UQAM: le site d’injection reçoit des appuis

La communauté de l’UQAM souhaite se dissocier de la position prise par la direction de l’établissement au sujet du projet de site d’injection supervisée dans le Quartier latin. Dans une lettre ouverte parue dans Union libre, le journal indépendant des étudiants en science politique et droit, des centaines d’étudiants et d’employés signataires dénoncent le refus de l’administration d’appuyer un tel projet pour des raisons de sécurité. Selon eux, la stratégie de la direction de l’UQAM n’est que de justifier la hausse du budget de prévention et de sécurité. « L’implantation d’un site d’injection supervisée semble pourtant tomber sous le sens pour l’UQAM — qui doit faire face à un problème réel de toxicomanie à l’intérieur même de ses murs », soulignent les 250 signataires. Rappelons que la semaine dernière, le vice-recteur à la vie universitaire, Marc Turgeon, avait acheminé une lettre aux médias pour affirmer sa ferme opposition au projet.