Laïcité - La position de la FAE décriée

La position de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) consistant à tolérer le port de vêtements ou d’accessoires à connotation religieuse, ne reflète pas « la base ». C’est ce qu’ont déploré des enseignants en profond désaccord avec leur syndicat, mettant même en doute le processus démocratique qui a permis d’adopter cette position en congrès.

 

« Il y a eu un manque dans le processus démocratique. On n’a jamais été consultés avant l’adoption de la position au congrès », a dit Lorraine Camiré, enseignante à l’école Joseph-François-Perrault, qui signe une lettre ouverte, avec une collègue.

 

Les enseignantes disent ne pas comprendre ce qui s’est passé entre une première consultation électronique en 2012, qui a conclu que 78 % s’opposent au port de signes religieux, et le vote du congrès en juin dernier, qui s’est soldé par le contraire, dans un vote serré de 113 voix en faveur, 108 contre. Devant ce résultat, « a-t-on le droit de conclure que la FAE a le devoir de s’opposer “farouchement et vigoureusement” à une interdiction du port de signes religieux par les employés de l’État ? Non ! » ont-elles écrit, exigeant un référendum.

 

Cette épineuse question a fait l’objet d’un vote secret légal, à la demande d’un des délégués présents, rappelle Sylvain Mallette, président de la FAE. « Ce n’est pas parce qu’on a un point de vue différent qu’on peut remettre en question le caractère démocratique du processus », a-t-il dit.

 

La déléguée syndicale Tania Longpré est persuadée que, sans vote secret, le vote sur la tolérance à l’endroit du port de signes religieux n’aurait « jamais passé ». « On a l’impression que les membres n’ont pas été écoutés », a-t-elle dit.

 

M. Mallette reconnaît que le débat, très sensible, n’est pas fermé et la FAE se repositionnera devant la charte du gouvernement. « [Interdire] le port de signe religieux, pour nous, ça n’assure pas le caractère laïque des institutions. Au gouvernement de nous convaincre du contraire ».

À voir en vidéo

6 commentaires
  • François Ricard - Inscrit 10 septembre 2013 06 h 46

    Sommes-nous égalitaires sous la loi? Ou certains religieux sont-ils plus égalitaires que d'autres?

    M. Mallette,
    « [Interdire] le port de signe religieux, pour nous, ça n’assure pas le caractère laïque des institutions. Au gouvernement de nous convaincre du contraire ».
    Permettre le port de signes religieux assurera-t-il le caractère laique de l'État? Tout au contraire, il permet au religieux de s'immiscer dans l'État.

  • André Chevalier - Abonné 10 septembre 2013 06 h 46

    Vote secret antidémocratique

    «Cette épineuse question a fait l’objet d’un vote secret légal, à la demande d’un des délégués présents, rappelle Sylvain Mallette, président de la FAE.»

    En tant que délégués, ceux-ci doivent voter à visage découvert. Ils votent au nom du groupe d'individus qu'ils représentent et ceux-ci doivent être en mesure de connaître le choix de leur délégué. Il en est de même pour tous ceux qui sont dans un poste électif comme par exemple à l'assemblée nationale.

    La FAE devrait revoir son code de procédure à ce sujet.

    • Michel Gagnon - Inscrit 10 septembre 2013 10 h 12

      Il s'agit là de démocratie à saveur PLQ.

  • Michèle Poupore - Inscrite 10 septembre 2013 06 h 47

    Un vote sans charte?

    Sans vraiment connaître les détails sur cette charte, pourquoi avoir pris une telle décision? Avant de s'entre-déchirer sur la place publique, il me semble qu'il faudrait attendre le dévoilement de la fameuse charte, non?

  • Patrick Daganaud - Abonné 10 septembre 2013 09 h 34

    Laïcité molle et FAE

    En ce domaine, la FAE, généralement fondée, a à refaire ses devoirs.

    La position qu'elle a adoptée, colorée du concept d'accommodement mou théorisé par Taylor et Bouchard, est indigne de son appréhension usuelle des grands enjeux sociaux.

    À ce stade, elle se discrédite.

    Patrick Daganaud

  • Gilles Théberge - Abonné 10 septembre 2013 10 h 11

    Le Corporatisme

    Il est clair que le Corporatisme de cet instance a pris le pas sur la solidarité nationale de ces citoyens!