Petite enfance - L’avenir, c’est maintenant en éducation

Marie-Hélène Alarie Collaboration spéciale
La qualité des services offerts à la petite enfance est primordiale pour le développement de l’enfant.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La qualité des services offerts à la petite enfance est primordiale pour le développement de l’enfant.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

La société réclame aujourd’hui des services de qualité destinés à la petite enfance, d’abord parce qu’elle a à coeur le bien-être et l’éducation de ses enfants, mais aussi parce qu’elle sait qu’il est important de ne pas rater la cible. L’OCDE intervient à ce sujet.

Miho Taguma est analyste principale au sein de l’équipe de l’éducation et de l’accueil des jeunes enfants (EAJE), à l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE). L’équipe a publié Petite enfance, grands défis III (2012), qui traite de la question de la qualité dans l’EAJE, une politique devenue prioritaire dans plusieurs pays. La recherche reconnaît les nombreux avantages de telles politiques sur les plans tant social qu’économique, leur influence sur le bien-être et l’apprentissage des enfants. Privilégier la petite enfance veut aussi dire une société plus équitable, la réduction de la pauvreté, une plus grande mobilité sociale intergénérationnelle ainsi qu’une augmentation du nombre des femmes sur le marché du travail.


Ce qui est primordial pour l’EAJE, c’est la qualité des services offerts à la petite enfance. Lorsqu’on élabore des politiques sur le sujet, il est donc important de mettre en place des mécanismes qui viendront garantir une offre de qualité. Pour ce faire, l’OCDE propose des instruments qui peuvent avoir un impact positif sur le niveau de qualité des services d’EAJE, comme le démontrent des études internationales. Ces instruments font maintenant partie d’une grande boîte à outils dont le contenu sert à bâtir la société de demain.


Établir des objectifs et des règles en matière de qualité, élaborer et mettre en oeuvre des programmes scolaires et des normes, améliorer le niveau de qualification et de formation du personnel et ses conditions de travail, faire participer les familles et la collectivité et finalement développer la collecte de données, la recherche et le suivi. En bref, ce sont ces lignes directrices que le groupe sur l’EAJE préconise.


Cinq outils indispensables


Quand vient le temps d’établir les objectifs et les règles en matière de qualité, les recherches tendent à démontrer que l’intégration des services d’EAJE sous une même autorité peut contribuer à une coordination plus efficace et confère une orientation cohérente à ces services. Une telle intégration permettra un financement régulier et une évaluation récurrente des services, tout en procurant un accès élargi aux familles, puisque leurs coûts en seront d’autant plus réduits. De plus, un financement adéquat permet l’embauche de professionnels compétents ainsi que l’achat d’un matériel pédagogique indispensable à la création d’un environnement favorable à l’apprentissage et au développement.


Un cadre de réglementation au niveau national ou régional permet d’élaborer des normes minimales qui garantissent la santé et la sécurité des enfants. Ces normes doivent faire en sorte que chaque enfant évolue dans un environnement qui favorise les conditions d’apprentissage avec des normes de qualité.

 

Transmettre des valeurs


Les objectifs des programmes pédagogiques et des normes sont importants aussi. Malgré les différences, un programme pédagogique complet doit transmettre des valeurs et permettre à l’enfant d’apprendre à être, d’apprendre à faire, d’apprendre à apprendre et finalement d’apprendre à vivre ensemble. Il est généralement admis que des programmes dotés d’objectifs généraux conviennent aux jeunes enfants, alors que l’acquisition de connaissances plus spécifiques est bénéfique pour des enfants plus âgés. Se concentrer sur les compétences plutôt que sur les connaissances permet de rendre plus concrètes les valeurs sociales et émotionnelles.


La professionnalisation du personnel contribue elle aussi à l’atteinte d’objectifs de qualité. Des professionnels ayant une formation spécialisée sont plus aptes à développer des programmes ciblés, ils améliorent l’aptitude des enfants à maîtriser un plus grand vocabulaire et à accroître leur capacité à résoudre des problèmes. Des professeurs capables de stimuler s’avèrent essentiels au développement de l’enfant. Des études démontrent que la stabilité du personnel est importante pour le développement social et émotif des petites enfants. Dans ce contexte, il est essentiel, pour les centres d’EAJE, de réduire le taux de roulement et de garder un personnel de haute qualité. On oublie parfois l’importance de la participation des parents. Les recherches tendent à prouver que les parents font partie intégrante des services d’EAJE. Leur participation favorise une meilleure adaptation des enfants à leur milieu. La participation des parents est intimement liée à la réussite scolaire, et ce, de la petite enfance à l’adolescence. De plus, les parents qui reçoivent des informations pertinentes sur les critères de qualité seront plus aptes à soulever avec le personnel des questions importantes concernant leurs enfants, tout en procurant soutien et cohérence à la maison.


Finalement, il est important de continuer à développer la collecte de données, la recherche et le suivi. Les évaluations des programmes d’apprentissage sont importantes pour les décideurs et les données disponibles permettent de bien cibler les besoins des enfants.


Pour d’autres pistes de réflexion


Si ces cinq outils permettent d’établir des programmes d’enseignement de qualité, la recherche ne s’arrête pas là. Miho Taguma et son équipe doivent encore réfléchir aux divers critères de qualité. Par exemple, quand il est question des programmes pédagogiques et des normes, le consensus veut qu’ils soient adaptables selon les divers besoins des clientèles défavorisées, des immigrants et des communautés ethniques. On sait que, à grande échelle, de tels aménagements coûtent cher, et il y a peu d’informations sur les mesures actuelles prises dans l’EAJE.


De nouvelles recherches et analyses seront nécessaires pour répondre aux questions suivantes : de telles mesures aident-elles vraiment les enfants à atteindre les objectifs de qualité communs ? Que reste-t-il à faire ?



Collaboratrice