Pouponnières de CPE: les «bébés du printemps» écopent

À partir du mois d'avril, le gouvernement québécois limitera le nombre d’enfants de plus de 18 mois dans les pouponnières.
Photo: iStock À partir du mois d'avril, le gouvernement québécois limitera le nombre d’enfants de plus de 18 mois dans les pouponnières.

Le gouvernement revient en arrière sur une mesure adoptée il y a quelques années visant à faciliter l’intégration des poupons dans les garderies subventionnées et les CPE. Ce changement, qui entrera en vigueur en avril prochain, inquiète grandement l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ), qui parlent d’un « recul important » risquant d’avoir un impact sur les parents et de ramener le problème des « bébés du printemps ».

En mai 2012, la ministre de la Famille de l’époque, Yolande James, affirmait fièrement que « la problématique des bébés du printemps [était] réglée ». Dans un communiqué de presse, la ministre libérale annonçait une mesure donnant « plus de souplesse aux CPE et aux garderies subventionnées dans la gestion des groupes d’enfants, ce qui aura pour effet d’éviter que les parents de bébés nés au printemps soient pénalisés dans leur recherche d’une place en service de garde ».

Elle répondait aux nombreuses plaintes de parents, reçues à son ministère, relativement au manque de places en pouponnières pour les enfants âgés de 15,16 ou 17 mois. Les garderies ne s’en cachaient même pas, plusieurs refusaient carrément les enfants nés entre les mois de mars et août parce qu’ils leur occasionnaient des pertes financières.

Ratio enfant-éducatrice

Il faut savoir que Québec donne des subventions plus élevées pour les places en pouponnière, car le ratio enfant-éducatrice y est plus élevé. Or, à l’époque, à partir du moment où un enfant atteignait l’âge des 18 mois, Québec finançait sa place comme s’il était dans un groupe ordinaire. Pourtant, dans les faits, celui-ci restait souvent dans le groupe des poupons, car les groupes se forment en septembre et peu de places se libèrent avant l’année suivante, quand les plus vieux partent pour l’école.

Les enfants de plus de 18 mois se retrouvent donc « coincés » dans les groupes de poupons, car il n’y a pas de place ailleurs, mais les subventions de Québec ne suivaient pas, ce qui représentait un déficit financier pour les garderies. Ces dernières n’avaient donc aucun intérêt à accepter les poupons qui allaient atteindre les 18 mois en cours d’année.

Tolérance

Québec a tenté de régler le problème en adoptant une « tolérance administrative » afin d’étendre le financement des enfants en pouponnière jusqu’à l’âge de 23 mois. Mais le problème persistait, car avec le prolongement du congé parental, qui s’étend désormais sur 12 mois, les enfants arrivaient de plus en plus âgés à la pouponnière. Et ce sont les bébés du printemps, qui arrivaient à la pouponnière en septembre à l’âge de 15, 16 ou 17 mois qui étaient les plus touchés, a constaté le ministère de la Famille dans un rapport publié au printemps 2012. Les auteurs écrivaient que la prolongation de la tolérance jusqu’à l’âge de 29 mois « pourrait influencer à la baisse la propension présumée de certains prestataires de services de garde à hésiter à accueillir des poupons plus âgés ». Ce fut donc chose faite.

Or, six ans plus tard, Québec revient en arrière sur cette mesure. En effet, les gestionnaires de services de garde ont appris dans les dernières règles de l’occupation qu’il y aura une limite sur le nombre d’enfants qui pourront bénéficier de cette tolérance. Et le ministère ne descend pas la limite à 23 mois, comme c’était le cas auparavant, mais bien à 18 mois. Ainsi, dans une pouponnière de 10 places, seuls quatre enfants pourront avoir plus de 18 mois sans quoi le service de garde se retrouvera en déficit. Oui, il y aura encore un peu de marge de manoeuvre, reconnaissent les gestionnaires de garderie, mais c’est bien insuffisant, car le nombre d’enfants âgés de plus de 18 mois est généralement plus élevé que cela, comme en témoignait d’ailleurs le rapport ministériel de 2012.

En effet, l’étude montrait qu’environ 15 530 enfants âgés de 18 à 23 mois faisaient l’objet d’une tolérance administrative, soit 61 % des enfants en pouponnière. « Presque toutes les pouponnières subventionnées (97,8 %) comptent au moins un cas de tolérance administrative au cours d’une année », constatait le ministère.

À cela se sont encore ajoutés, depuis 2012, les enfants de 23 à 29 mois. Le ministère estimait alors qu’environ 2030 enfants seraient touchés par la prolongation de la tolérance administrative, soit 8 % des enfants de la pouponnière. Le coût annuel de cette mesure était évalué à 17,5 millions.

