Des porte-étendard de l’extrême droite réunis au collège de Maisonneuve

Ce n’est pas la première fois que le collège de Maisonneuve est associé à une controverse pour la location de ses locaux.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Ce n’est pas la première fois que le collège de Maisonneuve est associé à une controverse pour la location de ses locaux.

Le collège de Maisonneuve accueillera en ses murs un colloque organisé par un regroupement flirtant avec l’extrême droite qui suscite déjà des remous sur les réseaux sociaux.

Mis sur pied par le Mouvement républicain du Québec et La Meute, le « Rassemblement pour le bien commun et l’intérêt supérieur du Québec » donnera la parole, le 17 juin prochain, à divers conférenciers, dont l’avocat et ex-ministre péquiste Richard Le Hir, de même qu’à d’autres commentateurs et chefs de formations politiques nationalistes très campées à droite, comme Horizon Québec actuel (HQA).

Ce dernier regroupement était responsable, lors de la récente élection partielle dans Gouin, de l’affichage de la controversée pancarte électorale calquée sur celle du Front national montrant une jeune fille coiffée d’une tuque d’un côté et vêtue d’un niqab de l’autre, où on pouvait lire : « Choisissez votre Québec – Le multiculturalisme canadien, non merci ! »

Cofondateur de HQA, Alexandre Cormier-Denis, qui s’est présenté dans Gouin pour le parti indépendantiste, sera également du colloque qui remettra en question le multiculturalisme et appellera au « regroupement des forces nationalistes canadiennes-françaises ».

Des tensions

Déjà, l’organisation de ce colloque a causé des tensions, notamment en provoquant l’ire de groupes de gauche, à l’opposé du spectre.

Sur le site du parti communiste révolutionnaire, le Mouvement révolutionnaire du Québec (MER-Montréal) appelle à un rassemblement mercredi midi devant le collège de Maisonneuve pour empêcher la tenue de l’événement.

« L’avenir du Québec ne devrait pas être décidé “entre hommes blancs”. L’indépendance nationale est un projet bourgeois qui ne représente pas les intérêts de la classe ouvrière », peut-on lire. Les partisans du colloque ont répliqué en invitant les gens à « confronter pacifiquement » ces opposants et en demandant des dons à leur communauté pour assurer la sécurité de l’événement.

Ce n’est pas la première fois que le collège de Maisonneuve est associé à une controverse pour la location de ses locaux.

En 2015, l’établissement avait dû suspendre son contrat de location le liant à l’École des compagnons de l’imam Adil Charkaoui, dont des jeunes partis faire le djihad en Syrie avaient suivi les enseignements.

Joint mardi en début d’après-midi, le collège n’a toutefois pas été en mesure de répondre aux questions du Devoir.

Rectificatif

Le Devoir a publié sur ses plateformes numériques, le mercredi 7 juin, une photo de l’ex-ministre péquiste Richard Le Hir pour illustrer sa participation à une conférence au collège de Maisonneuve. Malheureusement, la combinaison du titre de l’article et de la photo pouvait laisser croire qu’il était un porte-étendard de l’extrême droite. Ce n’était pas notre intention. Nous nous en excusons.

16 commentaires
  • Jean-Charles Morin - Abonné 7 juin 2017 02 h 29

    Encore et toujours des amalgames douteux.

    Ainsi donc, "se rassembler pour le bien commun et l'intérêt supérieur du Québec" revient à dire qu'on appartient à l'extrême droite.

    Qui dit ça? L'extrême gauche, bien sûr.

    Je viens de tout comprendre, mais pas sûr que le journaliste a compris, lui.

    Ce racisme à l'envers, culpabilisant à souhait, finit par lasser.

  • Yves Côté - Abonné 7 juin 2017 03 h 03

    Perfect...

    "Perfect !", ainsi diront d'une polarisation politique montée en épingle, les fédéraillistes qui n'ont plus qu'à se réjouir de notre fracturation comme société !
    Au nom de tous les Canadians, bravo à tous les participants de ce genre de rassemblement !

    United they stand. Yes.
    Et surtout, de plus en plus divisés en clans fermés par les manoeuvres habiles du Canada et de bons Canadiens, on nous aime...

    La seule solution viable pour unir nos destins individuels en une marche invincible vers l'indépendance et la République, c'est l'élaboration d'un projet de société global, moderne et respectueux des humains comme de l'environnement.
    La seule, pi des succès de celles et ceux qui ne souhaitent que notre division, ça commence sérieusement à presser...
    Tant qu'un tel projet motivant ne nous sera pas proposé, certains de nous persisterons à croire que la douleur d'une balle dans le pied fait courir plus vite.

    Vive le Québec libre !

  • Jacques-André Lambert - Abonné 7 juin 2017 03 h 11

    Déportés

    Lier Adil Charkaoui et Daesh à un colloque de la droite nationaliste québécoise, je n’appelle pas ça du grand journalisme. Désolé.

    La politique canadienne du multiculturalisme de Pierre Trudeau est-elle devenue un tabou? Une vache sacrée? - Excusez ce crime d’appropriation culturelle…

    Dans un pays qui, par tradition, ne respecte pas la nation québécoise et encore moins le fait français, on devrait imiter Couillard peut-être? S’agenouiller? Se la fermer? Faire semblant?

    Que des groupuscules marxistes-léninistes s’opposent à l’indépendance du Québec, qui s’en soucie? Mais de là à associer ces Québécois de « flirter » avec l’extrême droite…

    Parce qu’ils souhaitent la neutralité religieuse dans les postes d’autorité de l’État?

    Parce qu’ils veulent que la langue française soit respectée sur l’île de Montréal?

    Qu’un établissement d’enseignement public, à Maisonneuve ou ailleurs, permette qu’à l’intérieur de ses locaux de fervents nationalistes québécois « prennent la parole », cela me semble tout à fait normal.

    Je ne comprends pas pourquoi vous en faites tout un plat.

    Il faudrait s’excuser d’avoir perduré depuis plus de 400 ans et de résister encore et toujours aux politiques de désintégration à l'endroit de notre peuple? Refuser d'être des "déportés" à même notre territoire?

  • Gilles Théberge - Abonné 7 juin 2017 08 h 06

    Vous êtes tombée sur la tête...?

    Alors donc nous avons maintenant une extrême droite au Québec!

    Et naturellement ce sont tous des souverainistes ?

    Donc, du moment que des gens ne voient pas les licornes, et qu'ils sont souverainistes, ce sont tous des gens d'extrême d'extrême droite.

    Mais vous ne voyez pas des gens d'extrême gauche dans QS ? Ah ben dis donc.
    Le discours d'Awada et des autres, c'est pas un digne de l'extrême gauche ça?

    Mais bien entendu, c'est l'extrême droite qui fait problème.

    Les positions "caca" c'est celles des souverainistes.

    Bien entendu.

  • Denis Paquette - Abonné 7 juin 2017 09 h 10

    Ne dit-on pas que ça prends de tout?

    N'était-ce pas prévisible? Devant les écueils, n'est-il pas normal qu'il apparaisse des gens des deux extrêmes, de droite et de gauche, des émotions émergeant de certaines personnes? N'est-ce pas normal qu'apparaisse l'un et l'autre? Enfin, n'est-ce pas l'histoire de la vie?