Les libéraux reportent le nouveau cours d’histoire

En septembre 2016, les écoles ne seront pas dans l’obligation d’adopter le nouveau programme d’histoire de 3e secondaire. Elles pourront choisir de le faire ou de conserver l’ancien programme (celui de 2006).
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir En septembre 2016, les écoles ne seront pas dans l’obligation d’adopter le nouveau programme d’histoire de 3e secondaire. Elles pourront choisir de le faire ou de conserver l’ancien programme (celui de 2006).

Le gouvernement Couillard repousse l’implantation du nouveau cours d’histoire du Québec et du Canada dans toutes les écoles secondaires, se limitant à poursuivre les projets-pilotes dans une trentaine d’écoles.

Le ministère de l’Éducation a aussi apporté des modifications au cours d’histoire dont la refonte avait été entreprise sous le gouvernement Marois. Certaines de ces modifications furent adoptées pour satisfaire la communauté anglophone.

Les projets-pilotes ont commencé en septembre 2015, en 3e secondaire, avec la première tranche chronologique — des origines à 1840 — de ce cours réparti sur deux ans. Les projets-pilotes visant le cours de 4e secondaire pour la période allant de 1840 à nos jours commenceront comme prévu en septembre 2016.

Au cabinet du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, on a toutefois confirmé, jeudi, que l’implantation générale du cours de 3e secondaire, prévue en septembre 2016, est reportée. On a expliqué que le ministre souhaitait que les projets-pilotes soient complétés pour ces deux années avant de généraliser le nouveau cours d’histoire.

En septembre 2016, les écoles ne seront donc pas dans l’obligation d’adopter le nouveau programme d’histoire de 3e secondaire. Mais elles pourront choisir de le faire ou de conserver l’ancien programme (celui de 2006), qui a fait l’objet de nombreuses critiques provenant tant des enseignants que des élèves.

Un programme mature

Le nouveau cours a été bien accueilli dans l’ensemble par les enseignants, dont plusieurs ont été consultés pour cette refonte, indique Raymond Bédard, le président de la Société des professeurs d’histoire du Québec (SPHQ). Il a notamment siégé au comité de validation et assure qu’une « certaine unanimité » s’est dégagée de la concertation entre les nombreux acteurs du milieu, y compris les anglophones. L’implantation du programme pour la 3e secondaire, dont le matériel didactique est produit, devait à l’origine avoir lieu en 2015 et elle a déjà été retardée d’un an.

Les contenus pour la 4e secondaire, pour la période allant de 1840 à aujourd’hui, sont également presque complètement rédigés. « C’est relativement mineur, ce qu’on souhaitait modifier, je comprends mal cette peur d’aller trop vite », a conclu M. Bédard dans une entrevue accordée au Devoir.

Lors de l’étude des crédits du ministère, le 19 avril dernier, Sébastien Proulx a abordé le sujet dans un échange avec son adjoint parlementaire, le député de D’Arcy-McGee, David Birnbaum. Il a indiqué qu’il souhaitait poursuivre « l’implantation du cours » sous forme de projets-pilotes, afin de « maintenir l’espace nécessaire pour avoir la rétroaction des enseignants, des parents, des gens qui s’intéressent à l’histoire et surtout des élèves ». Le ministre a précisé que « l’évaluation ministérielle à l’égard du cours a lieu en 4e secondaire ».

Sébastien Proulx a signalé que des modifications ont été apportées au programme par le ministère, qui a rencontré certains groupes, notamment issus de la communauté anglophone. Le cabinet du ministre n’était pas en mesure, jeudi, d’en fournir des exemples.

L’accueil initial avait pourtant semblé enthousiaste du côté politique, assure le sociologue Jacques Beauchemin. Avec l’historienne Nadia Fahmy-Eid, il avait jeté les bases de la réforme dans un rapport déposé en 2014 et intitulé « Le sens de l’histoire ». Yves Bolduc, alors ministre de l’Éducation, lui avait affirmé à l’époque qu’il « adhérait totalement au rapport ».

« Notre intention n’a jamais été de faire une histoire nationaliste, mais de retrouver un fil d’intelligibilité au parcours historique québécois. […] Le Québec peut se poser comme fait de culture particulière et toute société doit être capable de se nommer de manière décomplexée. La redécouverte de ce "nous" national ne suppose pas du tout la marginalisation d’autres groupes », a déclaré M. Beauchemin.

