La nouvelle école de L’Île-des-Soeurs a un terrain

Un pas de plus est franchi dans le dossier de l’école de L’Île-des-Soeurs : le futur établissement primaire a maintenant un terrain. Situé à l’intersection des boulevards René-Lévesque et L’Île-des-Soeurs, le site choisi est près d’un parc et de deux importantes voies de circulation. Identifié par les autorités comme étant le terrain le plus approprié à la suite du refus de certains citoyens de construire l’école dans le parc de la Fontaine, il ne fait toutefois pas l’unanimité. L’avocat Mario Langlois et d’autres qui s’opposaient à la construction de l’école dans le parc de la Fontaine, l’un des rares espaces vacants et verts de l’île, auraient préféré le parc Archambault, écarté pour contamination. La construction d’une nouvelle école à L’Île-des-Soeurs - l’autre école primaire débordait littéralement - a été au coeur d’une vaste polémique commencée il y a deux ans. Au coût de 10,5 millions, le nouvel établissement devrait accueillir des centaines d’élèves répartis dans 21 classes.

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 10 avril 2013 12 h 01

    Bon choix ?

    "Situé à l’intersection des boulevards René-Lévesque et L’Île-des-Soeurs, le site choisi est près d’un parc et de deux importantes voies de circulation." L'endroit choisi, entre deux importantes voies de circulation" ne semble pas idéal pour une école qui accueille des enfants en bas-âge.

  • Franklin Bernard - Inscrit 11 avril 2013 22 h 57

    Décision imbécile

    Le Bd de l'île-de-Soeurs et le Bd René-Lévesque sont les deux seules et uniques voies d'accès ou de sortie de l'Île-des-Soeurs, vers Montréal ou vers le Pont Champlain. Le trafic y est intense aux heures de pointe, et rapide en-dehors de heures de pointe. Et c'est là qu'on décide de construire une école? On imagine ce que ce sera quand on y ajoutera les voitures de parents conduisant leurs enfants le matin, ou venant les chercher, le soir. Quand on connait l'impéritie totale de l'administration Montréalaise en matière de gestion de la circulation automobile, on voit d'ici l'enfer que ça va être.

    Cette décision, prise manifestement sans aucune analyse d'impact sur la circulation et la sécurité, est d'une rare incompétence.