Une réunion privée, mais non secrète

Le Sommet sur l’enseignement supérieur s’est tenu en février dernier. L’ASSE n’y avait pas participé.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le Sommet sur l’enseignement supérieur s’est tenu en février dernier. L’ASSE n’y avait pas participé.

Le ministre de l’Enseignement supérieur Pierre Duchesne se défend de faire des cachettes : la rencontre en privé qu’il a convoquée mardi matin avec les dirigeants et certains partenaires universitaires n’était rien d’autre qu’une réunion pour tâter le pouls du milieu, un an après la mise sur pied du ministère de l’Enseignement supérieur.

 

« Il n’y a pas de secret là-dessus, a indiqué le ministre au Devoir. On n’est pas obligés de se voir dans le cadre d’une crise ou lorsqu’il y a des annonces à faire. Dans le cadre de mes fonctions, je rencontre souvent, les uns après les autres en petits groupes, les dirigeants d’universités, les syndicats, les associations étudiantes. On a dit faisons-le au même endroit en même temps. On veut savoir comment les dossiers évoluent et comment ils sont perçus. Quant à moi, c’est ça, gouverner. »

 

Avec plus du tiers de ses membres provenant des universités, l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) a déploré ne pas avoir été invitée. Le ministre nie en avoir eu peur. « On a invité l’ASSE au Sommet [sur l’enseignement supérieur] et elle a décidé de le boycotter, rappelle M. Duchesne. Si elle veut collaborer avec le gouvernement, pas de problème. Je suis favorable au dialogue. Mais je m’attends à une cohérence. »

 

Allocution en ligne

 

Le ministre a livré une allocution d’une demi-heure, qui sera bientôt sur son site Web, qui a été suivie d’un échange avec ses invités. Comme il aime à le rappeler, il n’a pas manqué de mentionner que la paix sociale est revenue depuis que son gouvernement est au pouvoir et que son approche en sera une de dialogue.

 

Reconnaissant que l’année dernière avait été difficile pour les universités notamment sur le plan financier - elles ont subi des compressions totalisant plus de 250 millions l’an dernier et cette année -, M. Duchesne a confirmé un réinvestissement majeur de 1,8 milliard sur sept ans. « Leur budget 2014-2015 sera haussé de 8,4 %. Il y a bien des administrations qui aimeraient avoir une telle hausse. »

À voir en vidéo