L’ASSE choisit de boycotter le Sommet


	Jérémie Bédard-Wien et Blandine Parchemal, porte-paroles de l’ASSE
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
Jérémie Bédard-Wien et Blandine Parchemal, porte-paroles de l’ASSE

L’Association pour une solidarité syndicale étudiante boycottera le Sommet sur l’enseignement supérieur convoqué par le gouvernement péquiste, a appris Le Devoir. Le regroupement critique d’ailleurs sévèrement le refus de la première ministre Pauline Marois d’envisager la gratuité scolaire et juge que le Parti québécois a tourné le dos à la jeunesse qui s’est mobilisée au printemps dernier.

« Nous ne souhaitons pas légitimer une énième hausse des frais de scolarité, un énième faux consensus sur la question du financement des universités. Nous défendrons l’option de la gratuité scolaire et nous tenterons de bloquer l’indexation dans la rue », a fait valoir mercredi le porte-parole de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), Jérémie Bédard-Wien. Selon lui, la rencontre prévue depuis des mois ne servira en fait qu’à « légitimer des décisions qui ont déjà été prises derrière des portes closes par le gouvernement ».


La rencontre de la dernière chance survenue lundi entre le regroupement étudiant, Pauline Marois et son ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, n’aura donc pas permis de trouver un terrain d’entente. M. Bédard-Wien estime que le gouvernement n’a pas convaincu l’association que la gratuité fera partie des options débattues au Sommet. Le ministre Duchesne a déjà dit que cette option n’était tout simplement pas réaliste en raison de l’état des finances publiques. Une position qu’a réfutée au Devoir l’ex-premier ministre Jacques Parizeau.


« On nous dit qu’on va pouvoir parler de gratuité scolaire dans le cadre du Sommet, mais que ce n’est pas envisageable. On nous dit toujours qu’on ne peut pas se payer la gratuité scolaire. C’est une miniouverture suivie d’une fermeture totale ensuite. On dit “vous allez pouvoir en parler, mais on ne va pas la considérer” », a insisté mercredi Blandine Parchemal, également porte-parole de l’ASSE.


Au cours de l’entretien de lundi, la première ministre se serait plutôt contentée de présenter trois scénarios possibles aux représentants étudiants. D’abord, sa nouvelle formule de « gel », qui consiste en fait à indexer les droits de scolarité. C’est d’ailleurs l’option privilégiée par Québec. Elle aurait aussi mentionné une possible modulation, ou alors des hausses, une avenue privilégiée par le lobby patronal. « On se retrouve donc avec trois scénarios de hausse à deux semaines du Sommet, alors que le gouvernement devait répondre à ce printemps érable historique, qui débutait il y a de cela un an, a laissé tomber M. Bédard-Wien. Et la revendication minimale du printemps érable, c’était un gel des frais de scolarité. C’est une option pour laquelle des centaines de milliers de personnes se sont mobilisées. »


Faux progressistes


L’ASSE estime d’ailleurs que le Parti québécois est parvenu au pouvoir en partie en raison de son appui aux étudiants grévistes, pour ensuite leur tourner le dos. « Ils ont surfé sur la vague du printemps érable. Ils ont surfé sur des promesses comme l’annulation de la hausse des frais de scolarité, l’annulation de la taxe santé et la promesse de réformes environnementales majeures, mais ils ont reculé sur chacun de ces dossiers, a expliqué Jérémie Bédard-Wien. Le Parti québécois n’est pas un parti progressiste. Il prétend être un parti progressiste, mais finalement, il écoute surtout les grandes entreprises, mais aussi ceux qui profitent de l’endettement étudiant et qui profitent de la marchandisation de l’éducation contre laquelle nous nous sommes battus le printemps dernier. »


Le gouvernement Marois semble aussi vouloir écarter la réflexion sur le rôle et l’avenir des universités québécoises, selon le regroupement, qui compte quelque 70 000 membres. Un point de vue que partage son ancien porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, dans un texte publié aujourd’hui en page A 9 du Devoir. Jacques Parizeau estime lui aussi que ce grand rendez-vous devrait être l’occasion de réfléchir à la mission des universités : « C’est de ça qu’il faudrait discuter d’abord. On se fixe un objectif, et ensuite, on cherche de l’argent, pas le contraire. À l’heure actuelle, on fait toujours le contraire. »


L’association déplore par ailleurs que le débat sur la gratuité se limite à un simple calcul comptable. « On a produit un mémoire dans lequel on explique les bienfaits de la gratuité scolaire au niveau de l’accessibilité, du rapport au savoir et de l’importance d’universités qui ne sont pas seulement dans un rapport utilitaire. Mais tout ça est évacué », a expliqué Blandine Parchemal. L’ASSE entend donc faire valoir sa position dans le cadre d’une manifestation prévue en marge du Sommet. Selon les chiffres disponibles mercredi, 15 000 étudiants auraient voté pour une journée de grève le 25 février. D’autres votes de débrayage sont prévus au cours des prochains jours. Mais pas question de commenter la décision des fédérations étudiantes de participer au Sommet.


Reste qu’un an après le début de ce qui allait devenir le printemps érable, la mobilisation étudiante pourrait difficilement atteindre un tel niveau à nouveau. « Nous ne verrons pas un deuxième printemps érable demain matin, c’est certain », a reconnu Jérémie Bédard-Wien. « Il y a beaucoup de mécontentement, a ajouté Mme Parchemal. Les étudiants ont manifesté pendant six mois contre la hausse, pour des idéaux, et ils voient ce que ça donnera au Sommet. »


***
 

Avec la collaboration de Lisa-Marie Gervais.

À voir en vidéo