HEC Montréal lorgne le centre-ville

HEC Montréal prépare depuis plusieurs années son projet de pavillon au centre-ville. Dès 2013, le directeur de l’établissement, Michel Patry, avait affirmé en commission parlementaire à Québec qu’un nouveau pavillon au centre-ville lui paraissait essentiel.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir HEC Montréal prépare depuis plusieurs années son projet de pavillon au centre-ville. Dès 2013, le directeur de l’établissement, Michel Patry, avait affirmé en commission parlementaire à Québec qu’un nouveau pavillon au centre-ville lui paraissait essentiel.

Le gouvernement Couillard étudie le projet d’aménagement d’un nouveau pavillon de HEC Montréal au centre-ville même s’il existe déjà trois facultés universitaires de gestion dans le quartier.

HEC Montréal manque d’espace dans son campus qui borde l’Université de Montréal, dans le quartier Côte-des-Neiges. Le gouvernement reconnaît à l’établissement un déficit d’espace de 15 500 mètres carrés, l’équivalent de près de trois terrains de football américain, a indiqué HEC Montréal au Devoir.

Selon nos sources, le projet de nouveau pavillon au centre-ville fait son chemin au sein du gouvernement, malgré la présence de trois écoles ou facultés de gestion dans le secteur — affiliées à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à l’Université Concordia et à l’Université McGill.

Concurrence

Des sources à l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM s’interrogent notamment sur la pertinence de créer une nouvelle offre de cours en français. L’ESG forme déjà plus de 14 000 étudiants dans le quartier. L’UQAM a déjà enregistré une baisse de 11 % des nouvelles admissions au baccalauréat, l’automne dernier. Cette baisse de fréquentation a créé un trou de plus de 5 millions dans le budget de l’université.

Année après année, nous avons le plus grand ou le deuxième plus grand déficit d’espace relatif, c’est-à-dire par rapport à ce qui est déjà construit

 

Au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), on explique que le projet de nouveau pavillon de HEC Montréal reste à l’étude. « Le dossier d’opportunité devra notamment établir tous les éléments nécessaires à la prise de décision », indique Bryan St-Louis, responsable des relations avec les médias au MEES.

HEC Montréal prépare depuis plusieurs années son projet de pavillon au centre-ville. Dès 2013, le directeur de l’établissement, Michel Patry, avait affirmé en commission parlementaire à Québec qu’un nouveau pavillon au centre-ville lui paraissait essentiel.

Études de soir

« Nous avons un très grand déficit d’espace. […] Année après année, nous avons le plus grand ou le deuxième plus grand déficit d’espace relatif, c’est-à-dire par rapport à ce qui est déjà construit. Ce déficit est basé sur la moyenne de la fréquentation des cinq ou six dernières années [et non sur des projections] », a-t-il déclaré.

« L’École étudie la possibilité d’ajouter des espaces supplémentaires à ses installations. À l’heure actuelle, plusieurs avenues sont possibles et l’École est en train de préciser ses besoins au gouvernement », a indiqué Julie Lajoye, conseillère en relations avec les médias à HEC Montréal.

Le directeur de l’établissement estime que le pavillon du centre-ville pourrait accueillir entre 2000 et 3000 étudiants au certificat de soir. Ça permettrait de libérer de l’espace pour les études de deuxième cycle au campus principal. Le centre-ville est l’endroit idéal pour former des gestionnaires près de leurs lieux de travail, a expliqué Michel Patry en commission parlementaire : les importants espaces de bureau du Complexe Desjardins et de Revenu Canada se trouvent à distance de marche.

Le projet de HEC Montréal est inscrit au plan québécois des infrastructures 2015-2025 dans la catégorie « à l’étude », et au plan quinquennal d’investissements universitaires 2013-2018.