Rapport de l’UNICEF - Les enfants canadiens restent en milieu de peloton


	Le Canada arrive au 17e rang — sur 29 pays évalués — pour le bien-être de ses enfants.
Photo: - Le Devoir
Le Canada arrive au 17e rang — sur 29 pays évalués — pour le bien-être de ses enfants.
Le bien-être des enfants canadiens est supérieur à celui des Américains, mais moins bien que celui des Néerlandais, selon un nouveau rapport de l’UNICEF publié mercredi. Dans ce rapport, qui évalue le bien-être des enfants vivant dans les 29 pays les plus riches de la planète, le Canada arrive au 17e rang du classement général. Les Pays-Bas occupent la première place et la Roumanie, le dernier rang.

« En dix ans, le bien-être de nos enfants ne s’est pas amélioré, nous sommes encore au milieu du classement. Pourtant, l’économie du Canada était forte », note David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada en précisant que ce classement tient compte de divers facteurs, dont le bien-être matériel, la santé, la sécurité ou encore l’éducation.

L’UNICEF constate que le Canada se situe au premier rang des pays affichant le plus haut taux de consommation de cannabis et au troisième rang en ce qui concerne le plus haut taux d’obésité infantile, après les États-Unis et la Grèce. En fait, plus de 20 % des enfants canadiens de 11, 13 et 15 ans ont un surpoids si on tient compte de l’index corporel.

« Ce n’est pas trop enviable comme position et nos gouvernements devraient en tenir compte dans l’avenir puisque l’obésité contribue au diabète, aux maladies cardiovasculaires et à certains cancers », indique Suzie Pelletier, la directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids.

La situation est toutefois loin d’être catastrophique, alors que le Canada se situe au troisième rang des pays où les enfants consomment le moins de tabac et au deuxième rang des pays où les jeunes de 15 ans réussissent le mieux en lecture, en mathématiques et en sciences, juste derrière la Finlande. « C’est vrai qu’il y a de bonnes choses, mais il faut aller plus loin, et le Canada devrait avoir un commissaire pour défendre les droits des enfants », propose M. Morley.

Dans son rapport, l’UNICEF note d’ailleurs que les politiques d’austérité dans les pays riches nuisent de plus en plus à la qualité de vie des enfants. Aux États-Unis, par exemple, 25 % des enfants vivent dans une famille dont le revenu est inférieur au revenu moyen. Les enfants des pays nordiques, dont la Norvège, l’Islande, la Suède et la Finlande, continuent cependant d’être parmi les plus privilégiés de la planète.

À voir en vidéo