CLASSE: la fin de la tournée, mais pas de la lutte

Jeanne Reynolds et Keena Grégoire
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Jeanne Reynolds et Keena Grégoire

L’événement soulignant la clôture de la «tournée de mobilisation» de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), organisé hier soir à l’Olympia, a pris la forme d’un hommage à la lutte étudiante du printemps, d’un appel à la poursuite de la mobilisation et d’un dernier tour de piste pour l’ex-coporte-parole Gabriel Nadeau-Dubois.

En début de soirée, la salle de l’Olympia était quasi pleine lorsque la projection d’une série de vidéos évoquant le «printemps étudiant» a débuté. On y a vu les manifestations, les actions artistiques et les confrontations avec les policiers.

Après la lecture de manifeste de la CLASSE, le groupe humoristique les Zapartistes a envahi la scène éclairée de rouge pour se livrer à une série de discours mordants. «Bonsoir, les radicaux ! Et particulièrement ceux et celles qui ont de l’idéologie et de l’anarchisme», ont-ils ironisé.


Les coporte-parole de la CLASSE, Jeanne Reynolds et Camille Robert, ont ensuite tour à tour fait leur apparition sur les planches. La première a clamé le succès de la tournée qui a mené les membres de la coalition dans une dizaine de villes, dont Rimouski, Val-d’Or, Québec ou Chicoutimi. «Nous avions envie d’aller à la rencontre de toutes les voix qui se sont élevées au printemps dernier», a expliqué Mme Reynolds. «On a prouvé qu’on ne peut pas faire taire une société qui se réveille», a lancé quelques instants plus tard sa collègue, dans un discours à saveur féministe.


Le metteur en scène et militant Dominic Champagne a alors pris le relais au micro en qualifiant les militants rassemblés devant lui de «géants». «Vous avez été et vous êtes encore une force colossale […] Faites sortir le vote comme vous avez fait sortir le monde!», a-t-il lancé sous les huées de quelques militants semblant vouloir boycotter le prochain scrutin.


Maxence Valade, ce manifestant qui a perdu l’usage d’un oeil lors de la manifestation à Victoriaville, le 4 mai dernier, a quant à lui reçu un accueil plus chaleureux, la foule se levant en bloc lorsqu’il s’est avancé pour lui adresser un mot. «Le bras armé de l’État s’est mis le doigt dans l’oeil», a-t-il glissé, sourire en coin.


Les discours ont momentanément laissé place à la musique lorsque Yann Perreau a fait son entrée, rapidement rejoint par d’autres membres des «Douze hommes rapaillés», dont Michel Rivard ainsi que Louis-Jean Cormier, du groupe Karkwa.


Celui que tout le monde attendait, l’ex-coporte-parole de la CLASSE Gabriel Nadeau-Dubois, a pris la parole à 22 h. Accueilli par un tonnerre d’applaudissements, il a répété qu’il ne quitte pas la lutte, mais seulement ses fonctions. «La démocratie existe encore, on l’a vu ce printemps. […] Nous sommes arrivés à ce qui commence», a-t-il conclu en citant Gaston Miron, acclamé une dernière fois par les militants.

8 commentaires
  • Chantale Desjardins - Abonnée 11 août 2012 06 h 20

    Invités absents: Legault/Charest

    Ils ne pouvaient être là car ils ne comprennent pas ce qui se passe au Québec. Ils s'intéressent seulement à l'économie. L'argent est plus important que ce qui se passe dans la R U E. Le 4 septembre, le vote indiquera à ces deux "argentiers" que le peuple ne veut plus de ce système et que les belles paroles électorales ne valent rien. Duchesneau et Barrette ont beau parler fort, leur message n'est que de la poudre aux yeux. Le vrai ménage est commencé par les étudiants et grâce à eux, la propreté viendra.

  • André Michaud - Inscrit 11 août 2012 10 h 51

    Sortir le vote pour les libéraux?

    Plus la Classe va s'impliquer dans la campagne et prendra la rue et plus ça fera sortir le vote...pour les libéraux. Ils jouent totalement le jeu de M.Charest. Si la Classe ne prend pas la rue le 22 et se tient tranquille, l'attention sera déviée vers la corruption et ce sera la meilleure façon de se "venger" de M.Charest

    Les citoyens n'aiment M.Charest tant que ça , mais encore moins la Classe et ses manifs anarchistes, et son jeu du chat et de la souris contre les policiers qui coûtent des millions aux contribuables..et ne créent absolument rien de positif , seulement des rêves révolutionnaires très flous (pensée magique) et vidés de contenu économique réaliste.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 11 août 2012 12 h 33

      M Michaud

      Si Charest est réélu,les gens vont redescendre dans la rue.

