Nouveau régime minceur en éducation

Des étudiants se sont rassemblés jeudi à Québec pour manifester devant le parlement.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des étudiants se sont rassemblés jeudi à Québec pour manifester devant le parlement.

Le quasi-gel du budget en éducation en 2015-2016 (0,2 %) a l’effet d’un coup de massue. Les fédérations étudiantes appellent leurs membres à la mobilisation, ne digérant pas les coupes budgétaires de près de 125 millions de dollars dans les cégeps et les universités en 2015-2016.

Le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Jonathan Bouchard, a dénoncé jeudi des compressions budgétaires « ridicules » de 103 millions exigées à des universités « déjà à genoux ». Il craint de voir des cours ou des programmes, au premier chef en sciences sociales, contingentés ou abolis. « C’est très inquiétant parce qu’on va faire de la sélection selon la rentabilité des programmes », a-t-il déploré.

M. Bouchard s’est dit « étonné » de voir le gouvernement libéral plafonner la croissance des dépenses en éducation à 0,2 % en 2015-2016 comparativement à 1,6 % en 2014-2015. « Il n’a pas pris au sérieux la mobilisation grandissante contre les coupes en éducation », a-t-il regretté. Selon lui, « c’est le temps pour l’ensemble de la communauté universitaire de se mobiliser ». M. Bouchard s’est toutefois gardé d’appeler les membres de la FEUQ à entamer une grève générale. « Ça va être aux étudiants de décider. »

Le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Alexis Tremblay, est d’avis que les compressions de quelque 21 millions — ou 40 millions selon la Fédération des cégeps — demandées cette année aux cégeps constituent « un argument supplémentaire pour augmenter les moyens de pression » à l’égard du gouvernement libéral. « On est rendus à un point de rupture. Est-ce que des cégeps en région vont devoir couper leur chauffage ? », a-t-il lancé. L’équipe économique libérale « brime les perspectives d’avenir de la jeunesse », a déploré M. Tremblay, s’abstenant lui aussi de lancer un appel au débrayage.

« Jeu de démolition »

Les enseignants au primaire et au secondaire ont quant à eux dénoncé jeudi des coupes d’environ 350 millions en 2015-2016. Le premier ministre Philippe Couillard « se prête à un jeu de démolition », a soutenu le président de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Sylvain Mallette. « Il déconstruit. » Le gouvernement libéral parviendra à atteindre l’équilibre budgétaire « sur le dos » des élèves des écoles québécoises, tout particulièrement ceux qui éprouvent des difficultés d’apprentissage, a fait valoir l’enseignant en histoire.

Selon M. Mallette, la « colère » gronde dans les établissements d’enseignement. Par ailleurs, il s’expliquait mal jeudi pourquoi les écoles privées écopent de compressions de « seulement 2 millions ».

L’« effort » demandé au réseau de l’éducation est « proportionnellement moins important » que celui exigé au secteur de la santé, a précisé le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. Il a aussi invité à prendre en compte les quelques dizaines de millions de dollars non inscrits au budget de l’éducation mais qui vont « terminer en éducation » — dont 75,8 millions apparaissant pour le moment au budget du ministère de l’Immigration.

Néanmoins, le secteur de l’éducation devra « mieux livrer les services, à meilleurs coûts », a-t-il souligné, persuadé que le gouvernement arrivera à freiner la croissance des dépenses. « On n’est pas un gouvernement sur le pilote automatique. »

Pendant une allocution, M. Coiteux a dit vouloir s’adresser à la « jeunesse québécoise ».« L’effort de retour à l’équilibre budgétaire vous place au coeur des priorités de l’État. Les gestes que pose le gouvernement sont tout particulièrement destinés à votre génération », a-t-il insisté, promettant du bout des lèvres une hausse des investissements en éducation au cours des prochaines années. « Dès l’année prochaine, dès le moment où on est capables de reconstituer nos marges de manoeuvre, on a l’intention d’en faire davantage en éducation. »

0,2%
Croissance des dépenses en éducation en 2015-2016
4 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 27 mars 2015 04 h 12

    Pardon cette trivialité, mais quelle " Bullshit", M. Coiteux!

    Qu'ils précarisent le plus vulnérable et important, mais qu'ils assument! Munie d'un cœur de belle-maman d'un jeune homme de 8 ans très allumé, je suis lasse qu'on se fiche autant de moi! Des palabres du genre: " avec notre équilibre-zéro, nous pensons aux générations futures blabla..." Pardon pour les âmes Élevées, mais il y a un terme pour ces termes: "Bullshit!"

    Ils ont, au cœur de cette impitoyable "Rigueur", aboli la taxe santé! Grace à Marois, étant précaire, je n'étais déjà plus affectée par elle. Je préférerais au cube ces bons deniers soutirés à ceux en ayant le moyen, dans nos Écoles Publiques.
    Pire encore, ils épargnent plus le privé! Un vrai " Rupin du Royaume Sylvestre de Roberval" ce Couillard!

    Regardez bien les prochaines pubs de Huggies! On y parlera de "Méga-Max-Giga-Supra degré d'Absortion", jusqu'a 36 h!!!

    Et l'argument: "on demande plus à la Santé!", il ne vaut pipette! 50% du budget va en Santé et il est Ostentatoire qu'il y a un Torrent de Gaspillage. Ce n'est pas du tout comparable. Il n'y a pas de profs hyper influents et richissimes qui grignotent au lieu de regarder leurs radios. L'argent reçue est investie et non égarée quelque part dans le Système Défaillant.

    J'interroge mon beau fils tjs sur ce qu'il fait à l'école. On démolit ce que les baby boomers ont érigé de plus Magnifique. La " Génération X"! Fini, Byzance des 90! Plus rien pour motiver la lecture, ils écoutent des films bébés. Plus de Culture Générale. A la récré, il "joue aux calories" avec ses potes: la collation avec le plus de kj gagne, c'est pitié!

    J'étais au public a 11 ans et j'avais plus de 50 bouquins gagnés en classe et l'école avait amené les brigadiers voir Allegria gratuitement pour les remercier. Des trucs comme ça, c'est du Souvenir!

    Aujourd'hui, les profs n'ont pas de moyens et quand les enfants ne performent pas, on les déclare TDAH et les met sous Ritalin.

    J'haissais Charest, là, j'hais les libéraux. C'était une 1 ère et une Dernière!

    • Pierre M de Ruelle - Inscrit 27 mars 2015 11 h 24

      Chere Madame,
      Joignez Quebec Solidaire, ils ont certainement quelque chose a vous proposer en adequation avec vos attentes.

    • Hélène Paulette - Abonnée 27 mars 2015 11 h 38

      On va finir par se rejoindre madame Bouchard....

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 27 mars 2015 23 h 55

      M. De Ruelle, c'est exactement ce que j'admets réaliser dans un commentaire fait hier sur l'article sur PEGIDA dans la section politique-Québec. Je frise les solidaires!

      Mais mes amis canadiens anglais ? Ils ne seront plus mes seuls compatriotes? Je serai un navire sans amarre!

      Non! Tant qu'a voter pour un parti qui ne sera jamais élu, je reste membre du Parti Nul même s'ils n'ont pas de candidat à Saguenay.

      M.Paulette, c'est parce que nous sommes du type " qui gagne à être connue"!..

      En espérant poursuivre la consolidation de cette nouvelle complicité!

      Bon Printemps!