Lacunes

« C’est un très mauvais procès qu’on nous intente, c’est une fausse opposition », s’est défendu M. Beauchemin en prenant connaissance des critiques émises par le Quebec Community Groups Network (QCGN). La présidente de cette association, Sylvia Martin-Laforge, a expliqué au Devoir qu’elle avait transmis au ministère les inquiétudes d’enseignants ayant "testé" le programme en milieu anglophone. « On a vu une version plutôt nationaliste dans sa vision des choses, qui ne mettait pas en valeur la contribution des communautés », affirme-t-elle. Les anglophones y seraient présentés principalement comme des conquérants, des patrons, des possédants. « Ce n’était pas un récit équilibré », résume Mme Martin-Laforge.

Michael Rice, enseignant à l’école secondaire Laval Junior Academy, se dit, quant à lui, extrêmement déçu de la perspective globale adoptée sur « des sujets sensibles », dont les Premières Nations. « Ils ont massacré plusieurs enjeux. Les Premières Nations y sont présentées, mais toujours dans le contexte du colonialisme, avec une perspective occidentale seulement. On nous dit : "Vous avez été colonisés, évangélisés, adoptés, vous avez oublié vos coutumes". On réclamait déjà nos droits au XVIIIe siècle, mais il n’y en a aucune mention », affirme-t-il après avoir consulté le nouveau programme.

Lui-même originaire de Kahnawake et détenteur d’une majeure en études autochtones, il a enseigné durant une décennie à Kahnesatake, avant d’être transféré à Laval. Il a fait partie du comité qui avait élaboré le précédent cours d’histoire nationale en 2006. « À ma connaissance, il n’y a aucun membre des Premières Nations, ni aucun spécialiste autochtone qui a été invité dans le nouveau panel », affirme M. Rice.

22 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 13 mai 2016 01 h 10

    Des nostalgiques

    Que c'est triste de ne pas être capable d'enseigner l'histoire, c'est pourtant simple la France nous a laisser tomber, et nous sommes devenus des orphelins, les anglais sont devenus nos maitres ,depuis ce temps nous n'arrivons pas a nous en faire veritablement une raison et nous vivons de nolstalgie, jusqu'au jour ou nous décidons d'aller passer l'hiver en Floride , ou etre assez riche pour avoir une maison dans le sud de la France et une autre a Londre

  • Jean-Paul Carrier - Abonné 13 mai 2016 02 h 44

    Solidement ancré les deux pieds dans le ciment

    Je suis d'accord à ce que l'on retarde sa mise en application.
    Il faut s'assurer de mettre en évidence, surtout à ce qui a trait au volet 1840 à nos jours, du fait qu'au Québec on repousse toujours à plus tard toute prise de décision et que c'est dans les gènes des Québécois de tergiverser constamment au lieu de foncer et d'adapter une action par la suite en rétroaction.
    Après tout, le sort du Québec et du Canada est en jeux ici, il ne faut surtout pas promouvoir un nationalisme et fierté canadienne ou québécoise. Mieux vaut demeurer dans la médiocrité.

  • Emmanuel Lyng-Sabatier - Inscrit 13 mai 2016 05 h 53

    Histoire

    Il faudrait arrêter de se moquer du monde. Les anglais, les français, les espagnols et les portugais étaient des conquérants. Dire le contraire c'est vraiment de l'hypocrisie, et tous étaient des esclavagistes.

    Il ne faut oublier que les français abandonnés au Canada étaient considérés comme des esclaves car ils ont perdus tout leur droits à partir du moment où leur terre est devenu britannique.

    • Sylvain Auclair - Abonné 13 mai 2016 10 h 41

      Les Français sont venus ici avec l'assentiment des Indiens du coin, ils ont praticipé à leurs guerres et se sont mariés avec eux. Sans l'aide des Premières Nations, on n'aurait jamais pu tenir la moité de l'Amérique du Nord.

      Tout n'était pas rose, mais nous n'avons jamais perprétré d'extinction de masse ni même déplacé des populations pour s'établir quelque part.

  • Gilles Delisle - Abonné 13 mai 2016 06 h 19

    Il faudrait que je refasse mon cours d'histoire, alors!

    Donc, si j'ai bien compris, selon la représentante anglophone, les anglos n'auraient jamais été, dans l'histoire du Québec, ni des conquérants, ni des patrons majoritairement, ni des possédants!!! Il est où le cancre? A l'école, non, il est sur une banquette du gouvernement libéral et il est ministre de l'Education NATIONALE!

  • - Inscrit 13 mai 2016 07 h 16

    Le recul ...

    ...c'est leur "façon d'être Canadien". Voir le texte de Jean-Marc Fourbnier de ce matin !
    Une pièce d'anthologie de jovialisme et de soumission béate !

    Réveillons-nous ceux qui sont encore vivants, il est plus que temps !

    • - Inscrit 13 mai 2016 09 h 51

      "Fournier" et pas Fourbnier, mes excuses, le "b" était involontaire. Mon clavier a "fourché"! Un lapsus électronique je suppose.