Les étudiants souffrent de stress et d'anxiété, révèle un sondage canadien

Près de 90% des 30 000 étudiants interrogés ont dit s'être sentis débordés par l'ampleur des tâches à accomplir au cours de la dernière année.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Près de 90% des 30 000 étudiants interrogés ont dit s'être sentis débordés par l'ampleur des tâches à accomplir au cours de la dernière année.

Les étudiants canadiens sont stressés, se sentent débordés, souffrent de solitude, et ont même envisagé le suicide au cours de la dernière année, laisse croire une nouvelle étude publiée, lundi.

Plus de 30 000 étudiants ont été interrogés dans le cadre de cette étude, qui fait la lumière sur les questions de santé mentale auxquelles sont confrontés les étudiants des cégeps, collèges et universités du pays.

Certaines des conclusions les plus surprenantes concernent le niveau de stress et d'anxiété des étudiants lorsqu'il est question de leurs carrières académiques.

Près de 90% d'entre eux ont dit s'être sentis débordés par l'ampleur des tâches à accomplir au cours de la dernière année, alors que plus de 50% ont dit se sentir désespérés, et que 63% ont plutôt révélé souffrir de solitude.
 
L'étude trace également un portrait en ce qui concerne le suicide, 9,5% des répondants disant avoir sérieusement envisagé de s'enlever la vie au cours de la dernière année, tandis que 1,3% dit avoir tenté de passer à l'acte.

Au dire de la Dre Su-Ting Teo, directeur de la santé et du bien-être étudiant à l'Université Ryerson de Toronto, certaines questions de santé des étudiants sont souvent sous-estimées. «Ce qui est surprenant, bien sûr, est le poids des problèmes de santé mentale, a-t-elle déclaré dans une entrevue. Pour certains d'entre nous qui avons effectué le sondage lors des dernières années, il y a des signes d'accroissement, ce qui est un peu inquiétant.»
 
La Dre Teo ajoute que les étudiants doivent gérer plusieurs problèmes. «[...] Ce qui fut surprenant est le grand nombre d'étudiants (55%) qui doivent gérer trois problèmes ou plus en même temps», a-t-elle dit.
 
Le sondage a été effectué par la Canadian Organization of University and College Health, de janvier à avril 2013.

Le groupe devrait annoncer mercredi un guide national pour une approche systémique en matière de santé des étudiants.

Par Adam Miller
2 commentaires
  • - Inscrit 17 juin 2013 21 h 32

    M. Bachand, mame St-Pierre et Mame Courschesne ...

    ... connaissaient la solution eux.

    Tous ces étudiants qui se plaignent sont des carrés rouges, et les carrés rouges c'est l'intimidation et la violence qui doivent payer leur juste part ...

    Et M. Fournier l'a bien dit. Le vrai stress, c'est l'angoisse fiscale, celle des riches qui ont tant travaillé pour se sauver de l'impôt comme Jacques Newtown-Villeveuve !

  • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 17 juin 2013 23 h 20

    La belle vie ?

    Être étudiant-e, c'est la belle vie selon monsieur Martineau.
    Selon la science et la réalité, ça n'est pas tellement le cas...