Le ministre de l’Éducation veut former un corps enseignant d’élite

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, veut lancer le débat sur les moyens d’améliorer l’école.
Photo: Petro Feketa Getty Images Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, veut lancer le débat sur les moyens d’améliorer l’école.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, propose une vaste réflexion pour valoriser la profession d’enseignant, qu’il considère comme « l’emploi le plus important dans une société ». Il envisage une série de mesures pour réserver ce métier à « l’élite » intellectuelle.

Création d’un ordre des enseignants, diplôme universitaire de deuxième cycle obligatoire, évaluation des professeurs, le ministre de l’Éducation lance un grand brassage d’idées. Le statu quo est impensable, affirme-t-il dans un livre qui paraît mardi.

« Il faut une révolution, pour passer à une valorisation [de la profession] au point de sélectionner l’élite pour occuper l’emploi le plus important dans une société. Cette réflexion vaut pour l’ensemble de la société. Il faut cesser de résister à changer lorsque cela s’impose », écrit Sébastien Proulx dans le livre Un Québec libre est un Québec qui sait lire et écrire, publié aux Éditions du Septentrion.

Il dit avoir écrit d’un trait ce livre de 144 pages, durant le congé des Fêtes, il y a deux mois. Le ministre décrit la lecture et la culture générale comme un tremplin vers la formation de citoyens libres, capables de résister à la démagogie. Et il met la table pour une nouvelle série de changements dans le réseau préscolaire, primaire et secondaire. Comme ses idoles Churchill, Lincoln et Napoléon Ier, le ministre Proulx dit être allergique au conformisme.

Le Québec doit s’inspirer des meilleures pratiques dans le monde en éducation, estime l’homme politique, qui fêtera ses 43 ans le mois prochain. La Finlande l’inspire. Comme ce pays scandinave, le Québec gagnerait à se doter d’enseignants ayant une maîtrise, selon lui.

Il dit souhaiter des « conversations franches et ouvertes » entre les enseignants, les syndicats et le gouvernement, hors du cadre formel des relations de travail. « Tout n’est pas qu’une question de relations de travail. Au contraire. Je lance ici un appel à une réelle conversation ! Une conversation qui ne sera pas soumise à un échéancier trop court et à des objectifs convenus d’avance, de part et d’autre », écrit Sébastien Proulx.

« On doit se donner un espace libre où on est capables, sans contrainte de temps, de se dire : qu’est-ce qui ne marche pas, qu’est-ce qui doit changer ? », dit le ministre Proulx en entrevue. Il imagine déjà« la création d’un ordre professionnel, en contrepartie duquel nous pourrons protéger cet espace d’autonomie essentiel pour les enseignants ».

Changements à l’horizon

Nommé ministre de l’Éducation il y a deux ans, Sébastien Proulx sait bien que ses propositions touchent une corde sensible pour les professeurs. La création d’un ordre des enseignants divise la profession, c’est le moins qu’on puisse dire. Les syndicats s’y opposent. Toutes les tentatives d’aller vers cette voie ont échoué depuis une quinzaine d’années.

Le ministre réfléchit aussi à la mise en place d’un plan d’insertion professionnelle pour favoriser la rétention des nouveaux enseignants en début de carrière — 25 % quittent la profession avant leur cinquième année de métier. « On ne peut aborder la question de la formation initiale et de la formation continue sans aborder celle de l’évaluation des enseignants. Il s’agit selon moi d’une réflexion et d’une discussion qu’il faudra faire sous peu. »

Vaste chantier, qui risque de soulever les passions. Le ministre affirme que les Québécois doivent s’adapter et accepter le changement sous peine de perdre leur « position privilégiée dans le monde moderne ». Des pays autrefois sous-développés, comme l’Inde ou la Chine, se transforment à grande vitesse en faisant de l’éducation leur priorité.

Le ministre Proulx plaide pour que l’éducation devienne une véritable priorité nationale. Le développement du numérique et de l’intelligence artificielle rend la littéracie encore plus essentielle qu’autrefois, mais la moitié des adultes québécois éprouvent des difficultés à lire et à écrire.

Son propre gouvernement a pourtant forcé le ministère de l’Éducation à se serrer la ceinture au nom de la « rigueur budgétaire » entre les années 2014 et 2017. Les syndicats déplorent que les conséquences des coupes se fassent encore sentir dans les classes — pénurie d’enseignants et de professionnels, comme des orthophonistes, des psychologues, des psychoéducateurs, etc.

Les forces du statu quo

« Il faut reconnaître que la croissance des dépenses a été plus faible, en éducation comme dans les autres ministères. On a fait un effort collectif », admet Sébastien Proulx.

« Maintenant, on est ailleurs. On réinvestit des sommes nouvelles dans des secteurs et on investit dans d’autres secteurs. Il y a une amorce de transformation. Jamais on n’a eu autant d’embauches en éducation — 8000 embauches en cinq ans. Et je parle sans cesse d’alphabétisation. C’est une responsabilité de l’État », précise-t-il.

Le gouvernement est prêt à proposer des réformes, et le milieu de l’éducation doit aussi s’ouvrir aux changements, selon le ministre. Il affirme pourtant que les « gardiens du statu quo » sont plus nombreux que les « accélérateurs de changement ». Il ne vise « aucun groupe en particulier ».

« Notre société est en mutation […]. Certains nient l’existence même de ces changements sociaux. Plusieurs les rejettent. Ils préfèrent le confort ou ne rien faire, par paresse, par peur, ou encore par manque de connaissances. […] Je fais référence à celles et ceux qui nient la réalité, qui refusent les constats et les faits et qui s’opposent à toute modification ou transformation de fond des systèmes ou des institutions. On ne parle pas ici de conservatisme. On est en présence de réels tenants du statu quo. […] Nous sommes là, à la frontière du corporatisme », écrit Sébastien Proulx.

Sébastien Proulx interpelle non seulement les enseignants, mais aussi les commissaires scolaires, dont il compte redéfinir le rôle. Les commissions scolaires resteront en place, mais les élus « devront cesser de travailler tournés uniquement vers l’école [et] s’ouvrir à la communauté. Il faut prendre en charge tous les enfants, et pas seulement les élèves ou les adultes. Cela dépasse les inscrits ».

À voir en vidéo