La réputation de l’UQAM mise à mal

Malgré l’injonction reconduite pour permettre la tenue des cours, des manifestants masqués ont bloqué l’accès aux classes, forçant des professeurs à annuler leurs cours.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Malgré l’injonction reconduite pour permettre la tenue des cours, des manifestants masqués ont bloqué l’accès aux classes, forçant des professeurs à annuler leurs cours.

En d’autres circonstances, n’importe quelle université se réjouirait d’une telle visibilité. Associés depuis des semaines aux mots « saccages », « grèves » et « dérapages », professeurs, leaders étudiants et membres de la direction de l’Université du Québec à Montréal s’inquiètent toutefois de plus en plus de l’impact durable que pourraient avoir les bouleversements qui ébranlent la maison d’enseignement sur sa réputation.

Lundi matin, 11 h. Deux étudiants cagoulés, habillés de noir, frappent frénétiquement sur des bacs de recyclage du pavillon J.-A.-DeSève de l’UQAM afin d’empêcher la tenue des cours. Les caméras de télévision filment la scène alors que journalistes et étudiants tweetent des explications. « L’agitation continue à l’UQAM », titre le réseau d’information continue LCN pendant de longues minutes. Une fois de plus, l’UQAM fait les manchettes. Pour toutes les mauvaises raisons. Rien que la semaine dernière, la situation tendue à l’UQAM occupait 7 % de l’espace médiatique au Québec, alors que le mot-clic #occupationUQAM était le plus employé de la semaine, selon Influence Communication.

Stéphane Pallage, le doyen de l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM, en a assez des moqueries et des quolibets qu’on accole sans cesse à l’UQAM. « Lors du printemps 2012, le recteur Guy Breton avait fait venir la police à l’Université de Montréal. On n’a jamais évoqué la “fin de l’UdeM” pour autant ! On traîne l’UQAM dans la boue. L’une des choses qui me surprennent depuis mon arrivée au Québec il y a 20 ans, c’est à quel point on tape facilement sur la tête de l’UQAM », affirme le Belge d’origine.

M. Pallage estime que les événements des dernières semaines n’ont pas eu d’impacts négatifs sur les étudiants. Personne n’a eu de difficulté à trouver un stage en raison des grèves et manifestations, assure-t-il. Pourtant, certains étudiants affirment ouvertement craindre pour la reconnaissance de leur diplôme, reconnaît Gabriel Boileau, le président de l’association étudiante de l’ESG.

« Ce serait se mentir que de se dire que le fait qu’on soit à la première page de tous les journaux depuis deux semaines n’a eu aucun impact sur notre image », dit-il. Selon lui, c’est surtout au niveau des demandes d’admission que la situation se fera sentir. « Quand on a trois choix d’université devant soi et qu’on n’entend parler que des cagoulés et des violences, c’est sûr que ça ne donne pas le goût d’aller à l’UQAM », explique le jeune homme.

Un diplôme dévalué ?

C’est précisément la situation dans laquelle se trouve Ariane Lefebvre. Détentrice d’un baccalauréat en communication politique de l’UQAM, elle ira vraisemblablement faire son deuxième bac ailleurs. Se décrivant comme une participante « modérée » du mouvement étudiant de 2012, elle a décidé de poser sa candidature dans d’autres universités après les incidents de mercredi. « J’ai peur de sortir de l’UQAM et que mon diplôme ait moins de valeur qu’un autre. Et puis, je n’ai pas le goût de vivre ce climat de confrontation. »

Les conflits étudiants ne sont pas sans répercussions pour les universités québécoises. Après trois années de croissance, l’UQAM a en effet connu en 2012-2013 une légère baisse de ses effectifs de l’ordre de 0,6 %, dans la foulée du printemps érable. Le mouvement étudiant du printemps 2012 avait touché l’UQAM plus que toute autre université, de même que les cégeps, qui constituent son bassin principal de recrutement. La tendance s’est cependant résorbée par la suite.

Dans une lettre envoyée aux médias lundi matin, 184 professeurs de l’UQAM partagent ces inquiétudes et accusent leur syndicat d’attiser la situation.

La contestation étudiante « s’est transformée en une réelle crise institutionnelle qui affaiblit et fait mal à l’UQAM », affirment les signataires, qui incluent notamment l’ex-premier ministre Bernard Landry.

Les coûts matériels du saccage du pavillon DeSève, mercredi dernier, sont « importants », mais « sans commune mesure avec la perte de réputation de l’UQAM », selon eux.

Le collectif dénonce les violences, mais signale surtout son désaccord avec les déclarations publiques de l’exécutif du Syndicat des professeurs de l’UQAM (SPUQ) et de sa présidente, Michèle Nevert, qui, selon eux, « appuient sans discernement les actions étudiantes ». Mme Nevert et d’autres professeurs s’étaient interposés entre manifestants et policiers, mercredi après-midi.

« Ces interventions font énormément de tort à l’UQAM et contribuent à amplifier le niveau de crise institutionnelle. Nous ne nous reconnaissons pas dans ces positions, apparemment prises au nom de tous les professeurs », poursuivent les auteurs de la lettre. « La réputation de l’UQAM a été fortement mise à mal, ces derniers jours. »

Cette sortie publique des professeurs est survenue alors que la présidente du conseil d’administration de l’UQAM, Lise Bissonnette, offrait son soutien indéfectible au recteur Robert Proulx dans sa gestion du conflit étudiant. Dans une longue lettre à l’ensemble du personnel de l’UQAM lundi matin, l’ex-présidente de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) se dit pleinement en accord avec la décision de recourir aux expulsions et à une injonction pour que les étudiants puissent accéder aux campus et suivre leurs cours.

Mme Bissonnette dénonce « l’irruption dans une partie du campus de bandes organisées, substituant le hurlement à la parole, décrétant que l’enseignement, donc le libre cours des idées, y était hors d’ordre ».

Ironiquement, cette lettre a été envoyée alors qu’au pavillon J.-A.-DeSève se déroulait une nouvelle manifestation, regroupant une cinquantaine d’étudiants, moins d’une semaine après le saccage de l’édifice par des protestataires.

D’autres manifestations ont eu lieu plus tard dans la journée, au pavillon des sciences de la gestion de l’UQAM. Une marche contre l’austérité a par la suite regroupé quelques centaines de personnes, qui ont déambulé du plateau Mont-Royal à l’UQAM. Les protestataires se sont dispersés à la demande des policiers, vers 14 h 30. Aucune arrestation n’a eu lieu.

Ils sont aussi l'UQAM

«Nous, professeurs de l’UQAM, souhaitons faire connaître notre désaccord avec les déclarations publiques de l’exécutif du Syndicat des Professeurs de l’UQAM (SPUQ) et de sa présidente, Michèle Nevert, appuyant sans discernement les actions étudiantes, en opposition directe avec la décision de sécuriser l’espace universitaire. Nous nous dissocions du ton et de la nature des propos tenus par Mme Nevert, en particulier à l’émission du matin de Radio-Canada, au lendemain du saccage. Ces interventions font énormément de tort à l’UQAM et contribuent à amplifier le niveau de crise institutionnelle.»

Extrait tiré de la lettre signée par 184 professeurs


À voir en vidéo