Université d'Ottawa - Le futur est parmi nous

Thierry Haroun Collaboration spéciale
Marc Saner
Photo: Source Marc Saner Marc Saner

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

L’Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique (ISSP) de l’Université d’Ottawa mobilise des experts de plusieurs disciplines afin de porter un regard et d’analyser l’impact des sciences et de la technologie sur la société d’aujourd’hui et de demain. Complexe, mais combien fascinant, laisse entendre son démiurge et directeur, Marc Saner.

 

Complexe, mais combien fascinant, disions-nous ? Il s’agit de lire la documentation afférente de l’ISSP pour s’en convaincre. « Des ordinateurs qui pensent par eux-mêmes. Des robots qui enlèvent des emplois aux hommes. Des développements en génomique qui permettent de prolonger indéfiniment la vie. La biologie synthétique qui nous permet de concevoir des fonctions biologiques qui n’existent pas dans la nature. De nos jours, où que nous portions notre regard, les progrès scientifiques et technologiques abondent. »

 

Dans ce contexte, lit-on plus loin, où tout évolue à la vitesse de l’éclair et à un rythme de plus en plus rapide, « comment pouvons-nous nous adapter aux nouvelles technologies ou même les comprendre ? Devrions-nous nous y adapter ? Que signifient-elles pour notre société ? Quelles sont leurs répercussions sur ce qui fait de nous des êtres humains ? Quelles en sont les conséquences sur le plan éthique ? Quelles sont les incidences juridiques sur, par exemple, la protection de la vie privée ? Qu’en est-il des répercussions sur la sécurité ? Quelles technologies devrions-nous favoriser ? »

 

Voilà autant de questions et d’enjeux qu’aborde l’ISSP, au sein de ses nombreuses activités publiques, conférences, échanges de réflexions et colloques, depuis sa fondation il y a trois ans. Dès le départ, Marc Saner a mis sur pied un comité composé d’une douzaine d’experts de l’Université d’Ottawa issus de plusieurs facultés, dont celles des arts, des sciences, du génie, du commerce, du droit et de la médecine, afin de remplir les mandats et les principes directeurs que s’est donnés cet institut. « Nous favorisons une approche holistique et apolitique afin de mieux faire comprendre l’engagement social et le mode de fonctionnement de la science et de la technologie au sein des entreprises et de la gouvernance de la société, entre autres », raconte Marc Saner, avant d’ajouter : « Nous avons donc pour mission d’améliorer la gouvernance de la science, de la technologie et de l’innovation. »

 

Le post-humain

 

Parmi ses nombreuses activités, l’ISSP a organisé des échanges qui ont permis à ses étudiants d’assister à une conférence donnée par le scientifique en chef des États-Unis, John Holdren, à l’Université George-Washington. Et, l’année suivante, ce sont les étudiants de cette même université qui sont venus à Ottawa pour entendre le ministre canadien des Sciences et de la Technologie, Gary Goodyear. « Voilà des occasions uniques pour les étudiants de rencontrer de grands personnages », tient à dire Marc Saner.

 

On notera également que l’Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique a coorganisé en novembre 2011 la 13e série de conférences annuelles Frontières de la recherche, qui a eu pour thème « Notre futur post-humain ». L’événement traitait notamment des percées scientifiques portant sur ce qui est qualifié de « perfection humaine », ainsi que de la sempiternelle question de l’immortalité. « Dans les pays développés, le désir d’améliorer l’humain par des moyens biomédicaux semble impossible à arrêter. Toutefois, cette progression vers le “ post-humain ” a aussi [engendré] des discussions, des débats, des conflits et de nombreuses recherches sur les visées ultimes pour notre espèce », lit-on dans la documentation du colloque.

 

Par ailleurs, la revue Perspective sur la recherche, publiée par Les Presses de l’Université d’Ottawa, avait cette année-là consacré un numéro spécial à toute cette question. Dans son éditorial, la vice-rectrice à la recherche de l’Université d’Ottawa, Mona Nemer, rappelait avec raison que « la composition même de l’argile humaine qui a jusqu’à maintenant modelé l’esprit et le corps est désormais en pleine transformation. Les avancées étonnantes en robotique, en intelligence artificielle, en télécommunications et en ingénierie génétique, pour ne nommer que ces disciplines, ont marqué l’avènement d’une ère où la technologie n’est plus que le simple prolonge ment de l’humain - elle en fera désormais partie intégrante. »

 

Pourtant, ajoute-t-elle, « cette aspiration vers le “ post-humain ” a lancé des signaux d’alarme et a suscité des discussions, débats et conflits animés. De plus, les recherches sur l’avenir de l’espèce humaine se sont multipliées. Faudrait-il établir des limites en ce qui a trait à l’amélioration de l’être humain ? Les mises à niveau seront-elles à la portée de chacun ou uniquement accessibles aux bien nantis ? Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour nous trans former ? Sommes-nous prêts à embrasser ces changements ? Ceux-ci modifieront-ils à jamais la nature humaine ? »

 

Enjeux

 

En entrevue, Marc Saner tient à dire que les enjeux entourant le « post-humain » rappellent à quel point les avancées dans ce secteur « nous démontrent que le futur est ici. Il est déjà présent parmi nous. Mais les gens ne s’en aperçoivent pas toujours. Il y a actuellement d’incroyables avancées sur le plan de la génétique et de la robotique. Par exemple, si vous appelez Bell Canada, c’est un robot qui va vous parler. Vous voulez un autre exemple ? Écoutez, l’Université d’Oxford a récemment publié une étude qui démontre que la moitié des emplois qui seront créés à moyen terme aux États-Unis seront occupés par des robots ! »

 

N’est-ce pas justement ici où l’éthique entre en scène ? « Oui, tout à fait. C’est une préoccupation importante. L’éthique devient un élément-clé. Et d’autres éléments doivent être pris en compte, comme la gouvernance, les lois et les règlements », note M. Saner.

 


Collaborateur

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 2 novembre 2013 20 h 24

    N'importe quoi...

    «l’Université d’Oxford a récemment publié une étude qui démontre que la moitié des emplois qui seront créés à moyen terme aux États-Unis seront occupés par des robots !»

    N'importe quoi! Une activité réalisée par un robot n'est pas un emploi!