Un protocole pour éviter les suppléances à répétition à la CSDM

Le commissaire indépendant Jean-François Gosselin souhaite que le protocole entre en vigueur dès l'automne.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le commissaire indépendant Jean-François Gosselin souhaite que le protocole entre en vigueur dès l'automne.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a résolu d’adopter un protocole pour éviter les « remplacements à répétition » dans certaines classes. Cet engagement survient quelques semaines après que des parents ont réclamé de l’aide au conseil des...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

1 commentaire
  • Hélène Boily - Abonnée 28 juin 2017 09 h 33

    Pourquoi?

    Pourquoi les enseignants partent-ils (elles) plus nombreux en congé de maladie? Pourquoi les suppléants s'en vont-ils à leur tour? Pourquoi a-t-on tant de peine à en recruter? L'article ne pose pas ces questions qui pourraient donner de précieuses réponses et encore moins ne livre ce fameux protocole.

    Ce qu'on demande au suppléant est pourtant "simple":tenir et "les" tenir, soit empêcher les enfants de lancer des chaises et autres projectiles pouvant blesser. Avoir un sang-froid à toute épreuve, avoir des milliers d'idées pour amuser la classe.

    Trop simple et trop dur à la fois. Il se trouve que les suppléants (des enseignants) aimeraient bien enseigner... et être reconnus pour cela. Pauvres profs, pauvres enfants, pauvre peuple.