Our Kids - Portes ouvertes pour 32 écoles privées

Pierre Vallée Collaboration spéciale
L’expo d’écoles privées Our Kids tenue l’an dernier avait attiré beaucoup de familles, mais on prévoit qu’il y en aura davantage cette année.
Photo: Source Our Kids L’expo d’écoles privées Our Kids tenue l’an dernier avait attiré beaucoup de familles, mais on prévoit qu’il y en aura davantage cette année.

Ce texte fait partie du cahier spécial Éducation septembre 2013

La cinquième édition québécoise de l’expo d’écoles privées Our Kids, qui se tiendra cette année le 15 septembre au Centre Mont-Royal, situé au 2200, rue Mansfield, à Montréal, gagne en popularité. Depuis que cet événement se tient en sol québécois, ce sont environ 500 familles qui, bon an mal an, visitent cette exposition.

 

« Cette année, on attend davantage de visiteurs, explique Agnes Stawicki, directrice de la rédaction pour Our Kids. Si on se fie à notre taux de préinscriptions, on devrait atteindre environ 600 familles. » Elle attribue la popularité grandissante de cette exposition, qui a lieu aussi dans quatre autres villes canadiennes, essentiellement à la formule mise de l’avant par Our Kids.

 

« Parce que sont réunies dans un même lieu le plus grand nombre possible d’écoles privées, une famille peut aller chercher tous les renseignements dont elle a besoin, sans être obligée de visiter les écoles une par une, lors de journées portes ouvertes, par exemple, ce qui fait économiser beaucoup de temps. » Plusieurs écoles choisissent aussi de se faire représenter non seulement par le personnel de l’école, mais aussi par des élèves. « La présence des élèves permet aux jeunes qui visitent l’exposition avec leurs parents de créer un lien à leur hauteur avec un autre jeune, qui peut alors partager son expérience en tant qu’élève de telle ou telle école. »

 

L’expo d’écoles privées Our Kids organise aussi des conférences sur des sujets-clés. « Par exemple, ici, à Montréal, on aura une conférence qui porte sur la loi 115 et une autre sur l’aide financière disponible. Une conférence toujours très courue est celle portant sur la façon de choisir une école pour son enfant. »

 

Les visiteurs

 

Il y a plusieurs types de visiteurs qui fréquentent l’expo d’écoles privées Our Kids, mais, malgré la variété, certaines tendances se dégagent. D’abord, une forte majorité de parents visitent l’exposition accompagnés de leurs enfants. « S’il y a un conseil que je tiens à donner aux parents, c’est d’associer leurs enfants dans le choix d’une école. Bien sûr, ce sont les parents qui doivent avoir le dernier mot. Mais, si on veut que le projet éducatif réussisse, il est important de choisir une école où l’enfant se sentira à l’aise, d’où l’importance de l’associer au choix. »

 

Certaines familles visitent l’exposition uniquement dans le but de choisir une école pour leurs enfants en vue de l’année prochaine ; d’autres, dont la réflexion est plus poussée, viennent confirmer leur choix. Ces derniers s’inscrivent souvent sur place. « Mais nous avons aussi des familles qui ne cherchent pas à trouver tout de suite une école, mais qui veulent plutôt se renseigner sur l’offre et aussi sur les différentes philosophies et les modèles éducatifs. D’autres, qui ne sont pas encore acquis à l’idée de l’école privée, viennent tout de même se renseigner. »

 

Que cherchent les parents ? « Au final, les parents veulent que leurs enfants réussissent le mieux possible leur parcours scolaire et ils espèrent que le choix de l’école puisse être un des facteurs de réussite. Ils cherchent une éducation bien équilibrée et ils souhaitent que leurs enfants puissent maîtriser d’autres langues que leur langue maternelle. Présentement, au Canada anglais, le mandarin croît en popularité. Ici, au Québec, c’est évidemment le français dont l’apprentissage est souhaité. »

 

Le fait français

 

Cette année, ce sont 32 écoles qui seront présentes à l’expo d’écoles privées Our Kids. Si la plupart sont québécoises, d’autres sont situées au Canada et même aux États-Unis. « Les écoles situées hors Québec sont des écoles qui offrent évidemment le pensionnat, mais qui ont surtout développé des programmes spéciaux. »

 

La très grande majorité des écoles présentes sont des écoles anglophones, deux ou trois se déclarant bilingues. « Mais elles offrent toutes des cours de français et, dans certains cas, de l’immersion en français. C’est évidemment un incontournable au Québec. » Mais comment expliquer l’absence d’écoles privées francophones ? « Nous aimerions évidemment qu’elles se joignent à nous et nous avons entrepris des démarches en ce sens auprès de la Fédération des établissements d’enseignement privés. Par contre, nous ne pouvons que les inviter, la décision est la leur. On espère que, l’année prochaine, certaines écoles francophones seront présentes. Et il est évident que, si les écoles francophones participaient, le fait français augmenterait considérablement. »

 

Our Kids

 

Our Kids, une entreprise familiale, a été fondée à la fin des années 90 par deux couples de parents torontois qui essayaient de trouver de l’information concernant les camps de vacances pour leurs enfants. Constatant que cette information était éparpillée, ils l’ont regroupée et ils ont voulu la partager avec d’autres parents en publiant un premier guide portant sur les camps de vacances. Ils ont répété la méthode en produisant un second guide, mais qui portait cette fois sur les écoles privées.

 

Aujourd’hui, Our Kids est devenue, au fil du temps, un éditeur multiplateformes, publiant guides, revues et sites Internet, en plus d’organiser les expos d’écoles privées. Our Kids a trois champs d’intérêt : les camps de vacances, les écoles privées et les résidences privées pour personnes âgées. « Au fond, il y a des similitudes entre les trois. Dans les deux premiers cas, ce sont des parents qui cherchent à trouver une solution pour leurs enfants. Dans le troisième cas, ce sont des enfants qui cherchent à trouver une solution pour leurs parents. Mais, dans les trois cas, notre philosophie demeure la même. Nous voulons aider les familles à mieux se renseigner afin de leur permettre de faire les meilleurs choix. »

 


Collaborateur

À voir en vidéo