34 000 enseignants en grève le 30 septembre

Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

Les 34 000 enseignants membres de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) tiendront deux jours de grève dans les prochaines semaines, afin de protester contre les offres gouvernementales, qu’ils estiment être un recul de leurs conditions de travail et une atteinte à la qualité de l’enseignement offert aux élèves.

La première journée de grève aura lieu le mercredi 30 septembre prochain et le syndicat prévoit une grande manifestation à Montréal à ce moment.

Le deuxième débrayage aura lieu de manière tournante sur trois jours à des dates qui restent à déterminer, mais qui se situeront entre le 14 et le 30 octobre.

Dans les deux cas, il s’agit de grèves légales.

La Fédération avait voté en faveur de trois jours de grève au printemps dernier. Le moment de la troisième journée reste à déterminer et sera fonction de l’avancement des travaux aux tables de négociation.

Le syndicat souligne qu’il avait fallu 54 rencontres lors des dernières négociations pour en arriver à une entente et qu’ils en sont à plus de 70 rencontres à ce jour sans qu’aucune entente n’ait été conclue sur quelque sujet que ce soit.

Il reproche à Québec et aux directions d’établissement de vouloir augmenter le nombre d’élèves par groupe, alourdir la tâche du personnel enseignant et diminuer de manière importante les services aux élèves.

5 commentaires
  • Paul de Bellefeuille - Abonné 8 septembre 2015 12 h 50

    Et le 3 octobre?

    J'espère que la FAE sera du nombre le 3 octobre prochain bien que ne faisant pas partie du Front commun. Faire bande à part n'a jamais été payant. C'est ensemble, et nombreux, nombreuses, que nous nous ferons respecter par le gouvernement Couillard pas en étant divisé.

    • Daniel Chartrand - Abonné 8 septembre 2015 14 h 05

      Le front commun n'a pas encore de mandat de grève en poche (il tente d'en avoir mais ce n'est pas encore fait). La FAE prend le leadership car elle négocie pour ses membres et non pas pour le front commun (surtout que le front commun ne voulait de la FAE lors du début de la négo). Le 3 octobre, la FAE rend hommage aux enseignantes et enseignants de l'école publique sur les terrains de la TOHU. Bienvevu à tous

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 8 septembre 2015 14 h 06

      M. Bellefeuille, votre commentaire est d'une grande justesse.

      Tout ce qu'il me reste à ajouter est:

      So-so-so-solidarité!

    • Paul de Bellefeuille - Abonné 8 septembre 2015 18 h 09

      La manifestation du 3 octobre est ouverte à tous et toutes bien qu'organisée par le Front commun. On peut y lire dans l'annonce de cette manifestation: "Venez marcher avec vos collègues, votre famille et vos amis. Rendez-vous à midi au Parc du Mont-Royal, au coin de l’avenue du Parc et de l’avenue des Pins à Montréal."

      La défense et la promotion des services publics est d'abord un acte citoyen. Il faut donc se manifester en grand nombre pour stopper la destruction de notre État social par le gouvernement Couillard.

  • Jacques Nadon - Abonné 8 septembre 2015 21 h 36

    Dans le passé on nous annonçait le front commun... puis plus les négociations avançaient, plus le front s'éffritait. Les grands centrales syndicales d'un côté les enseigants et les infirmières de l'autre. Les infirmières y ont gouté. Le secteur de l'éducation... a fait quelque gain mais sans plus. Front commun, qu'est-ce que cela veut dire?