur l’instruction publique.

« On pourrait avoir un changement — un peu comme on l’a fait en santé pour les cliniques d’infirmières praticiennes spécialisées — qui viendrait dire que le ministre peut aller de l’avant avec un projet-pilote qui sort du cadre habituel, explique le promoteur. On ne demande pas de refaire tout le système d’éducation… »

« Dangereux précédent »

Or, c’est justement ce que plusieurs craignent. « Ce modèle de gouvernance proposé, c’est un dangereux précédent », soutient Pascale Grignon, du mouvement Je protège mon école publique.

Les syndicats sont également furieux. « Ce n’est pas vrai qu’un promoteur privé va faire entrer des écoles à charte au Québec, dénonce la présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Louise Chabot. Ce genre de projet cache d’autres intentions, notamment celles de privatiser l’éducation. »

À la Fédération des établissements d’enseignement privés du Québec, on dit « suivre avec intérêt l’évolution de ce dossier ». Et pour cause. « Si le gouvernement décide de modifier la Loi pour permettre à des écoles autonomes d’être financées à 100 %, il pourrait y avoir certaines écoles privées qui seraient intéressées par ce nouveau modèle. »

Québec

Questionnée sur l’ouverture du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, à une modification de la Loi sur l’instruction publique pour permettre à ce projet inusité de voir le jour, son attachée de presse Marie Deschamps reste évasive : « Il n’y a aucun projet déposé à l’heure actuelle, donc… »

Elle affirme que « nous sommes ouverts aux modèles alternatifs dans le respect des lois ». Elle invite donc les deux parties — la CSDM et la SDA — à poursuivre leurs négociations et à « déposer leur projet conjoint afin qu’on puisse l’analyser ».

Car les ponts ne sont pas encore rompus et les deux parties espèrent toujours en venir à une entente, même si le projet ne peut se concrétiser dans sa forme actuelle sans une intervention de Québec.

« Je sais bien qu’à la fin, si on veut que notre projet voie le jour, il faut qu’il y ait un deal qui se fasse quelque part, concède Christian Yaccarini. Est-ce qu’on peut avoir un modèle où il y aurait une entente de services avec la commission scolaire ou un projet-pilote sous la tutelle de la CSDM ? Il y a des formules qui peuvent s’imaginer, mais là-dessus, il faut une ouverture de la CSDM. »

Ce n’est pas la CSDM qui manque de flexibilité, mais la Loi qui n’est pas faite ainsi, rétorque Catherine Harel Bourdon.

Les choses risquent de bouger un peu lorsque la commission scolaire saura de quels fonds elle dispose pour faire une offre au promoteur pour le terrain. Ici aussi, plusieurs possibilités sont sur la table, que ce soit l’achat d’un terrain ou un bail emphytéotique, par exemple.

Enjeu électoral ?

À Québec solidaire, on fustige ce projet d’école hybride. « Rosemont a besoin de nouvelles écoles, pas d’un laboratoire scolaire semi-privé, écrit le candidat à l’investiture dans Rosemont, Vincent Marissal, dans une lettre envoyée au Devoir. Le Québec devrait protéger le secteur public, pas l’affaiblir encore davantage. »

QS estime que ce projet constitue « un enjeu de fond en cette période [pré]électorale » et demande à ce que tous les partis prennent position.

L’enjeu risque effectivement de revenir sur la table, à tout le moins dans la circonscription, où Vincent Marissal croisera le fer avec le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée. Rappelons que Camil Bouchard, qui a depuis repris du service pour le PQ, a été l’un des instigateurs du projet d’école Angus avec Christian Yaccarini.