Hausse importante du nombre d'enseignants victimes de violence à l’école

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs professeurs en congé de maladie à la suite d’événements violents confirment s’être sentis «abandonnés» par leur direction.
Photo: Petro Feketa Getty Images Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs professeurs en congé de maladie à la suite d’événements violents confirment s’être sentis «abandonnés» par leur direction.

Le nombre de professeurs victimes de violence à l’école a augmenté de près de 50 % depuis 10 ans. Des menaces de mort du grand gaillard de 5e secondaire aux gifles, coups de pieds et coups de poing des enfants de maternelle, les enseignants en voient de toutes les couleurs et dénoncent une banalisation de la violence à l’école.

En 2005, le nombre de lésions attribuables à la violence en milieu de travail comptabilisé par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) était de 284 chez les enseignants, la profession la plus représentée après le personnel de la santé. Dix ans plus tard, en 2015, ce chiffre avait grimpé à 420. C’est une augmentation de 48 %. Et ça se fait sentir sur le terrain, comme a pu le constater Le Devoir.

« Il y a une dizaine d’années, on a vu une augmentation de la violence verbale. Maintenant, ce qu’on observe, c’est une augmentation importante de la violence physique », soutient Marie-Claude Palardy, conseillère en santé et sécurité du travail au Syndicat de Champlain (CSQ).

En 2005, on dénombrait 284 lésions attribuables au milieu de travail chez les enseignants, nombre qui est passé à 420 dix ans plus tard.

Selon elle, les cas déclarés ne sont que la pointe de l’iceberg. Car plusieurs professeurs, surtout ceux en début de carrière, n’osent pas porter plainte par peur de déplaire à la direction. Ils craignent qu’on ne fasse plus appel à leurs services ou que l’on remette en cause leur pédagogie.

« Même lorsqu’ils tentent de le faire, certaines directions vont leur dire que ce n’est pas nécessaire, que ce qu’ils ont vécu est normal, déplore Mme Palardy. On dit au professeur : relaxe, prends un bon verre de vin. Ça, on l’entend souvent. Cette banalisation crée beaucoup de détresse chez les professeurs. »

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs professeurs en congé de maladie à la suite d’événements violents confirment s’être sentis « abandonnés » par leur direction.

« L’an passé, j’ai sorti un élève de ma classe. Il s’est mis dans l’embrasure de la porte, à moins d’un mètre de moi, il m’a regardé dans les yeux et a passé son pouce en dessous de sa gorge en me disant clairement : “T’es dead.” »

Le professeur, qui travaille dans une école secondaire de la région de Montréal, a rempli un rapport d’acte de violence. « La direction m’a répondu que le jeune avait fait une blague et il n’y a eu aucune conséquence. »

Dès la maternelle

Professeure d’expérience, Nancy (nom fictif) enseigne à la maternelle. L’automne dernier, elle a rempli plus de 40 rapports d’incidents concernant le même enfant. Il l’a giflée, mordue, lui a lancé des objets par la tête, donné des coups de pied, des coups de poing dans le ventre. Souvent, elle prend les coups pour protéger d’autres élèves.

Après maintes demandes, l’école a ajouté une technicienne en éducation spécialisée, la soulageant un peu, mais le problème de comportement de l’enfant n’a pas disparu pour autant.

Nancy a essayé « plein de stratégies ». En vain. « Je suis partie en congé de maladie parce que je n’en pouvais plus. Mais mes élèves, eux, ne peuvent pas aller chez le pédiatre pour demander un congé d’école. C’est vraiment triste. »

Une professeure de maternelle a raconté au Devoir que, ces dernières années, un enfant lui a lancé un café, un autre lui a lancé des blocs par la tête, un autre encore l’a mordue à un sein. « Il y a une agressivité chez les tout-petits qui est tolérée, acceptée comme inhérente à la tâche par certaines directions et certains parents.»

Au service de garde d’une école de la banlieue, Julie (nom fictif) a elle aussi été confrontée à un enfant difficile qui l’a violentée à maintes reprises.

