Les fédérations étudiantes en tournée pour se faire entendre

La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Éliane Laberge, rappelle que c'est en votant massivement que les jeunes seront écoutés par les décideurs.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Éliane Laberge, rappelle que c'est en votant massivement que les jeunes seront écoutés par les décideurs.
Les étudiants veulent s'assurer d'être entendus lors de la présente campagne électorale.

Au cours des prochaines semaines, les fédérations étudiantes collégiale et universitaire sillonneront les routes du Québec pour sensibiliser les partis politiques aux enjeux touchant les jeunes.

Bien que le débat entourant les droits de scolarité soit maintenant chose du passé pour les fédérations, les questions de l'accessibilité aux études et de l'aide financière aux études doivent faire partie des enjeux de l'élection, clament les leaders étudiants.

Au cours de cette tournée provinciale, les représentants étudiants souhaitent également convaincre leurs acolytes de se déplacer en grand nombre le 7 avril pour faire résonner leurs voix dans les urnes.

La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Éliane Laberge, rappelle que c'est en votant massivement que les jeunes seront écoutés par les décideurs.