    • Bernard Chalifoux - Inscrit 11 août 2012 12 h 44

      pensée magique très flous?Il semble que vous n'écoutez pas les discours des étudiants.

      Les étudiants demandent a ce que le gouvernement demande des redevances raisonnable sur les ressources naturelles que nous sommes pratiquement en train de donner a des entreprises américaines.Ca, c'est un rêve et une pensée magique donnée de notre premier ministre aux entreprise.

      Comme il en as plusieurs fois été mention dans les médias, a la seconde évidemment ou tu t'intéresse sérieusement a l'histoire de la politique fédérale, il fut un temps ou les grandes banques du Québec étaient taxées d'un peu moins d'1%..cette taxe, qui rendrait plusieurs million(milliard, je n'ai pas la somme exacte, paie le coût de la gratuité que demande la Classe.

      Et pour le reste; que vous pourriez jugé idéologique ou de rêve très flous...Je pense que vous vous tromper et ne vous informer pas sufisamment.Les étudiants demandent une meilleure gestion des ressources naturelles comme des université, une accesssibilitée optimale de l'éducation, un droit égal, autant pour les femmes que pour les hommes(d'étudier!) car la hausse privera surtout des femmes des bancs d'école.Ensuite, la Classe rejoint également les syndicat comme ceux d'Aveos puisqu'elle même les représentent.Rappelons que le nom complet de la classe est Coalition Large des Associations pour une Solidarité Syndicale Étudiante.

    • Chantal Mino - Inscrite 11 août 2012 12 h 44

      Cher M. André Michaud,

      Le 22 de chaque mois, c'est une manifestation nationale et non pas juste étudiante. C'est un geste de solidarité pour le bien commun de l'ensemble des Québécoi(se)s et vous y êtes bienvenu afin de vous ouvrir à d'autres vécus et perceptions humaines que les vôtres.

      Vos jugements téméraires n'ont égal que votre propre perception teintée de votre vécu et de vos valeurs, ce qui ne vous avantagent aucunement publiquement.

      De plus, je crois que vous avez omis d'écrire :
      «.. et [mes commentaires] ne créent absolument rien de positif , seulement des rêves révolutionnaires très flous (pensée magique) et vidés de contenu économique réaliste.»

    • André Michaud - Inscrit 11 août 2012 15 h 00

      @ Bernard Chalifoux

      Toutes ce revendications et demandes vont au-delà du mandat des associations, les intéressés doivent joindre Québec Solidaire ou se fonder un parti.

      Contester la forte hausse était dans leur mandat, le reste c'est de la politique, et la place de la politique c'est un parti politique, pas de se servir d'argent pour défendre les étudiants et promouvoir l'idéologie gauchiste voir anarchiste.

      Qu'ils se fassent un parti Anarchiste et se présentent, on verra combien de jeunes pensent vraiment comme eux...

  • Chantal Mino - Inscrite 11 août 2012 11 h 21

    Bravo à notre jeunesse représentée par la CLASSE et merci à ceux qui les appuient ouvertement !

    J'ai de la musique et des souvenirs dans le coeur que je ne saurais mieux exprimer que par cette belle chanson et vidéo de la manifestation du 22 mars 2012 que voici : http://www.youtube.com/watch?v=9CgD442YFRQ , gracieuseté de JF Coutu.

  • Catherine Paquet - Abonnée 12 août 2012 07 h 11

    La CLASSE ne peut pas et ne veut pas "faire sortir le vote"...

    La CLASSE a clairement dit qu'elle ne reconnaîtrait pas la légitimité du prochain gouvernement issu des urnes. Elle ne croit qu'en la "démocratie directe". Comment pourrait-elle inviter ses membres ou les autres citoyens à aller voter pour un gouvernement illégitime?
    C'est pour celà que le journaliste écrit naïvement: Dominic Champagne aurait di:"«Vous avez été et vous êtes encore une force colossale […] Faites sortir le vote comme vous avez fait sortir le monde!», a-t-il lancé sous les huées de quelques militants semblant vouloir boycotter le prochain scrutin."