Dès le premier jour, elle a demandé de l’aide. On lui a répondu d’attendre un peu, qu’il était trop tôt pour sauter aux conclusions. Au fil des semaines et des mois, elle a réitéré sa demande. « C’était perçu comme si c’était moi qui n’étais pas capable de faire mon job, on pensait que je mettais de l’huile sur le feu. On m’a répondu que j’exagérais. »

Elle a rempli des dizaines de pages de notes avant de partir en congé de maladie. « Ça affectait ma sécurité physique, mais aussi ma santé affective et mentale. J’étais tout à l’envers, j’étais tout le temps en train de me remettre en question. Je pensais toujours à ça, le jour, la nuit. Je vivais dans une appréhension constante. »

Comme plusieurs, Julie redoute de retourner au travail et de se retrouver « dans la même classe, avec une direction qui nie tout ».

Protocole

Pratiquement tous les professeurs et les syndicats interrogés par Le Devoir associent l’augmentation de la violence aux compressions et au manque de personnel, qui obligent les professeurs à être toujours en réaction plutôt qu’en prévention. On évoque également l’intégration des élèves en difficulté.

On explique la banalisation de la violence dans certaines écoles par le fait que l’élève est devenu « un client payeur » qui apporte des subventions. Pour certains, c’est également une question d’image. On ne veut pas passer pour une école violente, car encore là, dans un milieu de plus en plus compétitif, cela pourrait influencer les parents qui hésiteraient à choisir cette école.

Pourtant, il existe un protocole pour dénoncer les actes de violence et chaque école est obligée, par la loi, de s’y soumettre. Comment expliquer alors qu’il ne soit pas toujours utilisé ?

Selon Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, c’est une question de méconnaissance des outils. « Tant que ça ne leur arrive pas, les professeurs ne vont pas nécessairement s’informer sur les procédures à suivre. Il faut faire davantage de prévention et s’assurer que tous les professeurs savent comment agir quand ils sont victimes de violence, parce qu’il y en a de plus en plus. »

À la Fédération québécoise des directions d’école, la vice-présidente, Lise Madore, répond qu’elle-même est très proactive pour faire connaître le protocole auprès des enseignants et des remplaçants dans les deux écoles qu’elle dirige. Mais elle reconnaît qu’il n’en est peut-être pas ainsi dans toutes les écoles.

« Est-ce que c’est une méconnaissance des procédures, des enseignants qui font des remplacements et qui n’ont pas été avisés ou une nouvelle direction qui n’a pas encore toutes les formations nécessaires ? Je ne saurais dire, il y a tellement de contextes, mais toutes les écoles ont un protocole et ont l’obligation de le publiciser et de faire une reddition de comptes annuelle. »

Hommes

Selon le dernier rapport de la CNESST, « les femmes comptent pour 70,2 % des travailleurs affectés par une lésion physique attribuable à la violence en milieu de travail en 2015 ». Cette statistique n’est pas étonnante, dans la mesure où la majorité des emplois en santé et en éducation sont occupés par des femmes.

Mais dans les classes, des hommes aussi sont victimes de leurs élèves. « Il y a tous les classiques, les insultes, les menaces du style : “On sait où tu habites” et les bousculades. Je me suis fait pousser et cracher dessus. J’ai répertorié plus de vingt incidents en un mois », raconte Sylvain (nom fictif), un professeur de secondaire dans une école spécialisée pour cas lourds. Il est lui aussi en congé de maladie et réclame un changement dans le milieu de l’éducation pour venir à bout de ce problème.

« On nous dit : t’es professeur, la violence, ça fait partie de ton job, il faut que tu t’y attendes. Ça me fâche quand j’entends ça. Parce que le gars qui travaille dans la construction, quand il perd un bras, on ne lui dit pas : “C’est normal, tu savais que tu étais dans un milieu à risque.” On s’organise pour rendre le milieu plus sécuritaire. Mais dans les écoles, c’est banalisé. On ne perd peut-être pas un bras, mais c’est notre sommeil, notre qualité de vie, notre estime, notre santé mentale qui y passent. »

Choc post-traumatique

Et les séquelles peuvent demeurer longtemps, constate Michel Laforge. Il y a près de 20 ans, l’un de ses élèves, aspirant chef de gang, avait élaboré un plan pour le tuer à la sortie de l’école.

L’un des jeunes impliqués dans le complot a eu la frousse et s’est confié à son père, qui a aussitôt appelé les policiers. Ces derniers ont sécurisé l’école au moment où l’attaque devait avoir lieu, faisant avorter le projet. Quelques jours plus tard, la direction a convoqué Michel pour lui annoncer qu’il avait échappé de justesse à un assassinat. Puis on l’a renvoyé dans sa classe, sans plus de cérémonie.

