FEUQ - Martine Desjardins cédera sa place

Le mandat de deux ans de Martine Desjardins arrivera à son terme le 1er mai.
Photo: Le Devoir Le mandat de deux ans de Martine Desjardins arrivera à son terme le 1er mai.
Rouyn-Noranda — La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) s'apprête à changer de visage: sa présidente, Martine Desjardins, quittera ses fonctions dans trois semaines et sera remplacée par Antoine Genest-Grégoire, un étudiant à la maîtrise en sciences économiques de l'UQAM.
 
L'identité de son successeur a été annoncée dimanche par voie de communiqué à l'issue d'une assemblée générale de trois jours s'étant tenue à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue.
 
Le mandat de deux ans de Martine Desjardins arrivera à son terme le 1er mai. Une conférence de presse est prévue ce jour-là pour signifier publiquement le changement d'équipe et de présidence à la FEUQ.
 
Avec ses homologues Léo Bureau-Blouin, de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), et Gabriel Nadeau-Dubois, de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Martine Desjardins a mené de front le mouvement de contestation du printemps 2012 contre la hausse des frais de scolarité décrétée par le gouvernement libéral de Jean Charest. Des trois, elle était la seule à être toujours en poste.
 
Si elle a obtenu gain de cause avec l'annulation de la hausse des frais de scolarité, abrogée par le gouvernement Marois peu de temps après la victoire du Parti québécois le 4 septembre 2012, elle n'aura rien pu faire contre l'indexation de ces mêmes frais, annoncée au lendemain du Sommet sur l'enseignement supérieur, en février dernier.
 
La FEUQ affirme toutefois qu'un plan d'action est en préparation et qu'il devrait être prêt pour la rentrée de 2014.

À voir en vidéo