La ministre David défend l’accessibilité accrue et le maintien d’une solide formation générale

Cinquante ans après la création des cégeps, ceux-ci sont « plus pertinents que jamais », estime la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David. Mais de nombreux défis, dont celui de l’accessibilité, sont toujours au rendez-vous.

« Le rapport Parent a donné lieu à un mot-clé qui, je dirais, est encore plus pertinent que jamais : accessibilité […] En 2017, l’accessibilité est toujours un enjeu, mais cette accessibilité a changé de figure. Il y a les nouveaux arrivants, les étudiants aux besoins particuliers, les étudiants internationaux… Voilà trois grandes clientèles qui étaient tellement moins présentes il y a 50 ans », affirme la ministre.

Hélène David entend « intervenir solidement » pour aider les étudiants qui ont des besoins particuliers, qui sont de plus en plus nombreux à obtenir leur diplôme d’études secondaires et à intégrer les cégeps. « Déjà, en 2005, quand j’étais sous-ministre à l’Enseignement supérieur, les cégeps plaidaient et plaidaient : “Aidez-nous plus, on a plein d’étudiants aux besoins particuliers.”On appelait ça, à l’époque, des clientèles émergentes. Elles ont émergé, et c’est un grand progrès de société. »

Aujourd’hui, le réseau des cégeps accueille près de 14 000 étudiants ayant un handicap. « C’est une hausse de 700 % sur cinq ans, c’est énorme », constate le président de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay.

Selon lui, le manque de ressources est bien sûr un enjeu car, malgré le réinvestissement de la dernière année, « les cégeps ne se sont pas encore remis des compressions de 185 millions sur cinq ans ». Mais le véritable problème, c’est le manque de cohérence dans l’approche. « Au primaire et au secondaire, on donne des services, mais quand on arrive au cégep et à l’université, ça prend un diagnostic. Il faut une réflexion pour avoir une meilleure cohérence dans l’approche », résume M. Tremblay.

Étudiants autochtones

La ministre Hélène David veut également rendre le cégep plus accessible pour les étudiants autochtones, un enjeu majeur pour lequel « il reste beaucoup de travail à faire », reconnaît-elle. Certes, les cégeps font preuve « d’énormément de souplesse et d’adaptation » pour faciliter l’accès aux étudiants autochtones, affirme la ministre, mais « on est encore aux balbutiements de ce qu’on doit faire ».

De l’accompagnement est souvent offert, mais pas assez, ajoute-t-elle. « Il faut que les étudiants autochtones soient plus nombreux à venir au collégial. Et ce n’est pas de dire : on les délocalise et on les amène là où on veut qu’ils soient ; il faut aller là où ils sont. Il faut travailler avec eux. »

Double défi

Le cégep doit-il répondre à la demande de l’industrie ou former des citoyens éclairés ? « La question est fondamentale, répond la ministre, qui déplore le fait que l’on mette sans cesse en dualité ces deux missions. La commission Parent, à laquelle j’adhère, parle de l’importance d’une formation générale commune pour tous les étudiants. C’est pour ça que je ne veux pas être dans cette dualité. Pour les jeunes qui entrent au cégep, c’est peut-être la seule fois qu’ils auront la chance de faire de la philosophie… »

À la Fédération des cégeps, on trouve également important de maintenir cet équilibre entre la formation professionnelle et la formation générale.

Sans surprise, le président de la Fédération, Bernard Tremblay, estime que le réseau des cégeps a bien rempli les objectifs qui lui avaient été confiés par la commission Parent.

« Notre système coûte moins cher, il a produit deux millions de diplômés, on a 10 % plus de diplômés postsecondaires entre 18 et 24 ans au Québec que partout ailleurs au Canada et la qualité de la formation est reconnue. On exporte même notre savoir-faire à l’international. Donc, oui, on a répondu à la commande et, oui, on assure un développement plus régional de par notre présence partout au Québec », répond Bernard Tremblay.

« Maintenant, le défi, c’est de maintenir cette vitalité », ajoute-t-il.

La Fédération des cégeps souhaite plus de « souplesse » et « d’autonomie », notamment pour « être capable de faire évoluer les compétences au rythme où le monde du travail accélère [tout en] continuant à former des citoyens responsables et capables de bien réfléchir », et ce, à l’aube d’une nouvelle « révolution industrielle du numérique ».

« Ce sont les deux mandats qu’on a, et ce défi-là demeure toujours présent », maintient Bernard Tremblay.

Futurologie

À quoi ressemblera le cégep dans 50 ans ? Le président de la Fédération des cégeps réfléchit quelques secondes. « Je ne serai pas très futurologue en disant qu’à mon avis, on aura toujours besoin d’un niveau pour le développement d’une formation de culture générale qui vient compléter la formation de base du secondaire. C’est le socle qui permet par la suite de développer des compétences spécifiques et c’est aussi le socle d’une société qui a des valeurs communes. [À l’époque,] le cégep se voulait aussi un lieu pour développer ce qui est propre au Québec sur les plans de la culture et de l’identité. »

Le cégep, c’est aussi un lieu qui permet aux jeunes de choisir leur voie, rappelle Bernard Tremblay. « On ne le nomme pas assez, mais le cégep, j’aime à dire que c’est le système qui pardonne. »

Le fait d’avoir sous un même toit une multitude de programmes techniques et pré-universitaires permet aux étudiants d’être en contact avec différentes réalités et de changer d’orientation sans perdre leurs acquis et sans changer d’établissement.

« Il y a 50 ans, c’était l’une des préoccupations [de permettre une fluidité dans les changements de programme] et cette préoccupation est toujours présente aujourd’hui. Ça n’a pas changé — je pense que c’est dans la nature humaine — et je pense que dans 50 ans ça va toujours être le cas. »

Les cégeps en quelques chiffres

Cégep : collège d’enseignement général et professionnel

48 cégeps
175 270 étudiants

45,8 % au secteur préuniversitaire
47,9 % au secteur technique
6,3 % en tremplin DEC

Filles
: 57,5 %
Garçons : 42,5 %

9 programmes préuniversitaires : sciences humaines, sciences de la nature, sciences, lettres et arts, histoire et civilisation, arts, lettres et communications, musique, danse, arts plastiques, sciences informatiques et mathématiques

16 programmes de double DEC préuniversitaire

Plus de 70 programmes techniques offerts en formule DEC-BAC

Les programmes les plus fréquentés :
Secteur préuniversitaire : sciences humaines et sciences de la nature. Secteur technique : soins infirmiers et gestion de commerces

Source : Fédération des cégeps