Fin possible de deux associations étudiantes?

La période de consultation aura lieu de 10 h le 13 mars à 15 h le 20 mars pour les deux groupes d’étudiants.
Photo: Jean Gagnon / CC La période de consultation aura lieu de 10 h le 13 mars à 15 h le 20 mars pour les deux groupes d’étudiants.

Deux des associations étudiantes les plus actives de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) pourraient disparaître. L’établissement a annoncé vendredi après-midi la tenue d’un scrutin en ligne qui déterminera la survie ou la fin de l’association des étudiants en science politique et droit et de celle des étudiants en sciences humaines.

Les membres de ces deux regroupements seront invités à voter entre 10 h le 13 mars à 15 h le 20 mars. Une participation de 15 % des étudiants de chacune des associations et un vote à plus de 50 % contre leur maintien annonceraient la « dissolution des associations étudiantes dès l’été », indique Jennifer Desrochers, porte-parole de l’UQAM.

« Ça ne serait pas pour autant la fin des groupes étudiants […] ni des possibles grèves, nuance Anne-Marie Veillette, membre du comité exécutif de l’Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQAM (AFESPED). Il y aura encore des associations modulaires, comme en ont les programmes de science politique et de droit. […] Ces associations ont le pouvoir de déclencher des grèves. »

Deux comités constitués d’étudiants et de représentants de l’établissement ont été formés pour organiser et superviser chacun des scrutins. Ils ont tenu une première réunion à la fin du mois de février.

Contestation des associations

L’origine de la tenue de cette consultation est le dépôt de demandes de contestation de la représentativité des deux associations étudiantes accompagnées de deux pétitions, en vertu de la politique no 32 de reconnaissance des associations étudiantes de programmation.

Cette politique permet à l’UQAM de reconnaître ou non les associations étudiantes, mais ne lui permet pas de remettre en question leur légitimité, ce pour quoi la dissolution ou le maintien est l’unique issue possible du scrutin.

La pétition de l’AFESPED a été déposée le 13 février, avec 105 signatures considérées comme valides, et celle de l’Association facultaire étudiante des sciences humaines de l’UQAM (AFESH), a été remise la veille, avec 285 reconnues come valides. Dans les deux cas, le nombre de signatures dépasse largement celui qui était requis.

La question du scrutin reste encore à trouver. « La première proposition a été rejetée par les deux associations, parce qu’il était question de savoir si les membres se sentaient représentés ou non par leur association, alors que la politique 32 de l’UQAM ne permet pas d’évaluer la représentativité », indique Mme Veillette.

Ces pétitions viennent s’ajouter au mouvement de contestation des associations étudiantes qui a ressurgi à l’UQAM il y a quelques mois. Cette semaine, 120 étudiants en science politique et droit de cette université ont publié une lettre dans laquelle ils s’opposent à la grève du printemps 2015 et dénoncent certaines pratiques des associations étudiantes, notamment les votes auxquels sont présents « souvent moins de 20 % des étudiants concernés ».

Tant les étudiants que les enseignants de l’établissement sont divisés sur la question de la représentativité des associations étudiantes. En réaction aux critiques formulées, l’AFESH a créé un comité qui se penchera sur l’inclusivité et la représentativité de ses pratiques. La première réunion se tiendra le 13 mars.