Pour la gratuité scolaire… et plus

La manifestation s’est déroulée dans un calme relatif, en présence de quelques syndicats, de Québec solidaire et de policiers antiémeutes.
Photo: - Le Devoir La manifestation s’est déroulée dans un calme relatif, en présence de quelques syndicats, de Québec solidaire et de policiers antiémeutes.

Température clémente et carrés rouges: il y avait comme un relent de printemps jeudi dans le centre-ville de Montréal, où quelques milliers de personnes ont répondu à l’appel de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) à manifester pour la gratuité scolaire. Déclarée illégale dès le départ parce que le trajet n’avait pas été divulgué, la manifestation s’est déroulée dans un calme relatif, en présence de quelques syndicats, de Québec solidaire et de policiers antiémeutes.


L’ASSÉ, qui continue d’encourager la grande marche du 22 du mois, inscrivait sa démarche dans un mouvement de protestation international contre la marchandisation de l’éducation, qui a rassemblé les étudiants de plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne. « Nos gouvernements veulent de plus en plus arrimer l’éducation postsecondaire aux besoins du marché, alors que l’éducation postsecondaire devrait avoir des orientations humanistes de transmission de connaissances, de transmission du savoir et de développement de l’esprit critique », a déclaré Jérémie Bédard-Wien, porte-parole de l’ASSÉ.


Gratuité scolaire, pour la Palestine, contre le néolibéralisme… les causes qui rassemblaient les marcheurs étaient nombreuses. Un peu trop aux yeux de certains, qui ne comprenaient pas le but de la manifestation. « Pourquoi ils manifestent… on ne le sait pas trop », a lancé un employé de Postes Canada au volant de sa voiture, en plein embouteillage. « Le message ne passe pas. »


Amir Khadir, député de Québec solidaire, tient responsable de cette confusion la « propagande » orchestrée, selon lui, par le lobby des affaires et des chambres de commerce. « Mais rappelons-nous que ce mouvement revendique de manière ample le meilleur accès possible à l’éducation », a dit le député dont le parti appuie la gratuité scolaire. Il espère que le Sommet sur l’enseignement supérieur sera un « exercice sincère ». « Si on se fie au budget, on a de quoi se méfier. […] J’en appelle à la population pour faire pression sur le Parti québécois. Notre peuple a de meilleures attentes d’un gouvernement que de nous présenter une pâle copie de ce que les libéraux faisaient. »

 

Des absentes


Selon l’ASSÉ, près de 60 000 étudiants universitaires et collégiaux à travers le Québec avaient déclenché la grève pour la journée et même pour des périodes plus longues dans certains cas. Aucune des deux fédérations étudiantes collégiale et universitaire n’a emboîté le pas à l’ASSÉ dans cette manifestation, ce qui n’a pas empêché certaines des associations qu’elles représentent de voter la grève.


Les fédérations estiment que leur participation au sommet sur l’éducation, annoncé par le gouvernement de Pauline Marois, est une stratégie plus efficace pour obtenir gain de cause que de prendre la rue. L’ASSÉ, quant à elle, doit décider dimanche prochain, lors d’un congrès à Québec, si elle participera ou non au sommet.


Hormis le bruit des slogans criés et des pétards qui ont explosé et quelques actes de vandalisme perpétrés par des individus masqués, la manifestation n’a pas dégénéré. Le Service de police de la Ville de Montréal n’a effectué aucune arrestation.


 

Avec La Presse canadienne

***

Discours engagés place Émilie-Gamelin

Environ 300 personnes se sont réunies jeudi soir afin d’écouter les discours militants de personnalités proches du mouvement étudiant, l’occasion aussi de souligner le vingtième anniversaire de la place Émilie-Gamelin. L’activité était organisée par l’Action terroriste socialement responsable (ATSA), et le public a pu entendre, entre autres, Gabriel Nadeau-Dubois, Dominic Champagne, Béatrice Vaugrante ou Éric Ruel. L’ancien porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a tenu à dénoncer la corruption. « Le vrai problème, ce n’est pas que les politiciens et les entrepreneurs mangent aux mêmes tables, c’est qu’ils partagent la même notion de la politique. » Il a, au passage, écorché le nouveau maire de Montréal, Michael Applebaum, le jugeant trop libéral. Les orateurs ont aussi évoqué les thèmes de la justice sociale et de la solidarité entre les générations. Annie Roy, une des fondatrices de l’ATSA, a tenu à souligner l’importance de l’espace public dans le mouvement social. « C’est possible de vivre dans un monde où il y a plus de partage », a souligné Mme Roy.

À voir en vidéo