L’Université Laval est forcée de revoir une publicité douteuse

Plusieurs internautes ont remarqué des similitudes entre la publicité de l’Université Laval et le pavillon de l’Allemagne nazie.
Photomontage: Le Devoir Plusieurs internautes ont remarqué des similitudes entre la publicité de l’Université Laval et le pavillon de l’Allemagne nazie.

Fâcheuse coïncidence. L’Université Laval s’est retrouvée cette fin de semaine sous un feu nourri de critiques après le dévoilement dans plusieurs quotidiens du Québec samedi d’une publicité pour sa campagne de financement qui convoquait l’esprit du pavillon de l’Allemagne nazie conçu pour l’Exposition universelle de 1937. Un mimétisme troublant qui, dimanche, a forcé l’administration de l’établissement scolaire à faire marche arrière et à revoir au pied levé le visuel de sa campagne soulignant 350 ans d’excellence.

Censé représenter un alérion, ce petit aigle sans pattes ni bec que l’on trouve sur les armoiries de l’Université Laval, « propulsé par la générosité des donateurs », le graphisme de cette publicité a surtout placé l’institution face à la controverse dans les univers numériques. Plusieurs internautes y ont souligné, photos comparatives à l’appui, le caractère douteux de la chose, tout en se demandant sur le réseau Twitter si la Faculté d’histoire de l’Université Laval n’aurait pas pu être consultée pour éviter le triste écueil.

Souvenir dérangeant

 

Avec le mot « Propulsons », surmonté de trois lignes rouge et or, les couleurs de l’université, convergeant vers un alérion, la publicité qui appelle à la générosité de donateurs donne surtout l’impression de rappeler au souvenir du présent une composante de l’architecture nazie développée par Albert Speer, ministre de l’Armement et de la Production de guerre sous le régime d’Adolf Hitler, en 1937, lors de l’Exposition universelle de Paris. Installé au pied de la tour Eiffel, près du Trocadéro, le bâtiment massif laissait la verticalité de ses lignes rejoindre un aigle, symbole de la dictature allemande, placé au sommet de sa structure.

« L’Université Laval va revoir le visuel pour éliminer la ressemblance avec l’image du pavillon conçu pour l’Exposition universelle de Paris », a indiqué le service des communications de l’établissement tôt dimanche matin. Selon lui, la combinaison d’éléments historiques du blason de l’établissement, qui représente les traits distinctifs du blason de Monseigneur de Laval avec des lignes verticales de couleur, a induit une ressemblance fortuite avec l’iconographie du nazisme. Par voie de communiqué, l’université s’est dite « désolée si cette ressemblance a pu offenser certaines personnes ».

Dimanche en milieu d’après-midi, l’Université Laval a dévoilé d’ailleurs sur Twitter un nouveau visuel qui, en remplaçant l’alérion par les armoiries complètes de l’établissement, ne prêtait plus flanc à la critique.

La publicité de l’Université Laval s’inscrit dans la campagne de financement qualifiée d’historique par l’établissement qui, pour souligner ses 350 ans d’existence, cherche à récolter 350 millions de dollars.

À voir en vidéo