Sur le plan de la stabilité, on perd en valeur éducative, et c’est là que ça nous inquiète

 

Impacts

« Les données préliminaires de notre sondage interne montrent que cela toucherait un nombre important de nos CPE, et les sommes retranchées pourraient équivaloir à quelques milliers de dollars par installation », affirme la directrice générale de l’AQCPE, Geneviève Bélisle.

« La tolérance administrative, ça répondait vraiment à un besoin, ajoute-t-elle. Ce serait un recul. »

Mme Bélisle estime que cela risque d’entraîner un effet domino avec un plus grand nombre de « manipulations » dans la composition de tous les groupes. « Sur le plan de la stabilité, on perd en valeur éducative, et c’est là que ça nous inquiète. »

De son côté, le président de l’Association des garderies privées du Québec, Samir Alahmad, estime que les enfants et leurs parents seront les premiers à souffrir de cette décision de Québec. « Les services de garde vont s’adapter, ils vont recommencer à refuser des enfants. Ils vont dire aux parents : “tu mets ton enfant à la pouponnière à 8 mois maximum en septembre, sinon on ne le prend pas”. Ça va toucher les parents, et pas à peu près. »

Qualité

Au ministère de la Famille, on explique ce changement aux règles d’occupation par une volonté d’offrir un service de meilleure qualité pour ces enfants. « La situation n’est pas idéale pour les enfants qui demeurent dans la pouponnière alors qu’ils ont largement dépassé l’âge d’intégrer un groupe plus âgé. Ils ne bénéficient pas d’un programme éducatif et de matériel adapté à leur âge et ne profitent pas de l’effet stimulant des interactions avec des enfants de leur âge », répond le porte-parole du ministère de la Famille, Alexandre Noël.

Mais à l’AQCPE, on estime que c’est un argument qui ne tient pas la route. « Normalement, il ne devrait pas y avoir de valeur éducative moindre, parce qu’il y a toutes sortes de possibilités d’organiser l’environnement physique et les interactions pour apporter une valeur éducative aux plus vieux des poupons, explique la directrice générale, Geneviève Bélisle. On peut sécuriser un coin avec une petite table pour les enfants plus vieux, avoir des casse-tête plus complexes et un coin adapté à leurs besoins. Une éducatrice qui connaît bien le développement de l’enfant va être capable de mettre les bons environnements éducatifs, ça ne devrait pas être un problème. »

5 commentaires
  • Jacques Morissette - Abonné 8 janvier 2018 08 h 31

    La grande roue d'une certaine vie et la compétition.

    L'un des gros problèmes par rapport à ceci, c'est que le gouvernement et les entreprises sont comme dans deux mondes. À savoir le gouvernement doit aider les travailleurs à nager dans les contraintes que leur font vivre les entreprises et le stress des travailleurs. Ajoutons à cela les baisses d'impôts quasi systématique à gérer des entreprises, pour la compétitivité.

    Ça en fait beaucoup à gérer au nom de la compétitivité. Sans parler des enfants qui se font trimbaler d'un côté et de l'autre, entre autre pour leur éducation, encore et toujours au nom de la compétitivité. Mettons toutes ces choses que le gouvernement, les travailleurs et les entreprises ont à subir dans un même bocal. Normal que l'eau parfois se mette à bouillir.

    Cela dit, est-ce normal que j'y vois des facteurs de stress, burnout, etc., que tout le monde ont à subir. Qu'arrive enfin les robots pour tenter de régler au moins une partie de tous ces problèmes. Pas sûr, l'un ou l'autre de ces groupes saura peut-être tirer opportunément plein d'avantage de tout ça, et que continue encore et toujours la grande roue de cette vie d'enfer.

  • Claude Smith - Abonné 8 janvier 2018 09 h 42

    Pas surprenant !

    Ce gouvernement fait tout pour réduire les CPE à la famine et réduire la qualité des services afin d'amener les parents à se diriger vers le privé. Il fait la même chose au niveau du secteur de la santé et de l'éducation.

    Claude Smith

  • Gilles Théberge - Abonné 8 janvier 2018 11 h 04

    Le « Québec fou de ses enfants »...

    Quelle farce!

    • Irène Doiron Et M. Pierre Leyraud - Abonnée 8 janvier 2018 12 h 10

      J'allais écrire la même chose! Et les ministres ont leur limousine!!!irène Doiron

  • Serge Lamarche - Abonné 8 janvier 2018 14 h 33

    L'argent

    Ben voyons donc. L'argent mène le monde à ce point là?