Jeunes cherchent causes porteuses

Le printemps 2012 a vu la jeunesse québécoise s’engager publiquement et se mobiliser contre la hausse des droits de scolarité annoncée par le gouvernement Charest.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le printemps 2012 a vu la jeunesse québécoise s’engager publiquement et se mobiliser contre la hausse des droits de scolarité annoncée par le gouvernement Charest.

« Je suis né à une époque du Québec où dans les cégeps, il fallait que tu te forces pour trouver des gens qui n’étaient pas du PQ », disait cette semaine sur une tribune radiophonique le jeune député péquiste de 36 ans Alexandre Cloutier. « Ce n’est plus comme c’était. »

 

Il fait le constat que son parti est déconnecté de sa base et de la jeunesse québécoise. Et les sondages lui donnent raison. Selon une récente enquête Léger-QMI, les libéraux étaient le premier choix des répondants dans toutes les tranches d’âge, sauf chez les 55-64 ans. Le PQ est souvent le 3e choix, voire le 4e dans certains cas.

 

Autre constat : un simulacre de vote piloté par le Forum jeunesse de l’île de Montréal auprès de 70 000 jeunes de 12 à 17 ans partout au Québec a démontré leur nette préférence pour le Parti libéral (36 %) et leur désintéressement du PQ (18 %). Pourquoi cette désaffection des jeunes ?

 

La souveraineté n’est pas assez assumée par le PQ. Les jeunes, avec toute leur fougue, veulent embrasser des causes plus porteuses et concrètes comme l’environnement ou les droits de scolarité, avance Simon Delorme, 28 ans, détenteur d’une maîtrise en sciences po. Militant pour Projet Montréal, il est surtout un ancien péquiste fervent qui a publié sur son blogue au lendemain des élections une lettre témoignant de sa déception envers le PQ, une analyse fine teintée de respect. « Je n’ai pas quitté le Parti québécois, c’est le Parti québécois qui m’a quitté », écrit-il, faisant écho à un sentiment que d’autres militants de sa génération partagent.

 

« Le débat sur la souveraineté est en toile de fond, comme en sourdine. Il n’arrive plus à attirer suffisamment l’attention et devient une espèce de bruit de fond qui ne mobilise pas », constate-t-il. Après tout, sa génération n’a pas connu René Lévesque, ni le référendum de 1980 ou celui de 1995. « La vendeuse de chez Eaton qui ne parlait pas français, je n’ai jamais connu ça. Je ne peux pas m’identifier à ça », illustre-t-il.

 

Avec ses collègues, le sociologue Jacques Hamel a observé chez les jeunes l’émergence de la « multimilitance », qui fait que la question nationale les intéresse beaucoup moins. « On est face à une génération qui ne va pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Ils ne sont pas pour une cause ou une idéologie. Ils ont des engagements politiques à la carte, contrairement à ceux qui étaient jeunes dans les années 1960-1970 », remarque-t-il.

 

Il y avait pourtant, il n’y a pas si longtemps, un passage obligé d’une certaine jeunesse vers une affirmation identitaire, l’idéal de la souveraineté porté à bout de bras, chantant du Paul Piché ou du Loco Locass à la Saint-Jean, drapé d’un fleurdelisé… « Aujourd’hui, les jeunes sont encore plus ouverts sur le monde, ils voyagent beaucoup et parlent plusieurs langues, note Alexandre Cloutier. On doit avoir un discours qui leur parle, ouvert sur l’autre, sur la diversité. »

 

Souverainiste de longue date, Louise Harel a d’ailleurs mis en garde ses contemporains du danger d’écarter la jeunesse du projet indépendantiste. « Hey les baby-boomers : assez d’“après nous le déluge”, je récuse toute propriété générationnelle sur la souveraineté », écrivait-elle sur Twitter cette semaine.