« Quand j’ai appris ça, mon monde a basculé, comme si j’étais tombé dans le vide. La direction ne m’a jamais proposé d’aide. J’ai donné mon cours en mode automatique. Je le voyais là, assis au fond de ma classe. Je me suis senti largué, abandonné. J’ai réussi à faire deux ou trois jours comme ça, mais je n’étais plus bon à rien. »

Aujourd’hui, Michel est toujours en choc post-traumatique. Et il a décidé de partir en croisade pour amener les professeurs à dénoncer les actes de violence dont ils sont victimes. « Il y a une omertà, une honte. On a encore de la difficulté à trouver des enseignants qui ont subi des actes de violence et qui sont prêts à en parler. »

10 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 8 février 2018 03 h 27

    L'inverse d'autrefois

    Dans mon temps, (bon début de commentaire!) les profs et surveillants faisaient les abus. Les parents aussi. C'est à peu près temps que les choses changent. Les profs peuvent toujours prendre des cours d'auto-défense et améliorer leurs cours. Si l'école est comme une prison, les élèves seront comme des prisonniers.

  • Gaston Bourdages - Abonné 8 février 2018 04 h 12

    C'est quoi qui se passe ?

    Veuillez s'il vous plaît de le faire, m'excuser un titre aussi, je dirais, simpliste. Pourquoi cette violence ? Elle veut exprimer quoi...au plus juste ? Un mal de vivre ? Un mal de se vivre ? Un mal de mal vivre ? Elle a son histoire la violence. Elle a besoin d'être nourrie pour vivre. Elle a des racines, des origines. Elle est fruit de « quèque chose » Tout près du mot pourquoi se tient, debout, le mot « comment ». Oui, comment tout être humain, de quelque âge qu'il est, en arrive à faire usage de sa violence parce que c'est bien de sa violence dont il s'agit toutes formes de violence confondues ? La dignité humaine, autant celle de l'auteur que celle de la victime souffre.Si nous savions à quels points les traces laissées dans le coeur, dans l'esprit, dans le corps et dans l'âme d'une personne victime de violence sont profondes ? Quant à l'auteur, une fois sa prise de conscience faite, un vide, un trou l'habite. Vivre avec ce vide, ce trou...quoi ajouter ?
    Gaston Bourdages
    P.S.Instigateur de l'implantation du processus de justice réparatrice au Bas Saint-Laurent.

  • Léonce Naud - Abonné 8 février 2018 05 h 21

    À l’époque des Collèges classiques et surtout des collèges ordinaires, la Direction de ces établissements conservait pour elle-même le monopole de la violence à l’intérieur des limites physiques de l’établissement. Depuis l’Antiquité, le concept d’École a toujours été associé à l’utilisation de la férule. C’est de cette manière que les civilisations se sont construites. L'affaire, c'est que toutes les civilisations sont mortelles et que la nôtre ne fait pas exception.

  • Raynald Rouette - Abonné 8 février 2018 08 h 40

    Inacceptable


    Voilà un parfait exemple de la dérive de notre société, s’il est encore possible de parler de vivre en société...

    La faute aux parents au premier degré, certainement!

    La responsabilité du ministère de l’éducation où on enseigne plus l’éducation ni le respect.

    Pauvre Québec dans tous les sens du mot. Santé, éducation, même constat. Est-il possible de mettre fin à ces dégringolades? Le voulons-nous vraiment?

  • Solange Bolduc - Inscrite 8 février 2018 09 h 16

    Je plains les professeur(e)s , et blâme les directions d'école !

    Climat délétère ! Où s'en va-t-on? Que font ou en disent les parents de ces enfants violents ?

    La responsabilité incombe aux Directions d'École, et le Ministre de l'Éducation devrait les obliger à prendre leur responsabilité, à protéger les professeurs ! Cette quasi insouciance de leur part est inacceptable dans une société, soi-disant civilisée (?) comme la nôtre !

    Le civisme n'existe quasiment nulle part ! Tout est permis !

    Dans les pensionnats où j'ai été éduquée, on était très sévère, trop autoritaire, aujourd'hui on est trop tolérant: un juste milieu s'impose nécessairement !