Les livres de la grève

Qu’ils aient été acteurs ou observateurs de la grève, plusieurs ont senti le besoin de transposer en livres une mémoire de ces mois d’intensité sociale inhabituelle. À commencer par notre photoreporter Jacques Nadeau : l’été n’était pas terminé que déjà, dans Carré rouge (Fides, août 2012), il racontait en photos et par des réflexions citoyennes les émotions vives d’un conflit qu’il a scruté jour et nuit en suivant les acteurs de la grève.

Cette semaine seulement, deux petits nouveaux se sont ajoutés aux rayons des librairies : Le printemps québécois. Une anthologie (Écosociété, mars 2013) et De l’école à la rue. Dans les coulisses de la grève étudiante (Écosociété, mars 2013), par Renaud St-Pierre et Philippe Éthier.

 

Rectifier les faits


C’est en allant chercher un Mr. Freeze au dépanneur que ces deux compères ont convenu de se lancer dans l’écriture d’un livre. C’était en plein congrès de la CLASSE sur la loi 78 et les militants étaient en train de voter pour y désobéir. Les deux jeunes hommes se sont regardés, incrédules, se rendant compte qu’ils étaient en train de défier la loi. « On s’est dit qu’on devrait faire un livre là-dessus », a raconté cette semaine Renaud Poirier-St-Pierre, ex-attaché de presse de la CLASSE.


Plusieurs raisons ont motivé les auteurs, à commencer par le désir de rectifier certains faits. « Certains ont dit que notre mouvement était violent et antidémocratique et, pire encore, certains ont dit qu’il était spontané », poursuit celui qui fait aujourd’hui une maîtrise en sciences politiques. « On voulait répondre à ça dans ce livre et on trouvait que la meilleure façon d’y répondre c’était d’amener le lecteur dans les coulisses du mouvement, qu’on a recréé, montrant ce qu’un militant étudiant en pense. »


Entre autres parutions, à lire aussi : La juste part (David Robichaud et Patrick Turmel, Atelier 10, juin 2012), Le printemps des carrés rouges (André Frappier, Richard Poulin et Bernard Rioux, M éditeur, octobre 2012), Terre des cons (Patrick Nicol, La Mèche, novembre 2012), Une année rouge (Nicolas Langelier, Atelier 10, novembre 2012).


Et ce n’est pas fini : Gabriel Nadeau-Dubois et Martine Desjardins, deux fières figures du printemps érable, sont à l’écriture…