Des écoliers en colère réclament le retour de leurs enseignants en classe

Environ 500 écoliers de la capitale du Malawi ont brisé les fenêtres de leurs classes et endommagé des voitures, mercredi, pour protester contre la grève de leurs enseignants.

Les élèves, âgés entre 6 et 12 ans, ont vandalisé au moins 40 véhicules, selon la police.

Les écoliers scandaient «Nous n’apprenons pas!» en langue chiwewa en bloquant une des routes principales de la ville de Blantyre avec des pierres et des branches.

La petite Thoko, 12 ans, a expliqué qu’elle voulait que le président, Peter Mutharika, sache leur colère et paie mieux les enseignants afin qu’ils reviennent au travail.

Payer les enseignants

Vêtus de leur uniforme scolaire, les élèves ont marché en direction de la demeure présidentielle. M. Mutharika n’y était pas car il assistait à une collation des grades à l’université du Malawi.

Vera, 11 ans, a pour sa part demandé au journaliste de dire «à Peter de faire de son mieux pour payer les enseignants» afin que les classes reprennent. Elle et ses camarades veulent aussi devenir des leaders, a-t-elle dit, et les décideurs ne devraient pas tuer leur avenir.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les jeunes manifestants. Aucun n’a été blessé, selon un porte-parole de la police, qui a ajouté que les forces ont utilisé la force minimale.

Plus de 1000 enseignants sont en grève depuis lundi après qu’ils n’eurent pas reçu leur salaire. Ce n’est qu’une des nombreuses manifestations des professeurs du Malawi. Leur ministre de l’éducation a indiqué qu’au moins 6600 enseignants n’ont pas été payés depuis mai dernier.