Ingrat mais gratifiant, le quotidien d’une concierge d’école

Si l’école primaire Saint-Gabriel-Lalemant brille comme un sou neuf, c’est grâce à Maryse Lévesque.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Si l’école primaire Saint-Gabriel-Lalemant brille comme un sou neuf, c’est grâce à Maryse Lévesque.

Tandis que les sacs à dos se garnissent peu à peu en vue de la rentrée scolaire, Le Devoir vous transporte dans la réalité d’élèves, de parents et d’enseignants, et de ceux qui les entourent. Troisième histoire de cette série qui raconte le début de l’année à la fin de l’été.

Les tableaux d’un noir immaculé à l’aube de la nouvelle année scolaire, c’est elle. Les planchers minutieusement polis, elle aussi. Le nettoyage du dégât d’eau survenu pendant l’été ? Encore elle. L’explosion de sauce tomate causée par fiston et disparue à temps pour la fin de la récréation ? Re-elle. Bienvenue dans l’univers de Maryse Lévesque, concierge depuis dix ans à l’école primaire Saint-Gabriel-Lalemant.

Un univers où, tous les jours, il faut faire plus avec moins. Mais Maryse Lévesque ne changerait pas de vie pour rien au monde, même si, d’ici quelques jours, le devoir l’appellera dans une autre école. « Voilà plusieurs années, dans une école comme la mienne, il pouvait y avoir un concierge et un aide-concierge présents tous les jours à l’école, en plus de trois le soir. Je suis rendue seule le jour, et je suis chanceuse parce que j’ai un aide-concierge cinq soirs par semaine. Dans beaucoup d’écoles, ils ont un soir, peut-être deux », raconte le petit bout de femme dans son bureau du sous-sol de l’école du quartier Villeray. « Ce n’est pas une école, c’est mon école », prendra-t-elle le soin de préciser.

Elle s’est déjà occupée de l’entretien dans une entreprise privée, mais le besoin de contact humain l’a poussée vers le milieu scolaire. « Un édifice du centre-ville, c’est redondant : c’est bureau-poubelle, bureau-poubelle. Une école… Tu as beau être concierge, si un enfant me dit qu’il n’a pas mangé le matin, je lui donne une collation. S’il a de la misère avec le zipper de son suit de skidoo, je vais lui arranger. Ce n’est pas seulement du ménage, il faut aimer les enfants pour faire mon travail. Et moi, j’aime ça. »

Oui, le métier de concierge dans une école peut parfois être ingrat, reconnaît-elle. Mais Mme Lévesque se considère malgré tout choyée. « Dans le fond, l’école a plus besoin de nous que l’inverse. Si tu n’es pas là pour nettoyer, ils sont mal pris ! Mais une job comme ça, tu ne peux pas faire ça juste pour la paye. »

Le déficit d’entretien cumulé des écoles de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) s’élevait l’an dernier à près de 1,1 milliard de dollars, près de 80 % des établissements obtenant un « E », c’est-à-dire la pire note possible en matière de vétusté d’édifices publics. Ces 165 établissements, vieux de 67 ans en moyenne, ne sont pas les seuls à présenter des « défis » pour l’équipe d’entretien. Trente-quatre écoles reçoivent un « D », tandis que seulement dix écoles obtiennent une note variant de A à C sur l’échelle du gouvernement provincial, dans le parc immobilier de la plus importante commission scolaire du Québec. Pour résumer, pas moins de 95 % des quelque 200 écoles de la CSDM sont dans un état jugé insatisfaisant.

En janvier, ce dernier a annoncé à la CSDM qu’elle toucherait environ 18 % d’une enveloppe de 500 millions de dollars qui doit être consacrée à la réfection des établissements scolaires québécois. D’autres sommes pourraient être débloquées dans un prochain budget, avait-il aussi laissé entendre.

Depuis, l’école Saint-Gabriel-Lalemant a bénéficié de quelques ajustements. Les élèves de l’école auront une belle surprise à la rentrée, la semaine prochaine. En plus de travaux de rénovation et de décontamination des sols, l’école a également reçu une toute nouvelle cour de récréation, juste à temps pour la rentrée scolaire, se réjouit Mme Lévesque. « Ils vont tellement aimer ça ! »

Mme Maryse, elle, aura pris le chemin d’une école de Montréal-Nord, plus petite et, surtout, moins exigeante l’hiver, « St-Gab » ayant pas moins de 11 entrées et rampes d’accès à déneiger. « Je leur ai déjà dit que j’allais amener des collations aux jeunes qui n’ont pas de déjeuner. Moi, je suis tout le temps mêlée dans les affaires de l’école, ça ne changera pas », dit-elle d’un ton espiègle.

* Ce texte a été modifié après publication.


 
1 commentaire
  • Hélèyne D'Aigle - Abonnée 24 août 2016 20 h 01

    " L'Univers de Maryse Lévesque. "


    " Ce que tu fais a beaucoup plus d'impact que ce que tu dis . " ( Stephen Covey )