Hausse de salaire de 4% pour 37 cadres

Le recteur Robert Proulx fait valoir que 70 % des 120 cadres de l’UQAM ne bénéficieront pas de cette hausse de salaire.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Le recteur Robert Proulx fait valoir que 70 % des 120 cadres de l’UQAM ne bénéficieront pas de cette hausse de salaire.

Alors que l’Université du Québec à Montréal peine à boucler son budget, la direction de l’établissement vient de consentir une hausse de salaire de 4 % à certains membres de son personnel-cadre, dénonce le syndicat des professeurs de l’établissement.

La direction de l’université a adopté mardi soir une résolution demandant « qu’un montant représentant 4 % de la masse salariale des cadres soit dégagé pour augmenter rétroactivement au 1er juin 2015 le traitement des cadres de l’UQAM ». Trente-sept cadres sur 120 bénéficieront immédiatement d’une progression salariale, ce qui représente un montant de 166 200 $, confirme la maison d’enseignement.

Les cadres restants touchent déjà le maximum de l’échelle salariale prévue à leur contrat et n’auront pas droit à cette hausse rétroactive, du moins pour l’instant. L’UQAM fait actuellement face à un manque à gagner de près de 20 millions.

La direction de l’UQAM veut faire fi du VG

La direction de l’établissement n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue du Devoir. Dans un communiqué, le recteur Robert Proulx fait valoir que 70 % des 120 cadres de l’UQAM ne bénéficieront pas de cette hausse de salaire.

Il omet toutefois de dire que cela ne pourrait être qu’une question de temps avant que ceux-ci touchent, eux aussi, d’un traitement additionnel.

La résolution adoptée mardi soir au comité exécutif de l’université prévoit en effet de « suspendre le versement de l’augmentation qui aurait été consentie […] sous la forme d’un montant forfaitaire unique, jusqu’à ce que le dossier soit éclairci ». Les documents du comité exécutif de l’UQAM obtenus par Le Devoir ne précisent toutefois pas quand cela sera fait.

Le vérificateur général du Québec avait fustigé l’UQAM, il y a près d’un an, pour avoir versé à 85 membres du personnel de direction des montants forfaitaires de plus de 350 000 $, l’an dernier, « en sus du maximum des échelles de traitement ». Il écrivait alors « partage[r] la position du ministère qui conclut que l’allocation de tels montants est contraire » à la loi mettant en oeuvre certaines dispositions du discours sur le budget du 30 mars 2010.

L’UQAM a commandé pas moins de trois avis juridiques sur la question, sur une période de quatre ans, pour appuyer son interprétation de la Politique de rémunération des cadres de l’UQAM et cette loi. Le plus récent avis juridique remonte au mois de juin 2015 et fait donc suite à cet avis du vérificateur général.

« Le VG a dit clairement que de telles pratiques, le versement de primes en sus du maximum de l’échelle de traitement, sont inacceptables », affirme le vice-président du Syndicat des professeurs de l’UQAM (SPUQ), Pierre Lebuis.

Il demande que la direction applique la même logique et accorde une hausse de salaire semblable aux professeurs, qui sont sans convention collective depuis le 31 mars 2013.

À voir en vidéo