Les parties sont près d’un compromis

Le transport des élèves est un enjeu du redécoupage des commissions scolaires.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le transport des élèves est un enjeu du redécoupage des commissions scolaires.

Québec n’entend pas reculer sur ses intentions de fusionner des commissions scolaires. Une entente sur les nouveaux scénarios de redécoupage des territoires, hormis pour les régions de Montréal et la Capitale-Nationale, serait toutefois à portée de main, après une rencontre jeudi entre les commissions scolaires et le ministre de l’Éducation. « Les contre-propositions de la FCSQ [Fédération des commissions scolaires], dans une très grande proportion, n’étaient pas très éloignées de celles qu’on avait faites déjà », a dit l’attachée de presse d’Yves Bolduc, Yasmine Abdelfadel. « C’est une bonne nouvelle. »

Le ministre s’est également engagé à respecter « l’intégralité » des territoires, ce qui veut dire que deux commissions scolaires, ou plus, pourraient être fusionnées dans leur entièreté et non en partie. Cela concerne particulièrement la commission scolaire des Patriotes, qui allait subir un redécoupage « illogique » selon plusieurs, alors que les territoires de Boucherville et de Saint-Bruno-de-Montarville, allaient être annexés à la commission scolaire Marie-Victorin, emportant le siège social et trois grosses écoles secondaires.

Cette promesse ne concerne toutefois pas Montréal, qui est « un cas à part », a-t-elle précisé. « L’île de Montréal est différente. Les élèves sont principalement des marcheurs, il y a très peu de transport scolaire. Ce sont de grandes commissions scolaires avec un bassin élevé d’enfants. C’est à penser différemment. » Les discussions se poursuivent, mais l’accord est loin d’être conclu et la situation est plutôt « problématique », selon la FCSQ.

Même si elle n’a pas eu de réponse du ministre sur ses intentions précises dans ces fusions et sur les économies qui allaient être réalisées, la FCSQ a néanmoins consenti à collaborer sur les divers scénarios. « L’objectif poursuivi par le ministre n’est pas encore clair mais il ne reculera pas sur les fusions, c’est très clair », a dit Caroline Lemieux, attachée de presse de la Fédération. « On a décidé de collaborer pour au moins tenter de minimiser l’impact de ces chambardements sur les élèves et le personnel. »

Une autre rencontre aura lieu après les Fêtes, en janvier, entre le ministre Bolduc et les commissions scolaires.

Couillard soutient Bolduc

Non seulement le ministre Yves Bolduc est-il confirmé dans ses fonctions, mais il incarnera la vision de l’éducation du gouvernement libéral pour 2020-2025. C’est ce qu’a indiqué jeudi le premier ministre Philippe Couillard, qui a défendu son collègue. « Il n’y a aucun plan pour un remaniement ministériel actuellement », a précisé Philippe Couillard. M. Bolduc est une nouvelle fois la cible de vives critiques, depuis la présentation des offres patronales dans le secteur de l’éducation. Le premier ministre a parlé en des termes assez vagues d’un plan que son collègue va présenter au début de 2015. « Yves Bolduc aura l’occasion, au nom du gouvernement et de notre caucus, de présenter notre vision de l’école de l’année 2020-2025. »
5 commentaires
  • André Chevalier - Abonné 19 décembre 2014 04 h 17

    La stratégie de la menace ultime

    La stratégie du gouvernement actuel me fait penser à la façon qu'utilise la justice américaine pour obtenir des aveux: forcer un innocent à plaider coupable pour accepter la prison plutôt que la peine de mort.

    Avec en arrière-plan la menace de l'abolition des commission scolaires, forcer celles-ci à accepter n'importe quel arrangement, y compris des fusions qui ne tiennent pas la route ou un charcutage comme à la CSDM qui, en perdant une grande partie de sa clientèle, perdra ainsi son poids politique face au gouvernement, but probable de l'opération.

  • Gilles Delisle - Abonné 19 décembre 2014 09 h 05

    La FCSQ collabore .....avec un couteau sur la gorge.

    Tellement peur de dsparaître, la FCSQ "collabore sur les différents scénarios " avancés par le ministre! Devant un tel projet, la FCSQ n'aurait jamais dû collaborer avec le gouvernement, surtout pas avec celui qui porte encore le nom de Ministre de L'Education.

    • André Chevalier - Abonné 19 décembre 2014 11 h 45

      «... surtout pas avec celui qui porte encore le nom de Ministre de L'Education.»

      Vous avez fait une faute de frappe, c'est le Sinistre de l'Éducation qu'il fallait dire.

  • Leclerc Éric - Inscrit 19 décembre 2014 09 h 59

    En 2015, il faudra une UPAC pour les commissions scolaires

    Elle nous permettrait de connaître les entourloupettes qui sont choses courantes dans les administrations scolaires, peut-être que dans certains cas les cheveux nous dresseraient sur la tête.

  • Arthur Desgagnés - Inscrit 19 décembre 2014 11 h 22

    Où en est la CAQ?

    Où est François Legault qui prônait pourtant la disparition des Commissions scolaires ? Ce serait le temps de dire quelle réorganisation interne il faudrait réaliser afin d'assurer efficacité et diminution des coûts. Son silence, ou presque, lui vaut la cote zéro.
    Même cote en ce qui concerne les offres du gouvernement Couillard faites aux enseignants alors qu' il préconisait une augmentation de salaire de 20%. Aujourd'hui, il garde le silence. Ceux qui ont voté CAQ aux dernières élections doivent réaliser qu'ils ont été dupés.