La Factry, apprendre à l’école de la créativité

Stéphane Gagné Collaboration spéciale
La Factry s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux professionnels.
Photo: Clovis Henrard La Factry s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux professionnels.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Dans l’ancienne gare Windsor, en plein coeur du quartier de l’innovation, se trouve La Factry, une école unique en son genre, où les professionnels et les étudiants apprennent à s’adapter à un monde du travail en évolution constante. Et cela, de façon créative et ludique.

Leadership créatif, Data créatif, Techniques de brainstorming, Visualisation des données… Voilà quelques-uns des cours ou ateliers dispensés par La Factry, l’École des sciences de la créativité.

Créée il y a deux ans, La Factry offre des formations destinées à des professionnels de divers milieux (santé, finances, éducation, technologie, commerce…) « qui cherchent à élargir leurs horizons et qui adhèrent à une vision de la créativité en tant qu’agent de changement ».

Jusqu’à aujourd’hui, des professionnels d’entreprises comme Radio-Canada, Reitmans, Ubisoft, Intact Assurance, la firme d’architectes Aedifica ont profité de ses services.

Un mot clé, transdisciplinarité

Photo: Clovis Henrard

« Les formations misent sur la transdisciplinarité, affirme Marie Amiot, présidente-directrice générale de La Factry. Par exemple, dans un atelier sur le leadership créatif, il y avait des gens du secteur bancaire, de l’Agence spatiale canadienne, de la construction, des communications, du cinéma, etc. Ces gens ont tous en commun des défis de transformation à relever dans leur entreprise respective. »

Deux types de formation sont proposés : les ateliers (d’une demi-journée ou d’une journée) et les cours (de trois à six jours). Les ateliers sont donnés par un maître alors que les cours sont donnés par un ou deux maîtres d’ateliers, plusieurs coachs et des invités spéciaux. « Tous ces gens sont des agents de changement et sont spécialisés dans leur domaine », dit Mme Amiot. C’est ainsi que, dans un cours, on peut retrouver comme coachs Patrick Gagné, le cofondateur de Taxelco et ancien directeur général de Téo Taxi, Phillippe Meunier, associé principal chez Sid Lee, et David Côté, fondateur de l’entreprise Jus loop.

Des cours et des ateliers pour étudiants

En association avec le Collège Sainte-Anne, partenaire-fondateur de La Factry, des ateliers et un stage sont aussi donnés aux étudiants. Quelques exemples : Outils de démarrage pour startup, Visualisation des données, Storytelling. « Nous avons aussi quelques collaborations avec l’École de technologie supérieure, située tout près de notre lieu et nous aurons bientôt des partenariats avec des universités », affirme Marie Amiot qui travaille à développer ce volet.

Questionner, risquer et réaliser

Sur le site Internet de La Factry, on résume en trois mots le déroulement des cours et des ateliers : questionner, risquer et réaliser. Dès le départ, on invite les participants à remettre en question le statu quo et à s’ouvrir aux possibilités non exploitées. Ensuite, ils sont invités à faire le saut et à s’ouvrir à de nouvelles solutions. Enfin, à la dernière étape, on invite les participants à réunir les conditions nécessaires à la réalisation de leurs idées et à leur déploiement. Une formation qui sort de l’ordinaire.