Le printemps en plein visage

Maxence L. Valade, qui a perdu un oeil lors de l’émeute de Victoriaville en mai dernier
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Maxence L. Valade, qui a perdu un oeil lors de l’émeute de Victoriaville en mai dernier

Assis dans un divan du café Aquin de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Maxence L. Valade, qui a perdu un oeil lors de l’émeute de Victoriaville en mai dernier, me fixe de son regard énigmatique. Il se méfie des médias et encore plus des policiers, envers qui il est sans pitié. « C’est pas Victoriaville qui a changé quelque chose à ma rage contre la police et le système, c’est arrivé hasardeusement que c’était moi. Ç’aurait pu être un de mes camarades, ç’aurait pu être une autre personne. Et j’aurais eu beaucoup de rage, comme j’en ai présentement, comme j’en avais avant et comme je vais en avoir probablement pour le restant de mes jours », dit-il.

N’empêche, l’étudiant au baccalauréat en sociologie de l’UQAM veut que son exemple serve à conscientiser les gens. « Certaines personnes me reconnaissent et disent: “Ouais, ça fesse.” Ils commencent à voir c’était quoi, la police […] Ça fait réaliser aux gens que, OK, ils peuvent aller jusque-là. Parce que, veux, veux pas, tu passes proche de la mort », soutient-il.


« Les gens qui allaient aux manifs du 22, qui s’impliquaient et tapaient de la casserole, c’était fabuleux, mais ils n’avaient pas la même conception de la police que quelqu’un qui venait aux manifs du soir. » Sa mère, qui est allée pour la première fois dans une manif en mars 2012, s’est fait poivrer parce qu’elle ne marchait pas assez vite, raconte Maxence. « Et là, tu vois qu’il y a une conscientisation de ce que ça peut être. »


Le père de Maxence siège au conseil d’administration du cégep Saint-Laurent, en réaction aux événements. Son frère, au secondaire, s’est impliqué dans la grève. Le printemps a laissé des traces « positives », conclut-il. « Plein de gens se sont sentis plus politisés après être allés aux manifs. Certains en tirent une expérience très bénéfique. »


Le monopole de la violence


Pourtant calme, c’est avec une certaine colère qu’il se lance dans une charge à fond de train contre le corps policier. « Il n’y a rien qui va réhabiliter la confiance des gens qui ont vécu le mouvement étudiant. La police, c’est une illusion de confiance, c’est une représentation de la force pour te faire rentrer dans le rang. C’est le monopole étatique de la violence », a-t-il noté. Sévère, il concède qu’il y a sans doute « quelques êtres humains » dans le lot.

 

Amour-rage


Pour lui, il n’y a pas eu de « dérives » policières au printemps dernier. « [La violence] c’est ce que la police fait de manière permanente, et comme il y a eu des manifs de manière permanente, ça leur a permis de faire ce qu’ils font tous les jours, contre un mouvement de masse. »


Il accuse les policiers de procéder à des arrestations de masse pour « mater la contesta-tion » et y voit un complot. « Il faut élargir la lutte et ne pas parler juste de gratuité, parler de pourquoi les policiers agissent comme ça : c’est parce qu’il y a des dynamiques néolibérales et capitalistes derrière ça. »


Ni totalement anarchiste ni communiste, social-démocrate ou encore keynésien, mais probablement révolutionnaire, Maxence Valade déteste néanmoins les idéologies, parce qu’elles sont une forme de « contrôle ». Citant Chomski, Hans Kelsen et bien d’autres, il parle de toutes ces causes dont on ne parle pas assez - l’itinérance, les autochtones, les femmes - comme s’il portait le monde entier sur ses épaules. « Des gens nous demandaient pourquoi on ne partait pas quand la manif était déclarée illégale. D’un, tu ne peux pas partir. De deux, tu es en résistance contre quelque chose. Tu ne fais pas des manifs pour le fun, tu les fais pour l’urgence d’agir », lance-t-il.


Même s’il juge le mouvement en dormance, Maxence a repris la rue plusieurs fois depuis les événements de Victoriaville. Et pas question qu’il rate le prochain printemps. « C’est la dynamique d’amour-rage ; tu milites pour une communauté d’appartenance, pour une solidarité, et c’est là que tu te reconnais. Je vais lutter toute ma vie. Je ne vois pas comment il peut en être autrement. »