 

Enfants des chartes

 

Il est difficile de parler de LA jeunesse alors qu’elle est hétéroclite et qu’il y a peut-être une différence à faire entre les étudiants et ceux qui ne le sont pas, souligne M. Hamel. Mais il remarque néanmoins un trait commun chez les 20-30 ans : ils sont beaucoup plus soucieux des libertés individuelles, chères aux libéraux, que des droits collectifs. « C’est l’univers anglo-saxon, la culture américaine qui fait ça. Les jeunes prônent les libertés individuelles, non pas parce qu’ils sont plus égoïstes, mais parce qu’ils ont l’impression qu’ils n’ont plus besoin de l’État pour les garantir. Ils se disent par exemple : “ La langue française n’a pas besoin d’être soutenue par l’État, je n’ai qu’à la parler et la défendre.  »

 

Contrairement aux jeunes des années 1960, ceux d’aujourd’hui ne voient plus l’État québécois comme un moyen qui va leur permettre d’exister comme des individus, ajoute-t-il. « On a affaire à des jeunes issus de familles réduites, où ils sont souvent le seul enfant, et qui ont appris très tôt à transiger avec des adultes et surtout à se négocier des droits », explique-t-il. En vieillissant, ces mêmes jeunes vont chercher selon les qualités de leur propre personne, en matière de droits. « Ils se disent : “ Je suis handicapé, les chartes me reconnaissent des droits. Je suis d’une minorité visible, j’ai des droits , croit le sociologue. Ce sont des enfants des chartes. »

 

Des enfants des chartes, mais pas nécessairement de LA charte. Si Simon Delorme l’endosse sur le fond, il croit que la façon dont elle a été présentée aux Québécois relève de l’électoralisme pur. Une grave erreur. La charte de la laïcité a été perçue par les minorités comme une attaque frontale. « Elle a causé des dommages beaucoup plus profonds et permanents dans le débat public et dans nos relations avec les minorités », a-t-il dit. Sur son blogue, il résume : « Il y a moyen, et le PQ l’a prouvé dans le passé, de défendre une conception civique de la nation et de protéger la langue française et la culture québécoise, tout en évitant les eaux boueuses dans lesquelles Bernard Drainville nous a tous plongés pour des raisons somme toute encore inexplicables. » Ne reste plus qu’à trouver comment.

7 commentaires
  • Jean Martinez - Inscrit 12 avril 2014 02 h 23

    4 ans...

    Le Parti Québécois a 4 ans devant lui pour amorcer un dialogue fructueux avec les jeunes. C'est une occasion à ne pas manquer...

  • Gaston Bourdages - Abonné 12 avril 2014 08 h 09

    «Jeunes....» et moins jeune dont je suis, «cherchent causes...»

    ...qui animent, qui nourrissent, qui mobilisent l'esprit, le coeur voire l'âme. «Causes» que je croyais avoir trouvées. Que s'est-il alors passé? Effritement de ce qui était à l'origine ? Mauvaises gestions du pouvoir et des pouvoirs ? Originale sincérité métamorphosée en électoralisme de mauvais goûts ? Désagrégation de moeurs politiques ? Que dire de la confiance érodée ! Dans certains cas, confiance victime de trahison...
    Et ce triste, désolant et déplorable spectale sur la scêne du 7 avril «au soir» où trois «colombes» se sont rapidement transformées en vautours.
    Mercis madame Gervais et à tous ces plus jeunes, vos héros du jour, qui ont nourri notre réflexion.
    Mes respects,
    Gaston Bourdages,
    Écrivain -chroniqueur.
    Saint-Mathieu de Rioux, Qc.

    • Claude Saint-Jarre - Inscrit 13 avril 2014 08 h 30

      Je sens que nous entrons dans une période collective très créative et probablemet joyeuse. Sept millions de livres blancs personnels à faire durant les prochains quatre ans; un livre blanc populaire sur l'avenir des québécois(e)s.

  • Michel Vallée - Inscrit 12 avril 2014 11 h 47

    Quid ?

    Lorsque le PQ lui-même claironne depuis des années qu’il n’y en aura pas de référendum, il est étonnant que certains s’étonnent du désengagement de la jeunesse face à un projet que le PQ n’a même pas pris la peine de définir :

    Frontière, ou libre circulation avec le Canada ? Monnaie commune, ou pas ? Quelle constitution ? République ? Indépendance ? Souveraineté et association avec le Canada? Association de quelle nature ?

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 13 avril 2014 07 h 23

    Les eaux boueuses de M. Drainville

    La charte de monsieur Drainville laissait entrevoir aux jeunes la perspective d'un pays 'libre' où les citoyens ne le seraient pas.

    Ils ont choisi.

    Desrosiers
    Val David

  • Claude Saint-Jarre - Inscrit 13 avril 2014 11 h 34

    Causes

    Les causes, sont à l'extérieur de soi. Il faut aussi penser à soi correctement, avec chaleur et amour au nom du goût de soi. Ce n'est pas chrétien, un peu boudhiste.