Grève étudiante - UQAM: les chargés de cours privés de paie

La grève étudiante continue de créer des dommages collatéraux à l’UQAM. Un imbroglio entre la direction et les chargés de cours privera ces derniers de leur salaire lors du prochain jour de paye, ce jeudi, a appris Le Devoir. Ces enseignants devront attendre jusqu’au jeudi 27 septembre avant d’être dûment payés pour leurs heures en cette période exceptionnelle de rattrapage.

Les chargés de cours étant entre deux contrats, ils ont dû signer des ententes particulières et être payés selon un nombre d’heures déclarées. Au 5 septembre, date limite de la déclaration pour les premières semaines de la reprise, aucun chargé de cours n’avait transmis de feuille de présence au service de paie, a constaté la direction de l’Université. « Les tableaux des heures sont arrivés après cette date », a confirmé Jenny Desrochers, porte-parole de l’UQAM. « Où y a-t-il eu une faille ? Difficile à dire, mais je pense que c’est un problème de compréhension », a-t-elle dit en ajoutant qu’il y aurait eu une confusion sur la façon de transmettre les feuilles de présence. Les chargés de cours devaient-ils déclarer leurs heures sur une base hebdomadaire ou à la fin de la période de rattrapage ?


Selon Mme Desrochers, lors d’un épisode de grève étudiante en 2008, les chargés de cours avaient été payés à la toute fin du parachèvement de la reprise. La direction ne s’est donc pas étonnée de voir qu’il n’y avait eu aucune déclaration d’heures travaillées le 5 septembre dernier.


Le président du Syndicat des chargés de cours de l’UQAM (SCCUQ), Zakaria El Mrabet, s’est dit inquiet de la situation. « On est le 10 septembre et il reste 17 jours avant la prochaine paye. Sûrement que les gens vont devoir payer des factures ou des prêts hypothécaires. C’est sûr qu’on va faire notre possible pour que tout le monde puisse avoir accès au fonds de dépannage sous forme de prêts ou à des avances de fonds », a-t-il souligné.


Selon lui, il est impossible de dire combien de personnes souffriront ainsi du retard de leur paie, mais il précise qu’au moins la moitié des 1000 cours à rattraper sont donnés par des chargés de cours.


Des notes d’information devaient être envoyées dès aujourd’hui à tous les chargés de cours pour leur rappeler comment réclamer leurs heures. Choqué par la situation, le syndicat songe à prendre les moyens d’action nécessaires pour souligner cette « faille de la direction », moyens pouvant aller jusqu’au grief.